La 9ème journée du championnat était notée en rouge dans le calendrier de tous les amateurs de football féminin. Une journée marquée par le choc entre le champion l’Olympique Lyonnais et son dauphin, le Paris Saint-Germain.

OLYMPIQUE LYONNAIS 1-0 PARIS SG

C’est incontestablement LE choc de cette journée, LE match décisif qui détermine qui sera leader du championnat avant la trêve hivernale. Samedi, l’Olympique Lyonnais recevait le Paris Saint-Germain au Groupama Stadium à 17h30. Lors de la dernière rencontre entre ces deux équipes, les actrices avaient fini les 90 minutes sur un score de parité (1-1), et s’étaient départagées aux tirs au but. Remportée par l’OL, la séance a permis au club rhodanien de soulever le premier Trophée Des Championnes de l’histoire.

Comme à chaque match face aux lyonnaises, Olivier Echouafni opte pour une défense à 5 en plaçant Grace Geyoro entre Paulina Dudek et Irene Paredes. De l’autre côté, Jean-Luc Vasseur créé la surprise en titularisant, pour la première fois de la saison en D1, Selma Bacha à la place d’Alex Greenwood. Les Lyonnaises sont les premières à se créer des occasions. Amel Majri, lancée en profondeur par Saki Kumagai, réalise un joli petit pont avant de frapper mais Christiane Endler, attentive, repousse la balle. À la 11ème minute, S.Bacha donne le tournis à Diani et relance vers l’avant plutôt que de jouer derrière. S’en suit une occasion pour Eugénie Le Sommer qui commet une faute. Alors que les premières minutes du match sont soutenues par l’engagement et le rythme imposé par les Lyonnaises, on remarque tout de même des relances fébriles du côté des Fenottes à l’image de celles de Kadeisha Buchanan, titulaire en raison de la suspension de Wendie Renard ou encore de Sarah Bouhaddi à plusieurs reprises (13’, 20’). Heureusement pour elles, Paris n’en profite pas. Une belle action collective lyonnaise qui a pris naissance côté droit qui se poursuit à gauche après une transversale de Kumagai. Servie en retrait par Henry, la nipponne conclut par un tir lointain qui passe près du cadre, de quoi donner des frissons dans le stade. Au retour des vestiaires, les parisiennes n’ont pas le temps de souffler puisque que la milieu de terrain, Saki Kumagai leur bloque la respiration 3 minutes après la reprise devant les 30 661 spectateurs qui ont fait le déplacement. Sur un corner tiré par Dzsenifer Marozsan, la japonaise se joue de Formiga et coupe de la tête, le cuire prend la direction de la lucarne, 1-0 pour Lyon ! À la 50ème minute, Delphine Cascarino qui est entrée à la 32ème suite à la blessure d’ELS, manque de peu le but du KO. Après un magnifique une-deux entre Majri et Hegerberg, Cascarino frappe mais celle-ci vient s’écraser sur la barre transversale. Maro force Endler à réaliser une parade sur une frappe lointaine. Bouhaddi qui ne semble pas être en confiance depuis le début effectue une mauvaise sortie aérienne sur un coup franc parisien, heureusement Henry est parvenue à dégager le cuir. Ashley Lawrence, entrée à la place de Nadia Nadim à la 70ème minute, commet une faute aux 20 mètres. Majri se charge de tirer le coup franc qui semble filer en lucarne mais Endler bondi pour sortir le ballon. Le PSG semble mieux, depuis qu’Echouafni est passé à une défense à 4 avec Geyoro qui retrouve son positionnement naturel au milieu. L’effet est quasi-immédiat avec l’occasion crée par Katoto qui centre pour Lawrence. Cette dernière reprend et frappe à ras de terre ; alors que le ballon semblait se diriger dans le petit filet, Buchanan parvient à le dégager in extrémis au-dessus de son but. Endler préserve les chances de son équipe en allant se détendre de tout son long pour repousser la tentative de Cascarino qui parvient à frapper après avoir dribbler 2 défenseures. L’arbitre siffle la fin du match et Lyon l’emporte pour le plus grand bonheur de ses supporters.
Dans ce match crucial pour déterminer qui remportera le championnat, l’OL, qui s’est imposé 1-0 n’a plus connu de défaite en D1 depuis le 17 Décembre 2016 (défaite contre le PSG) soit un total de 65 matchs sans défaite. Le PSG devra donc prendre sa revanche lors du match retour le 14 Mars et faire un sans-faute s’il veut avoir une chance de remporter le titre.

