Du 7 juin au 7 juillet 2019, pour la première fois de son histoire, la France accueillait la Coupe du Monde féminine, après avoir organisé la Coupe du Monde masculine en 1938 et en 1998.

La France était en compétition avec la Corée du Sud pour organiser cette huitième édition de la Coupe du monde féminine ainsi que la neuvième édition de celles des moins de 20 ans en 2018. Le 19 mars 2015, le comité exécutif de la FIFA attribue à l’unanimité l’organisation du tournoi à la France.

Pour accueillir les 52 rencontres, 9 stades ont été choisis : le Parc des Princes (Paris), le Roazhon Park (Rennes), le Stade Océane (Le Havre), le Groupama Stadium (Lyon), l’Allianz Riviera (Nice), le Stade du Hainaut (Valenciennes), le Stade Auguste-Delaune (Reims), le Stade de la Mosson (Montpellier), le Stade des Alpes (Grenoble). Ces stades ont rassemblé jusqu’à 1 131 312 de personnes, soit une moyenne de 21 756 spectateurs par match.

Grande nouveauté, la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage), pour la première fois de l’histoire de la compétition, est utilisée lors des matchs de la phase finale.

146 buts ont été marqués sur l’ensemble de la compétition, soit 2,8 buts par match. 124 cartons jaunes et seulement 4 cartons rouges ont été distribués.

Depuis 2015, la compétition est composée de 24 équipes réparties en 6 groupes de 4.

Emblèmes de la Coupe du Monde :

Le logo choisi reprend la forme du trophée de la Coupe du monde, surmonté par un ballon de football entouré de huit fragments de lumière, symbolisant la huitième édition de la Coupe du monde féminine. Il fait allusion à plusieurs symboles de la culture française :

  • Les couleurs du drapeau de la France
  • Les rayures bleues et blanches de la marinière, appelée aussi « rayure bretonne »
  • La fleur de lys

Le slogan de la Coupe du monde est « Le moment de briller » (« dare to shine » en anglais).

Le coq gaulois, symbole national français, a inspiré les créateurs de la mascotte Footix en 1998. Le 12 mai 2018, la FIFA a dévoilé que Footix a eu une fille nommée Ettie. Son nom, provient du mot « étoile », en référence à la première étoile qui a été remportée par son père lors de la Coupe du monde de football de 1998 en France.

Ettie, fille de Footix, mascotte officielle de la Coupe du monde 2019

Contrairement aux éditions précédentes, la Coupe du monde 2019 ne dispose d’aucun hymne officiel, cependant le titre « Gloria » de l’artiste Jain qui a inauguré la coupe du monde est diffusé à la fin de la majorité des matchs.

Phase de groupes :

Lors de la phase de groupes, seuls les 4 meilleurs troisièmes ont pu se qualifier pour les huitièmes de finale (en plus des premiers et des deuxièmes de chaque groupe).

Groupe A :

Le match d’ouverture de la Coupe du Monde a vu les Bleues s’imposer 4 à 0 face à la Corée du Sud devant 45 261 supporters et 9 829 000 de téléspectateurs. Un parcours sans faute pour la France qui a fini première de son groupe devant la Norvège (2ème), le Nigéria (3ème) et la Corée du Sud dernier.

Groupe B :

Favorite de ce groupe, les Allemandes ont terminé en tête devant l’Espagne et la Chine, qualifiée grâce à la règle des meilleurs troisième. L’Afrique du Sud a fini en dernière position du groupe B.

Groupe C :

L’Italie a créée la surprise dans cette édition en terminant première du groupe C, grâce au goal-average, devant l’Australie, le Brésil et la Jamaïque.

Groupe D :

L’Angleterre, favorite s’est hissée à la première place du groupe, suivi par le Japon, l’Argentine et l’Ecosse. L’Argentine, troisième avec 2 points, n’a pas été qualifiée pour la suite de la compétition.

Groupe E :

Désespoir pour la Nouvelle-Zélande qui n’a pas dépassée le 1er tour au profit du Cameroun qui s’est qualifié en tant que meilleur troisième lors d’un match décisif opposant les deux nations. Le Canada a fini deuxième et les Pays-Bas ont occupé la première position.

Groupe F :

Dans ce groupe, un match a marqué les esprits, États-Unis – Thaïlande. Grandes favorites de la compétition, les Américaines ont écrasé les Thaïlandaises en inscrivant 13 buts dont un quintuplé d’Alex Morgan. Le Chili ainsi que la Thaïlande ont fait leurs bagages au 1er tour, quant à la Suède, elle s’est classée en 2ème position derrière les USA.

