L’heure de la reprise a sonné !

MONTPELLIER HSC 1-2 PARIS FC

4ème derrière Bordeaux, Montpellier recevait le Paris FC, 6ème, dans le cadre de la 13ème journée de D1 Arkema. Lancées sur une série de 4 matchs sans défaite, les Héraultaises devaient gagner ce duel pour accrocher les Bordelaises qui avaient trois points d’avance. Les Parisiennes qui comptaient 14 points soit 10 de moins que Montpellier, n’avaient pas le droit à l’erreur. En effet, à égalité avec Fleury, le Paris FC avait la possibilité de se détacher de leurs rivales Floriacumoises.

Maïka Vanderstichel donnait le coup d’envoi au stade Bernard Gasset devant un tout petit nombre de spectateurs (171). Après une entame réussie par le Paris FC, le club de la capitale s’offrait la première occasion de la rencontre. En effet, Julie Soyer tentait sa chance aux 30 mètres, mais sa frappe s’écrasait sur l’extérieur du poteau de Cindy Perrault. Il fallait patienter quelques minutes pour voir les Montpelliéraines sortir de leur moitié de terrain, sans pour autant se créer des occasions. 5 minutes avant la pause, Sakina Karchaoui transformait la première occasion du MHSC, et marquait son premier but de la saison. Sarah Puntigam servait parfaitement Karchaoui en profondeur, cette dernière ajustait sa frappe entre les jambes de Natascha Honegger. Alors que le MHSC menait 1-0 avant le coup de sifflet signifiant la mi-temps, Ines Belloumou recevait un second carton jaune, en 6 minutes, synonyme de carton rouge. Désormais en supériorité numérique depuis la fin de la première période, le PFC revenait au score grâce à Sophie Vaysse à la 59èmeminute. Suite à un corner tiré par Gaëtane Thiney mais repoussé par la défense Héraultaise, Vaysse contrôlait de la cuisse et reprenait de volée le cuire qui se dirigeait dans le petit filet opposé. 3 minutes suffisaient pour voir le Paris FC prendre l’avantage. Morgane Nicoli manquait de dégager le centre de Julie Soyer, ce qui avait profité à Mathilde Bourdieu qui frappait de son pied gauche. La parisienne qui n’avait plus marqué depuis le 24 Novembre 2018 permettait à son club de mener 2 à 1 une demi-heure avant la fin. À la 71èmeminute, le MHSC avait l’occasion de revenir au score, mais Sandie Toletti ne mettait pas assez de puissance dans sa tête pour inquiéter la portière adverse. 7 minutes avant le coup de sifflet final, Sophie Vaysse recevait son deuxième carton jaune du match et se retrouvait elle aussi exclue de la rencontre, laissant ses partenaires à 10 contre 10. Malgré l’équité numérique, les Montpelliéraines ne sont pas parvenues à revenir au score. Score final MHSC 1-2 PFC.

Une défaite qui fait perdre du terrain sur la troisième place aux Héraultaises. Quant aux Parisiennes, cette victoire leurs permet de bien démarrer l’année et de conserver leur 6èmeplace au classement juste derrière l’En Avant Guingamp.

🏟 Stade Bernard Gasset (171 spectateurs)

⚽ Sakina Karchaoui 41′ (MHSC)

⚽⚽ Sophie Vaysse 59′, Mathilde Bourdieu 62′ (PFC)

MHSC XI : Perrault – Belloumou, Lakrar (puis Le Bihan 46′ puis Valérie Gauvin 74′), Nicoli, Romanelli – Toletti©, Landeka, Puntigam – Karchaoui, Mondesir, Petermann

PFC XI : Honneger – Savin, Butel, Müller-Priessen, Soyer – Sow (puis Benoit 74′), Vaysse – Aigbogun (puis Ferreira 67′), Thiney©, Mateo – Bourdieu (puis Barclais 89′).


STADE DE REIMS 1-0 FC METZ

Après la qualification acquise contre l’AS Saint-Étienne en Coupe de France, le FC Metz arrivait dans la Marne avec un nouvel entraîneur et l’envie de bien faire. Ce match de reprise contre le Stade de Reims, 9ème au classement, avait des allures de finale pour les Messines aux vues de la situation. Bon dernier avec un seul point, Metz avait l’obligation d’obtenir sa première victoire de la saison ce week-end.

Seul un carton jaune distribué à Ipek Kaya pour une faute sur Magou Doucouré a animé le premier quart d’heure de jeu. Metz a obtenu sa première occasion à la 26ème après un centre venu de la droite repoussé difficilement dans l’axe par Tullis-Joyce, et repris de la tête par Delabre en rupture. L’attaquante Messine est restée au sol suite au choc à la tête reçu sur le contact avec Doucouré. Dix minutes plus tard, Godart a sauvé son équipe en intervenant du bout du pied sur le centre en retrait d’Herrera pour Feller. À la pause, 0-0 avec un partage équitable des occasions mais surtout beaucoup de cartons. 5 au total ; 4 pour Metz et un 1 pour Reims. Des cartons jaunes qui ont symbolisé l’agressivité mise par les Messines désireuses d’éviter de rentrer bredouille en Moselle.

