Pour ces deux derniers matchs de la première journée de Coupe du Monde féminine, les vice-championnes olympique suédoises et les championnes du Monde en titre américaines faisaient leur entrée dans le tournoi avec un nouveau record à la clé.

CHILI 0-2 SUÈDE

En termes d’expérience, ce match était un duel des extrêmes. Le Chili allait découvrir pour la première fois de son histoire une Coupe du Monde tandis que les scandinaves se présentaient pour la huitième fois dans le tournoi. Les Chiliennes, 39èmes au classement sont tout de même vice-championnes d’Amérique du Sud avec, entre autres, une victoire écrasante 4-0 contre l’Argentine (qui a tenu en échec le Japon 0-0). Un match qui pouvait donc, au premier abord, être des plus déséquilibrés mais le contenu et le score en ont décidé autrement.

Les Suédoises prenaient l’ascendant sur les Chiliennes dès la 3ème minute avec une grosse occasion pour Sofia Jakobsson qui passait juste à côté. Malgré cette première occasion, la Suède était en grande difficulté pour conclure ses attaques. Hanna Glas centrait pour Jakobsson au second poteau mais cette dernière était trop courte (15’). Le bloc chilien qui essayait de jouer court a été mis à mal par le gros travail des milieux scandinaves. Néanmoins, leur bloc défensif était très compact et difficilement franchissable malgré l’insistance de la Suède à vouloir passer par l’axe.

Sur les ailes, le Chili n’avait pas les armes pour freiner Fridolina Rolfö qui se jouait de dribbles et prenaient constamment de vitesse son vis-à-vis ou bien Kosovare Asllani éliminant 2 joueuses avant de rentrer dans la surface (19’). Le dernier rempart chilien, Christiane Endler nous livrait une performance remarquable dont un arrêt décisif sur une tête de Nilla Fischer à la 26ème minute de jeu.

A la demi-heure de jeu, le score était toujours vierge reflétant l’abnégation et la rigueur des Sud-Américaines mais aussi le manque de créativité et de réalisme devant le but des Suédoises : à la réception d’une belle passe d’Elin Rubensson, Rolfö centrait au sol pour Blackstenius qui tirait au-dessus (37’). L’ex-attaquante montpelliéraine échouait 8 minutes plus tard voyant sa tête au-dessus de la barre.  En fin de première période, les Chiliennes menaçaient la défense suédoise par une frappe de Maria Urrutia (41’) puis par une tentative lointaine de Carmen Araya (45’).

La physionomie du match n’allait que peu changer : les Suédoises étaient toujours aussi dominatrices mais, pour reprendre les mots de Bruno Bini sur Canal + sport, « orphelines de Lotta Schelin ». Quelques minutes après la reprise, Seger interceptait une passe dans le camp chilien et décalait Rolfö contrée par la défense (49’). Percutante, cette dernière retentait sa chance à la 56ème. Les Chiliennes encaissaient un gros coup dur avec la sortie sur civière d’Urrutia après une mauvaise réception sur son genou gauche. Elle cédait sa place à Yessenia Lopez (59’).

À l’heure de jeu, Magdalena Eriksson trouvait la tête de Seger mais la balle passait à côté. Le Chili maintenait toujours ce score vierge grâce à une vaillance inébranlable. À la 62ème minute, les Chiliennes construisaient une belle séquence de passes malheureusement sans danger pour la défense adverse.

La Suède opérait ses premiers changements : les sorties de Blackstenius et de Rolfö au profit d’Anna Anvegård et de Lina Hurtig. Lucila Venegas, distribuait le premier carton de la partie à Eriksson après un tacle sur l’entrante Lopez. La latérale gauche suédoise tentait sa chance à l’entrée de surface, mais le ballon passait au-dessus de la barre (71’). L’arbitre mexicaine renvoyait les troupes au vestiaire après le passage d’un orage, précédé d’une très forte pluie… Bienvenue en Bretagne !