🏟 Groupama Stadium (30 661 spectateurs)

⚽ Saki Kumagai 48′ (OL)

OL XI : Bouhaddi – Bronze, Buchanan, Mbock, Bacha – Kumagai, Henry, Marozsan (puis van de Sanden 77′) – Le Sommer© (puis Cascarino 33′), Majri, Hegerberg.

PSG XI : Endler – Glas, Dudek, Geyoro, Paredes©, Morroni – Formiga (puis Diallo 75′), Däbritz – Diani (puis Huitema 75′), Katoto, Nadim (puis Lawrence 68′).


FC METZ 0-4 GIRONDINS DE BORDEAUX

Au fond du trou après avoir perdu le match des relégables contre Dijon, le FC Metz allait devoir faire de son mieux à domicile contre la grosse cylindrée bordelaise, qui arrivait avec le plein de confiance suite à sa victoire lors du derby de Nouvelle-Aquitaine.

Alors que les 20 premières minutes du match sont peu productives des deux côtés, notamment à cause des pertes de balle et des passes imprécises, la première occasion du match est transformée en but à la 23ème minute grâce à Ines Jaurena. Suite à une faute de la Messine, Hélène Fercocq sur l’ex-parisienne, les Bordelaises obtiennent un coup franc aux vingt mètres. Un coup franc finement joué par Claire Lavogez qui passe à ras de terre à Viviane Asseyi. Cette dernière joue très bien le rôle de pivot et transmet en une touche à Jaurena qui frappe. Justine Lerond, malheureuse, rentre le ballon dans son but après que ce dernier se soit écrasé sur la barre transversale. Si le FCGB domine, il ne parvient pas à se procurer beaucoup d’occasions durant la première période et obtient son premier corner à la demi-heure de jeu seulement après un tacle de Rougemont qui dégage en corner. À la 38ème minute, Khadija Shaw manque de peu de la cadre, sa frappe est trop croisée pour inquiéter Lerond. Cette dernière qui a été nommée à deux reprises dans notre rubrique du plus bel arrêt du week-end, permet à son équipe de ne pas encaisser de but sur son face à face avec K. Shaw en contrant le ballon du pied (52’). Mais l’attaquante jamaïcaine ne tarde pas à marquer le deuxième but Bordelais. Asseyi trouve Lavogez en profondeur qui se fait tacler par Lerond. En renard de surface, Khadija Shaw vient pousser le cuire dans le fond du filet seulement 2 minutes après son précédent duel avec la gardienne. Metz tarde à répondre, mais se procure tout de même 3 occasions en 3 minutes, notamment avec les frappes de Jassie Vasconcelos et d’Amélie Delabre, toutes trois captées par Romane Bruneau titularisée à la place de d’Erin Nayler (72’, 74’, 75’). Shaw passe de buteuse à passeuse décisive ; en effet elle permet sur une passe en retrait, à Claire Lavogez d’inscrire son 2ème but de la saison. 5 minutes avant la fin de la rencontre, Shaw fait le show et s’offre un doublé de la tête suite à un centre de Delphine Chatelin. La sortie aérienne ratée de Lerond permet à la joueuse de 22 ans de comptabiliser 8 buts en 9 matchs. Elle revient ainsi à hauteur de Marie-Antoinette Katoto au le classement des buteuses.

Les Marine et Blanc consolident leur 4ème place tandis que le FC Metz reste bon dernier du championnat avec un seul point pris sur 27 possibles.