Sh’nia Gordon a pris de vitesse Doucouré mais n’a pas trouvé le cadre sur sa frappe en bout de course (55′). Le centre à ras de terre de Roux pour Feller à la 69ème aurait pu être synonyme d’ouverture du score si la jeune attaquante n’avait pas buté sur Justine Lerond à bout portant. Entrée à la pause, Morgane Belkhiter a réalisé une bonne prestation sur le côté droit de la défense Messine. Lerond a maintenu Metz dans le match par un nouvel arrêt déterminant à la 79ème sur une tête de Philippe après un corner venu de la gauche. La pression sur le but de Lerond s’est faite de plus en plus pressante ; 5 minutes plus tard, Romanenko a été oubliée par Feller qui a préféré tenter sa chance à l’entrée de la surface plutôt que de lui décaler le ballon (84′). C’était annoncé, Reims a fini par trouver le chemin des filets. Sur une ouverture de Spinelli, Tanya Romanenko entrée en jeu 6 minutes plus tôt, a profité d’un positionnement hésitant de Lerond pour l’ajuster d’un lob plein de sang froid (1-0, 88′).

Par sa victoire, Reims a un peu plus enterré les espoirs de Metz qui croyait au renouveau en ce début d’année. Pour les grenats, la suite s’annonce désormais très compliquée avec la réception de PSG le week-end prochain, puis un déplacement à Montpellier.

🏟 Stade Louis Blériot (197 spectateurs)

⚽ Tanya Romanenko 88′ (SDR)

SDR XI : Tullis Joyce – Simon, Kravets, Spinelli©, Doucouré, Rapp, Philippe, Corboz, Herrera, Roux (puis Romanenko 82′), Feller (puis David 91′).

FCM XI : Lerond ; Mayi Kith, Pasquereau, Godart (cap.), Kaya (puis Belkhiter 46′), Fercocq, Gavory, Gordon, Rougemont, Delabre (puis Pierre Louis 56′), Bigot.


FC FLEURY 0-2 EA GUINGAMP

Un match 100% ventre mou du classement à l’affiche de cette 13ème journée avec le FC Fleury 91 (7ème) qui recevait l’En Avant Guingamp (5ème). Déjà opposés en Coupe de France la semaine dernière, Guingamp et Fleury ont remis le couvert ce week-end en championnat. Une semaine plus tôt, c’est ce sont les Bretonnes qui étaient sortie victorieuses de la confrontation (1-2). Dans ce rematch, Fleury avait l’occasion de remettre les pendules à l’heure, et de basculer dans la première partie du tableau en battant son bourreau.

Les joueuses de Frédéric Biancalani ont été les premières à faire trembler les filets. Et comme le week-end dernier, Aïssata Traoré s’est muée en buteuse. Sur un coup franc botté au second poteau depuis la droite par Adélie Fourré, Traoré a placé une tête piquée et a offert le premier but de la rencontre à son équipe (18′). Un but qui était le tout premier de la joueuse en D1 Arkema. Malheureusement, la buteuse a été contrainte de quitter ses partenaires sur blessure peu après la demi-heure de jeu ; elle a été remplacée au pied levé par Sana Daoudi (35′). Rentrées au vestiaire avec l’avantage à la pause, les visiteuses se sont mises à l’abris à la 72ème minute de jeu. Une ouverture magnifique de Carlin Hudson a profité à Louise Fleury. Cette dernière s’est engouffrée sur l’aile gauche et à adressé un centre parfait pour Desire Oparanozie qui n’avait plus qu’à pousser le ballon dans le but vide (0-2, 72′). L’entrée en jeu de Lorena Azzaro, prêtée par l’Olympique Lyonnais à Fleury, n’a pas permis de ramener le FCF91 dans la rencontre.

L’En Avant Guingamp a montré sa supériorité en battant le FC Fleury pour la deuxième fois en l’espace de 6 jours. Deux succès obtenus loin de ses bases qui permettent à l’EAG de poursuivre son aventure en Coupe de France et de se rapprocher de Montpellier et de sa 4ème place en championnat.

🏟 Stade Robert Bobin (417 spectateurs)

⚽⚽ Aïssata Traoré 18′, Desire Oparanozie 72′ (EAG)

FCF91 XI : Philippe – Meffometou Tcheno, Sissoko, Sevecke©, Sandvej – Haupais (puis Dear 83′), Gadea – Machart-Rabanne (puis Larsen 65′), Corboz, Makanza – Malard (puis Azzaro 78′).