Après 45 minutes d’interruption, le jeu reprenait son cours et la Suède poussait :  Jakobsson forçait une claquette d’Endler (74’) puis Asllani provoquait un carton jaune pour Carla Guererro. À la 81ème, Madelen Janogy entrait en jeu et allait semer le trouble par sa frappe détournée par la défense à l’origine du but d’Asllani à la 83ème. L’attaquante de Piteå condamnait le Chili par une chevauchée entre 4 défenseures et une très belle frappe.

Les Chiliennes, pour leur première en Coupe du Monde ont montré qu’elles méritaient leur place parmi les 24 en mettant la Suède en grande difficulté. Leur rigueur défensive a été remarquable n’accusant leur premier carton qu’à la 81ème minute, puis un autre juste avant le coup de sifflet final. De son côté, la Suède a peiné et l’entrée de Janogy pourrait troubler la hiérarchie des attaquantes.

fifa.com

🏟️ Roazhon Park (Rennes) : 15 875 spectateurs

⚽️⚽️ Kosovare Asllani 83′, Madelen Janogy 90+4′ (Suède)

Chili XI : Endler © – Toro, Saez, Guerrero, Galaz – Lara, Aedo, Araya – Balmaceda, Urrutia (puis Lopez 59′), Zamora.
Suède XI : Lindahl, Eriksson, Sembrant, Fischer, Glas – Seger ©, Asllani, Rubensson (puis Janogy 81′)- Rolfö (puis Hurtig 65′), Blackstenius (puis Anvegård 65′), Jakobsson.


ETATS-UNIS 13-0 THAÏLANDE

Les Thaïlandaises qui avaient posé quelques problèmes à nos Bleues en amical ont débuté leur 2ème Coupe du Monde (après 2015) face aux tenantes du titre américaines. L’USWNT, grand favori pour la victoire finale se devait de faire bonne figure face à leurs adversaires du jour, 34èmes au classement FIFA . Après une telle performance, les Américaines ont lancé un message très clair à toutes les prétendantes…

Les États-Unis s’étaient très vite installées dans le camp thaïlandais. Tout d’abord une première intrusion dans la surface (3’), puis une frappe tendue de Samantha Mewis relâchée puis captée par la gardienne (4’) et, dès la 5ème minute, un but d’Alex Morgan refusé pour une position d’hors-jeu.

Les Thaïlandaises subissaient les rafales américaines et ne cessaient de reculer permettant à Crystal Dunn et Kelley O’Hara d’épauler parfaitement les ailières Megan Rapinoe et Tobin Heath. En prime, un jeu en une touche avec Alex Morgan en point d’appui et les artilleuses Mewis et Rose Lavelle.

À la 11ème minute, O’Hara centrait pour Mewis qui avait devancé son vis-à-vis. La minute suivante, Kelley O’Hara était encore à la baguette, auteure d’un centre parfait pour la tête d’Alex Morgan. La Thaïlande entrait alors dans une partie cauchemardesque… Rose Lavelle doublait la mise d’une frappe toute puissante entre 3 joueuses (20’).

Les coéquipières de Julie Ertz prenaient possession du terrain et se permettaient quelques combinaisons spectaculaires appréciées par le public. La talonnade de Rapinoe pour Crystal Dunn faisait un carton plein (22’).

Usant des dégagements qui n’étaient que des balles perdues, il fallait attendre la demi-heure de jeu pour voir une occasion thaïlandaises. Mais très rapidement, Lindsey Horan offrait le 3ème but aux Américaines, sur coup de pied arrêté. L’entraîneure thaïlandaise procédait à son premier changement : la sortie de Wilaiporn Boothduang pour l’entrée de Pikul Khueanpet. La défense thaïlandaise évitait le 4-0 avant la mi-temps après un énorme cafouillage où Dunn, Rapinoe, Horan et Morgan s’étaient essayées au but sans trouver la faille dans l’amas de joueuses thaïlandaises positionnées devant leur but.