🏟 Stade Dezavelle (153 spectateurs)

⚽⚽⚽⚽ Justine Lerond [csc] 23′, Khadija Shaw 53′ 84′, Claire Lavogez 78′ (FCGB)

FCM XI : Lerond – Bigot, Rougemont, Kaya©, Lorgeré (puis Godart 53′) – Fercocq (puis Delabre 72′), Grimshaw – Gordon, Gavory, Pasquereau – Pekel (puis Vasconcelos 65′).

FCGB XI : Bruneau – Cascarino, Gilles, Lardez, Chatelin – Bilbault©, Jaurena – Lavogez (puis Karchouni 82′), Laurent (puis Sarr 63′), Asseyi (puis Garbino 80′) – Shaw.


ASJ SOYAUX 0-1 STADE DE REIMS

Confrontation entre deux équipes s’étant inclinées lors de la précédente journée et cherchant à se remettre la tête à l’endroit. Soyaux, 6ème, lutte pour rester dans la première partie du tableau. En face Reims qui pointe à la 9ème position, ne compte qu’un point d’avance sur Marseille 11ème et cherche à s’éloigner de la zone de relégation.

Romane Munich étant blessée, Cassandra Moinet prenait place dans le but soljaldicien. Sollicitée au bout de dix minutes, Moinet a dû effectuer un arrêt important pour conserver le score vierge. Bien que Cambot ait répondu par un bel enchaînement et une frappe, cette dernière était détournée (14′). Ensuite c’est Reims, par l’intermédiaire de Melissa Herrera qui s’est montré dangereux. La différence étant que la Chilienne, a sû tirer profit de la perte de balle d’Anna Clérac et du service de Naomi Feller. Grâce à elle, Reims a fait la course en tête dès la 21ème minute de jeu. (0-1). Le Stade de Reims aurait pu doubler la mise avant la pause mais le tacle d’Hawa Cissoko a préservé les espoirs sojaldiciens (40′). Malgré le fait qu’elle ne soient pas ridicules dans le jeu, les joueuses de Sébastien Joseph se retrouvaient menées à la mi-temps.

À peine entrée en jeu à la place de Lucie Pingeon (59′), Kim Cazeau décalait Anna Clérac qui déclenchait un tir qui passait à côté du poteau droit de Tullis-Joyce (63′). Les dix dernières minutes étaient irrespirables pour les Rémoises qui subissaient les offensives bleues et blanches. À la 81ème, Laura Bourgoin éliminait T-Joyce mais en bout de course, ne parvenait pas à redresser suffisamment le ballon dont la trajectoire a fini sur le poteau. Une occasion en or, mais pas la dernière puisque l’ASJ Soyaux obtenait un penalty à la 89ème. Une ultime opportunité d’égaliser manquée par Bourgoin qui frappait sur la barre transversale (91′). Score final : ASJ Soyaux 0 , Stade de Reims 1.

Les Rémoises ont infligé aux Charentaises leur première défaite à domicile de la saison et se sont données de l’air par rapport aux relégables. Ces trois points pris leurs permettent de revenir au classement à hauteur de leur adversaire du jour avec 10 points.

🏟 Stade Camille Lebon (363 spectateurs)

⚽ Melissa Herrera 21′ (SDR)

ASJ XI : Moinet – Cissoko, Couturier, M’Bassidje, Boudaud – Clérac©, Da Costa (puis Canon 73′) – Pingeon (puis Cazeau 59′), Bourgouin, Dumont (puis Magnier 81′) – Cambot.

SDR XI : Tullis-Joyce – Simon, Kravets, Spinelli©, Doucouré – Corboz (puis David 74′), Philippe, Rapp, Herrera – Romanenko (puis Roux 93′) – Feller.


FC FLEURY 1-1 DIJON FCO

Avec 10 points pris en 8 matchs, le FC Fleury reste sur une victoire convaincante contre l’OM et se situe en milieu de tableau à la 7ème position. Contre Fleury ; Dijon, qui grâce aux trois points pris in-extremis contre Metz lors de la précédente journée, a pu recoller au groupe luttant pour le maintien composé de l’Olympique de Marseille et du Stade de Reims.