Huitièmes de finale :

Norvège 1-1 Australie : au terme d’un match nul après 120 minutes de jeu, les Norvégiennes se sont qualifiées pour les quarts de finale suite une séance de tirs au but : l’un des matchs les plus palpitants de la compétition.

France 2-1 Brésil : impossible d’oublier ce match tant stressant. Le but d’Amandine Henry, survenu à la 107ème minute, a délivré tous les supporters français et a permis à l’équipe de France de poursuivre son aventure.

Les deux finalistes, les États-Unis et les Pays-Bas se sont tout les deux qualifiés se le score de 2-1 face à l’Espagne et le Japon.

L’Italie a de nouveau créée la surprise en battant les Chinoises 2 à 0 et s’est qualifiée pour la première fois de son histoire en quarts de finale.

Les Suédoises sont parvenues à éliminer le Canada en inscrivant un seul but.

L’Angleterre et l’Allemagne se sont toute les deux qualifiées sur le score de 3-0 contre le Cameroun et le Nigéria.

Quarts de finale :

Comme en 2015, les Lionesses ont éliminé les Norvégiennes. Cependant, cette fois-ci, l’Angleterre n’a fait qu’une bouchée des Scandinaves qui se sont inclinées 3-0.

28 juin 2019, la fin de l’aventure pour les Bleues qui sont éliminées par Megan Rapinoe grâce à son doublé. Le but de Wendie Renard, qui a redonné de l’espoir aux supporters, n’a pas suffi à la France pour se qualifier pour la suite de son mondial.

Fin de l’histoire également pour l’Italie qui s’est inclinée 2-0 face aux Pays-Bas.

La Suède, quant à elle, a créé la surprise en éliminant l’Allemagne au Roazhon Park sur le score de 2-1. Pourtant menées 1-0 suite à un but de Lina Magull, les Suédoises se sont qualifiées grâce à un but de Sofia Jakobsson et Stina Blackstenius.

Demi-finales :

Les États-Unis, dernière nation outre-Atlantique en lice, s’est qualifiée en finale pour la 5ème fois de son histoire. Vainqueures de l’Espagne et la France sur le score de 2-1, les Américaines ont éliminé l’Angleterre sur le même score.

De leur côté, les Pays-Bas, championnes d’Europe, se sont qualifiées en finale pour la première fois. Les Néerlandaises ont fait tomber les Suédoises grâce à un but de Jackie Groenen à la 99ème minute.

Finale :

Stéphanie Frappart, seule française encore en course, a été désigné pour arbitrer la finale entre les Etats-Unis et les Pays-Bas. Les Américaines ont d’abord buté sur un mur orange, avant qu’il ne se fissure à l’heure de jeu sur un pénalty de Megan Rapinoe. 9 minutes plus tard, le mur s’est écroulé après un but de Rose Lavelle.

Les USA ont remporté leur 4ème Coupe du Monde devant 57 900 spectateurs présent dans le Groupama Stadium.

Dans le match pour la troisième place, la Suède l’a emportée 2-1 face à l’Angleterre.

Récompenses individuelles :

  • Ballon d’or : Megan Rapinoe (États-Unis)
  • Ballon d’argent : Lucy Bronze (Angleterre)
  • Ballon de bronze : Rose Lavelle (États-Unis)
  • Soulier d’or : Megan Rapinoe (États-Unis)
  • Soulier d’argent : Alex Morgan (États-Unis)
  • Soulier de bronze : Ellen White (Angleterre)
  • Gant d’or : Sari van Veenendaal (Pays-Bas)
  • Jeune joueuse : Giulia Gwinn (Allemagne)
  • Trophée FIFA du Fair Play : France
  • But du tournoi : Cristiane pour le Brésil contre l’Australie lors du premier tour
Megan Rapinoe avec le trophée de la Coupe du Monde, le Soulier d’or et le ballon d’or
21 avril 2020

Coupe du Monde 2019 : La suprématie Américaine

Du 7 juin au 7 juillet 2019, pour la première fois de son histoire, la France accueillait la Coupe du Monde féminine, après avoir organisé la […]
20 avril 2020

Coupe Du Monde 2015 : la reprise du pouvoir

Flash back sur la Coupe Du Monde 2015.
19 avril 2020

Coupe Du Monde 2011 : le sacre d’un nouveau champion

Flash back sur la Coupe Du Monde 2011.
18 avril 2020

2007 : Retour à la case départ

16 ans après avoir accueilli la première édition de la Coupe du Monde, la Chine recevait de nouveau la compétition.