Une seconde période en fanfare avec 4 buts en 6 minutes ! Mewis sur une passe de Rapinoe (50’), Morgan après une déviation de la tête de Horan (54’), Mewis à la conclusion après un centre de Dunn pour Lavelle (55’) et Lavelle à la réception d’un centre de Mewis (56’). Après cet épisode, Ellis faisait entrer Carli Lloyd et Christen Press à la place de Rose Lavelle et Tobin Heath (57′). 10 minutes plus tard, Mallory Pugh faisait ses premiers pas en Coupe du Monde avec les grandes (69’), saluée par Julie Ertz. Taneelarn Dangda et Orathai Srimanee faisiaent également leur entrée.

Le dernier quart d’heure fut insurmontable pour les Thaïlandaises qui concédaient 6 buts en 18 minutes…. Morgan s’offrait un but supplémentaire après un superbe crochet pour se mettre sur son pied droit (74’). Ensuite, un fait assez rare dans ce match, un contre après une des uniques attaques thaïlandaises très bien mené par les Américaines, se concluait par un but de Rapinoe (79’). À la 81ème minute, Rapinoe faisait un travail considérable dans la défense thaïlandaise pour Alex Morgan. 10-0 pour les États-Unis.

4 minutes plus tard, Pugh apportait sa pierre à l’édifice, un quart d’heure après avoir découvert le mondial. L’USWNT égalait le record de la plus large victoire en phase finale de Coupe du Monde, jusque-là détenu par l’Allemagne (11-0 face à l’Argentine en 2007).

Briseuse de records, ce n’était autre qu’Alex Morgan qui marquait le but du 12-0, mais également un quintuplé, comme Michelle Akers en 1991. Là aussi un record. Une entrée en fanfare pour les Américaines conclue en beauté par Carli Lloyd dans le temps additionnel pour un 13-0 historique.

🏟️ Stade Auguste-Delaune (Reims) : 18 591 spectateurs

⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️⚽️ Alex Morgan 12′ 53′ 74′ 81′ 87′, Rose Lavelle 20′ 56′, Lindsey Horan 32′, Samantha Mewis 50′ 55′, Megan Rapinoe 79′, Mallory Pugh 85′, Carli Lloyd 90+2′ (États-Unis)

États-Unis XI : Naeher – Dunn, Ertz (puis Pugh 69′), Dahlkemper, O’Hara – Horan, Mewis, Lavelle (puis Lloyd 57′) – Rapinoe ©, Morgan, Heath (puis Press 57′).
Thaïlande XI : Chor Charoenying – Srangthaisong, Chinwong, Saenkhun, Phetwiset (puis Srimanee 71′) – Thingsombut (puis Dangda 65′), Intamee, Phancha, Boothduang (puis Khueanpet 35′), Sung-Ngoen © – Nild.

11 juin 2019

Coupe Du Monde, Groupe F : Record historique pour les États-Unis

Pour ces deux derniers matchs de la première journée de Coupe du Monde féminine, les vice-championnes olympique suédoises et les championnes du Monde en titre américaines […]
2 mars 2019

L’extraordinaire initiative de la fédération américaine à l’égard de femmes emblématiques

Une initiative à l’égard des femmes les plus inspirantes qui mérite d’être soulignée.
23 janvier 2019

FOOTALENT Episode 11 : Catarina Macario

Catarina Macario est née le 4 octobre 1999 à Sao Luis au Brésil. A seulement 19 ans, elle est déjà considérée comme la future Marta. Zoom […]
19 septembre 2018

#FOOTALENT Épisode 5 : Hailie Mace

La jeune Hailie Mace, 21 ans est une joueuse polyvalente évoluant à la fois latérale et ailière. Elle dispute le championnat NCAA avec les UCLA Bruins. […]