Le long centre de Fernandes côté droit a crée une mésentente dans la défense Dijonnaise. L’incompréhension entre Mainguy et sa défenseure Cuynet, a profité à Marina Makanza qui a ouvert le score et les hostilités après 25 minutes de jeu (1-0). Le 4ème but en 9 matchs sous les couleurs floriacumoises pour celle qui n’en avait inscrit que 3 en 31 rencontres avec le Paris FC. Malheureusement, l’avantage pris au score n’a duré que quatre minutes pour les locales. Une main de Sissoko dans la surface a contraint Justine Catania à désigner le point de penalty. Élise Bussaglia, meilleure dijonnaise depuis le début de la saison, s’est chargée de le transformer et de remettre les deux formations à égalité (1-1, 29′). Suite à un choc avec Marine Haupais, Ophélie Cuynet a été forcée d’abandonner ses partenaires peu avant la pause (44′). Équilibrée, la deuxième partie du match n’a pas été riche en frissons si ce n’est en toute fin de match. Touchée au pied au début du temps additionnel, Emmeline Mainguy a eu le jump nécessaire pour effectuer une parade ultra-décisive sur la volée de Kelly Gadea à la 93ème.

Un arrêt qui prive Gadea d’un deuxième but en deux matchs après celui qu’elle a inscrit contre Marseille lors de la dernière journée. Par cette action, Mainguy valide un bon point pris à l’extérieur par le DFCO qui ne perd plus depuis 3 matchs (2 matchs nuls, 1 victoire).

🏟 Stade Auguste Gentelet (174 spectateurs)

⚽ Marina Makanza 25′ (FCF91)

⚽ Élise Bussaglia [sp] 29′ (DFCO)

FCF91 XI : Philippe – Fernandes, Sissoko, Sevecke©, Meffometou Tcheno – Gadea, Haupais (puis Machart-Rabanne 72′) – Corboz, Dear, Makanza (puis Diaz 84′) – Larsen.

DFCO XI : Mainguy – Goetsch, Cuynet (puis Trevisan 44′), Daniel, Awona – Bussaglia©, Nakkach (puis Solanet 60′) – Lavaud, Barbance, Declercq – Carol Rodrigues (puis Bonet 84).


OLYMPIQUE DE MARSEILLE 0-3 MONTPELLIER HSC

Lors de cette 9ème journée de championnat, Marseille avant dernier, recevait Montpellier, troisième derrière Lyon et le Paris-Saint-Germain. Une rencontre importante pour les deux équipes puisque d’un côté une victoire de l’OM aurait pu sortir le club Phocéen de la zone rouge. Une victoire tout aussi précieuse pour le MHSC qui avec 16 points, restait à portée de fusil de Bordeaux et ses 15 points.

Montpellier a mis le pied sur le ballon dès les premiers instants de la partie et a ouvert le score à la demi-heure de jeu par Valérie Gauvin qui enchaînait sa 4ème titularisation consécutive. Cinq minutes plus tard, Anouk Dekker empêchait l’Olympique de Marseille de recoller au score avec un sauvetage sur sa ligne (34′). Au retour de la pause, Gauvin devenait passeuse pour Petermann qui faisait trembler les filets pour la 7ème fois cette saison sur une tête piquée après un centre au cordeau de sa co-équipière (2-0, 48′). La complicité entre Petermann et Gauvin est bien réelle ; sur le troisième but, c’est Petermann qui servait Gauvin. À l’entrée de la surface, l’Allemande centrait pour l’internationale française (28 sélections, 13 buts), qui reprenait au niveau du point de penalty du droit sans contrôle pour son 6ème but cette saison (76′).

