Vous entendez son nom sans cesse depuis deux jours. La première Ballon d’Or de l’histoire du football féminin apparaît partout et n’a pas fini de faire parler d’elle.

Ada Hegerberg, ballon d’or et joueuse la mieux payée au monde

Ada Hegerberg vit des jours heureux en cette fin d’année 2018, sa réussite avec l’OL y est pour beaucoup mais son Ballon d’Or obtenu avant-hier a donné une nouvelle dimension à l’année écoulée et à la carrière de la joueuse. Il faut s’avoir que l’attaquante au numéro 14 en hommage à son idole Thierry Henry, est également la joueuse la mieux payée du circuit. Et ce, depuis sa prolongation de contrat l’été dernier qui a porté son salaire brut à environ 400 000€ par an, soit près de 33 000€ brut par mois (source : Sport Reporter, Canal+). Elle devance de peu certaines de ses co-équipières comme Wendie Renard & Amandine Henry dont les salaires sont situés entre 25 000 et 30 000 € brut mensuel.

Des salaires qui paraissent élevés mais qui pourtant sont encore à des années lumières de ceux du football masculin où Lionel Messi touche un peu plus de 3 millions d’euros par mois, soit 40 millions annuels. Viennent ensuite Cristiano Ronaldo et Neymar Jr qui ne sont pas très loin de ces chiffres avec 2,6 millions mensuels pour le Portugais et 2,5 millions pour la star brésilienne (soit respectivement 31 et 30 millions annuels). Ne crions pas au scandale bêtement concernant ces écarts entre les salaires des hommes et celui des femmes, ces salaires sont directement liés à l’argent généré par ces personnes pour leurs clubs. Messi, Ronaldo & co vendent des maillots dans le monde entier, remplissent des stades à eux tout seuls et font augmenter les prix des droits télé grâce à leur simple présence dans un championnat. Ce qui n’est pas encore le cas dans le foot féminin. Cependant les choses vont dans le bon sens. Canal+ a mis un peu d’argent sur la table pour récupérer les droits TV de la D1 Féminine jusqu’en 2023, et les contrats fédéraux en D1F se multiplient. Car si à l’OL (ou au PSG) toutes les joueuses de D1 bénéficient de contrats professionnels ce n’est pas le cas du reste du championnat féminin. Les écarts entre les grands de la D1F et les petits sont encore beaucoup trop importants.

Salaires moyens des grands championnats féminins sur la saison 2017/2018

Lors de la saison dernière, le salaire moyen d’une joueuse de D1F était de 3500€/mois. Une moyenne largement augmentée par l’Olympique Lyonnais (13 500€/mois de moyenne) et le Paris Saint-Germain (10 500€/mois de moyenne) sans lesquels le salaire moyen d’une joueuse de D1F chuterait aux alentours de 1800€ brut mensuel. Et comme il s’agit d’une moyenne, il est facile de deviner que beaucoup de joueuses avaient l’an dernier un salaire bien inférieur à ce chiffre, et c’est toujours le cas cette saison. Pourtant on parle de joueuses qui évoluent en D1 Féminine, l’élite du championnat de football féminin français. Des joueuses qui doivent s’entraîner extrêmement dur au quotidien pour continuer à figurer à ce niveau et rivaliser avec les grosses écuries de ce championnat. Et il est là le vrai scandale. Il n’est pas que les hommes gagnent plus que les femmes ; il est surtout dans le fait qu’encore aujourd’hui des femmes évoluant au plus haut niveau national de leur sport ne soient pas en mesure d’en vivre décemment. Ce qui n’est absolument pas normal, car la D1F ne se limite pas qu’à Lyon, Paris et Montpellier.

Comme dit plus haut, les choses vont dans le bon sens. Des médias comme le nôtre ou ceux de nos confrères se bougent depuis plusieurs années maintenant pour donner plus d’exposition au foot fem’, répondre aux questions des curieux et le crédibiliser aux yeux des sceptiques. Des fidèles abonnés et supporters comme ceux que nous avons au sein de notre communauté partagent nos travaux, œuvrent auprès des clubs près de chez eux souvent bénévolement et se déplacent dans les stades pour permettre au football féminin d’avancer. Tout cela finira par payer c’est une certitude. La Coupe du monde 2019 sera évidemment un moment important pour l’équipe de France mais pas que, ce sera un tournant pour tout le football féminin français si nous faisons tous de cet événement une énorme fête. Montrons aux sceptiques que le football féminin peut lui aussi rassembler des tas de gens. Objectif : Stades pleins !

5 décembre 2018

Ada Hegerberg, ballon d’or et joueuse la mieux payée au monde

Vous entendez son nom sans cesse depuis deux jours. La première Ballon d’Or de l’histoire du football féminin apparaît partout et n’a pas fini de faire […]
4 décembre 2018

La « blague » de Martin Solveig à Ada Hegerberg qui ne passe pas du tout

Comme vous le savez, hier avait lieu la cérémonie du Ballon d’Or. Une cérémonie marquée par l’intronisation d’une récompense féminine pour la première fois de l’histoire […]
3 décembre 2018

Ada Hegerberg, première Ballon d’or féminine de l’histoire !

La cérémonie du ballon d’or 2018 se tenait ce soir à Paris dans la salle du Grand Palais, l’occasion pour le journal L’Équipe de récompenser les […]
2 décembre 2018

CAN2018 : Le Top buts, et les récompenses individuelles de la compétition

Voilà, c’est fini la Coupe d’Afrique des Nations est arrivée à son terme et les joueuses vont retrouver leur clubs respectifs. Si Tcheno va retrouver l’EAG […]