EAG XI : Durand© – Mansuy, Gevitz, Hudson, Hoarau – Ngock Yango, Fourré (puis Peniguel 88′), Palis (puis Le Mouël 70′), Traoré (puis Daoudi 35′), Fleury – Oparanozie.


DIJON FCO 1-4 ASJ SOYAUX

Sous la menace d’un retrait de trois points par la DNCG, l’ASJ Soyaux (8ème) devait faire le plein contre Dijon (10ème) pour creuser l’écart sur Marseille, premier relégable. Mais pour cela il fallait battre une équipe qui avant sa défaite 2-0 contre l’OL, restait sur 7 matchs sans défaite.

Après un début de match en faveur des Sojaldiciennes, c’est logiquement que les bleues et blanches ont ouvert le score. Une remise de Tandia suite à un coup franc de Lahmari, a permis à Cambot d’ouvrir le score de la tête (1-0, 28′). Emmeline Mainguy, de retour dans les buts après une fin d’année 2019 marquée par une blessure, a effectué une importante double intervention pour son équipe, maintenant ainsi ses co-équipières dans la rencontre (38′). 6 minutes plus tard, le DFCO égalisait grâce à une ouverture lumineuse d’Élodie Nakkach à destination de Rose Lavaud lancée en pleine course qui a eu le sang froid nécessaire pour réaliser le geste juste face à Romane Munich (1-1, 44′). Au retour des vestiaires, le DFCO est cueilli à froid par un enroulé pleine lucarne de Kim Cazeau qui signait-là son premier but avec l’ASJ (1-2, 48′). Déjà passeuse sur le but de Cazeau, Anissa Lahmari a récidivé quelques minutes plus tard. Cette fois, c’est Sarah Cambot qui a bénéficié du service Lahmari, et la buteuse maison n’a pas fait les choses à moitié : elle s’est envolée et a placé une retournée acrobatique sur laquelle Mainguy n’a pas pu intervenir (1-3, 65′). Un 6ème but pour Sarah Cambot en championnat qui a ainsi battu son précédent record de buts sur une saison en D1 (5). En fin de match, Cambot toujours, s’est offerte la cerise sur son gâteau à la saveur Côte d’Orienne. Par une passe décisive, elle a servie Laura Bourgouin qui, d’un enroulé dans le petit filet, a porté le score à 4 buts à 1 (89′).

Soyaux, avec la manière, est reparti avec les trois points.

🏟 Stade des Poussots (715 spectateurs)

⚽ Rose Lavaud (DFCO)

⚽⚽⚽⚽ Sarah Cambot 28′ 65′, Kimberley Cazeau 48′, Laura Bourgoin 89′ (ASJ)

DFCO XI : Mainguy – Goetsch, Cuynet, Trevisan – Solanet (puis Barbance 66′), Nakkach (puis Bouillot 80′), Bussaglia© – Bonet, Lavaud, Rodrigues.

ASJ XI : Munich – Cissoko, Collin, M’Bassidje, Couturier – Clerac, Tandia©, Lahmari (puis Da Costa 83′) – Dumont (puis Bourgoin 60′), Cazeau (puis Canon 70′), Cambot.


PARIS SG 11-0 OLYMPIQUE DE MARSEILLE

Le classique ! Si l’écart de niveau sur le papier était réel, l’affiche restait tout de même belle. Suite à la gifle reçue à Lyon en Coupe de France une semaine plus tôt (9-1), l’Olympique de Marseille se devait au minimum de montrer un autre visage dans son choc contre le PSG…

… Force est de constater que l’OM n’y est pas parvenu. Le groupe marseillais a même réussi à faire pire en encaissant ONZE buts. Le PSG a humilié l’OM, soigné sa différence de buts et boosté les statistiques individuelles de ses joueuses. Diani et Katoto ont triplé, Nadim tout comme Baltimore a doublé, alors que Formiga s’est offerte son tout premier but en D1 Arkema à l’âge de 41 ans ! Cette rencontre a également vu Luana la recrue hivernale du Paris Saint-Germain effectuer sa première apparition en championnat sous ses nouvelles couleurs. Ce non-match proposé par l’Olympique de Marseille est absolument honteux à ce niveau de compétition. Les Olympiennes, leurs membres du staff et leurs dirigeants vont devoir se poser les bonnes questions sous peine d’avoir à se les poser en 2ème division dans quelques mois.

🏟 Stade Jean Bouin

⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Kadidiatou Diani 5′ 32′ 45′, Nadia Nadim 10′ 37′, Marie-Antoinette Katoto 27′ 40′ 57′, Formiga 29′, Sandy Baltimore 70′ 79′ (PSG)

PSG XI : Endler – Périsset, Paredes©, Dudek, Morroni – Formiga (puis Luana 64′), Geyoro – Diani (puis Baltimore 64′), Nadim (puis Huitema 75′), Lawrence – Katoto.