Porté par son duo d’attaque de choc Petermann/Gauvin (13 buts à elles deux), Montpellier évite le piège tendu par les Olympiennes et s’assure de conserver sa troisième place en attendant la prochaine journée et la confrontation contre l’En Avant Guingamp, qui a déjà fait deux victimes parmi les gros du championnat (Bordeaux & le Paris SG). En revanche, remobilisation obligatoire pour les joueuses de Christophe Parra qui iront jouer un match qui pourrait s’avérer décisif au niveau comptable en fin de saison contre Dijon.

🏟 Stade Paul Le Cesne (126 spectateurs)

⚽⚽⚽ Valérie Gauvin 29′ 76′, Lena Petermann 48′ (MHSC)

OM XI : Joly – Laplacette, Antoine, Pizzala©, Blanc – Ali Nadjim (puis Perret 82′), Coton-Pélagie (puis Gherbi 80′), Sumo, Coudon (puis Caputo 57′) – Zahot – Cardia.

MHSC XI : Perrault – Torrent©, Dekker, Nicoli (puis Lakrar 80′), Karchaoui (puis Belloumou) – Le Bihan, Landeka (puis Léger 79′), Puntigam – Mondésir, Gauvin, Petermann.


EA GUINGAMP 2-0 PARIS FC

Boosté après son match nul obtenu au Stade Jean Bouin, l’En Avant Guingamp était déterminé à jouer un nouveau tour à un gros du championnat. En cas de victoire, les rouge et noire passeraient devant leur adversaire du jour.

Bien que le score soit vierge à la pause, le spectacle et le rythme était au rendez-vous. Solène Durand a maintenu l’EAG dans le coup en première période par des arrêts décisifs, et c’est Louise Fleury qui a débloqué la situation pour les joueuses de Frédéric Biancalani. De retour de sa première convocation en équipe de France A, Fleury a montré la voie à ses partenaires en ouvrant le score d’un pointu après un numéro au milieu de plusieurs Parisiennes (73′). À 5 minutes du terme, le Paris FC a eu l’opportunité de recoller au score sur penalty, mais Gaëtane Thiney a vu sa tentative heurter la barre transversale de Durand. En toute fin de match, Oparanozie qui n’avait jusque-là pas encore ouvert son compteur, a offert à l’assistance et aux téléspectateurs le coup d’éclat du week-end. Voyant Pecharman s’avancer régulièrement, l’attaquante nigériane a frappé des 40 mètres. Le bon coup d’œil, le bon coup de patte ; ça fait 2-0 pour Guingamp qui s’offrait-là la deuxième victoire à domicile de sa saison.

Après avoir tenu tête au Paris SG, l’EA Guingamp fait plier le Paris FC et confirme son statut de bête noire des équipes du top 5. Montpellier (3ème et prochain adversaire des Bretonnes) est prévenu.

🏟 Stade de l’Akademi (427 spectateurs)

⚽⚽ Louise Fleury 73′, Desire Oparanozie 92′ (EAG)

EAG XI : Durand© – Mansuy, Gevitz, Hudson, Hoarau – Daoudi (puis Le Mouël 72′), Tyryshkina, Ngock Yango – Fourré (puis Robert 63′), Oparanozie, Fleury (puis Traoré 82′).

PFC XI : Pecharman – Soyer, Müller-Prießen, Butel, Aigbogun – Vaysse, Jean-François – Matéo (puis Sällström 60′), Thiney©, Catala – Bourdieu (puis Benoit 82′).

19 novembre 2019

D1 Arkema : 9ème journée

La 9ème journée du championnat était notée en rouge dans le calendrier de tous les amateurs de football féminin. Une journée marquée par le choc entre […]
4 novembre 2019

D1 Arkema : 8ème journée

Montpellier/Lyon, le choc des mal-classés, le derby de nouvelle Aquitaine … Le programme de la J8 était chargé.
28 octobre 2019

D1 Arkema : 7ème journée

Il y avait trois gros matchs à l’affiche de cette 7ème journée de D1, et les promesses ont été tenues.
21 octobre 2019

D1 Arkema : 6ème journée

Un quart de la saison a désormais été disputé. Après 6 matchs, qui figure au tableau d’honneur, qui est le bonnet d’âne de ce début de […]