OM XI : Joly – Laplacette, Lamarque, Pizzala©, Conesa (puis Maetz 46′) – Altunkulak, Sumo, Gherbi (puis Hamidou 73′), Coton-Pélagie (puis Zahot 59′), Cardia – Salomon.


GIRONDINS DE BORDEAUX 0-0 OLYMPIQUE LYONNAIS

C’était LE match à ne pas manquer lors de cette reprise du championnat. Les Bordelaises, 3ème, recevaient le leader de la D1 Arkema ; l’Olympique Lyonnais. Vainqueur 4 à 0 du match aller qui opposait les deux clubs, l’OL devait conforter sa première place du classement et demeurer invaincu. Avec une série de 5 victoires consécutives, Bordeaux commençait l’année 2020 avec de la confiance. À 2 points du Paris Saint-Germain, les Girondines n’avaient d’autres choix que de faire tomber l’ogre lyonnais pour rester au contact de Paris.

Ambiance des grands jours à Bordeaux et intensité maximale sur la pelouse. Touchée à l’épaule lors d’un contact avec Khadija Shaw, Griedge Mbock a été contrainte de quitter ses partenaires sur blessure (37′). Le pressing proposé par les deux formations s’est fait à très haute intensité pour mettre un maximum de pression à l’adversaire (41′). Malgré l’absence d’occasions notables, la première période proposée par les 23 actrices a été de bonne facture. Au retour de la pause, l’Olympique Lyonnais s’est montré plus entreprenant : une combinaison a abouti au centre d’Amandine Henry et à la volée de Nikita Parris sur Bruneau (48′). Quatre minutes plus tard, c’est Lucy Bronze qui centrait et Ada Hegerberg qui reprenait après avoir plongé au premier poteau, cependant, Romane Bruneau se trouvait encore sur la trajectoire. Avant l’heure de jeu, Marozsán déposait un caviar sur le crane de Parris mais l’internationale anglaise ne rentrait pas suffisamment dans le ballon et gâchait une opportunité précieuse (58′). Les duels se multipliaient un peu partout sur la pelouse, et particulièrement dans la zone de Selma Bacha et Claire Lavogez qui se rendaient coups pour coups malgré le carton jaune reçus par les deux actrices. Sur chaque phase arrêtée, Lyon essayait d’emballer le match en vain. Pedro Martinez Losa a pris la décision de sortir sa buteuse Khadija Shaw pour faire entrer Ouleymata Sarr, capable d’appels dans la profondeur (62′). Lyon a multiplié les centres, à la 67ème minute c’est Ada qui se retrouvait en position de centreuse pour Kumagai qui, du genou, ne parvenait pas à reprendre efficacement le ballon. Trois minutes plus tard Buchanan effectuait un important retour sur l’appel de balle dans le dos de la défense effectué par Maëlle Garbino (entrée en jeu à la 68ème). Les Girondines se sont procurées plusieurs occasions en contre attaque, notamment par l’intermédiaire de Viviane Asseyi qui écrasait et croisait trop sa frappe à la 73ème. Un dernier arrêt décisif du bout des gants de Bruneau en fin de match a sonné comme une affirmation : ce jour-là, l’OL ne gagnerait pas.

C’est sur le score vierge de 0-0 et dans la joie des supporters locaux que le match s’est terminé. Le public bordelais a véritablement joué le rôle de 12ème femme pour le FCGB, qui repart avec un point mérité tant l’opposition proposé à la meilleure équipe d’Europe a été de qualité.

🏟 Stade Sainte Germaine (1 821 spectateurs)

FCGB XI : Bruneau – Lardez, Gilles, E. Cascarino, Chatelin – Lavogez (puis Garbino 68′), Bilbault ©, Jaurena, Karchouni (puis Istillart 81′) – Asseyi, Shaw (puis Sarr 63′).

OL XI : Bouhaddi – Bronze, Renard ©, Mbock Bathy Nka (puis Buchanan 38′), Bacha – Henry, Kumagai – Parris (puis Cascarino 77′), Marozsán, Majri (puis van de Sanden 77′) – Hegerberg.

20 janvier 2020

D1 Arkema : 13ème journée

L’heure de la reprise a sonné !
14 janvier 2020

Une joueuse passée par la NWSL rejoint le Paris FC

Le Paris FC s’offre les services de l’internationale jamaïcaine jusqu’à la fin de la saison.
29 décembre 2019

D1 : L’équipe type de la décennie de PiedsCarrés-Féminin

10 années de football féminin, un seul onze type. Qui a obtenu les grâces de la rédaction ?
16 décembre 2019

D1 Arkema : 12ème journée

C’est la trêve ! Quelles équipes ont le plus mérité leur repos ? Place aux derniers résultats et au bilan.