Des écarts se sont creusés à tous les niveaux en D1, cette journée était l’occasion de resserrer les rangs en vue du sprint final.

FC FLEURY 0-2 GIRONDINS DE BORDEAUX

Depuis son exploit contre Lyon (match nul 0-0), le FC Girondins de Bordeaux a connu deux matchs compliqués. Une victoire difficile contre Dijon grâce à super un but de Delphine Chatelin (1-0) et une qualification poussive en Coupe de France contre Montauban (D2) aux tirs au but. Le déplacement chez le 8ème n’avait donc rien d’une formalité d’autant plus que Fleury avait grandement besoin de points après avoir subi 3 défaites de rang en championnat.

Dans un rush similaire à celui effectué une semaine plus tôt, Delphine Chatelin n’est pas passée loin d’inscrire son deuxième but de la saison et d’ouvrir le score (6′). Sur le corner qui a suivi, Viviane Asseyi a trouvé le chemin des filets de la tête (1-0, 7′). Le cuire a d’abord heurté la barre transversale avant de franchir de justesse la ligne. Laëtitia Philippe est arrivée trop tard pour dégager le ballon. La qualité du terrain a rendu difficile le développement du jeu des deux équipes. Un centre de Tcheno et une remise de Rachel Corboz a offert une opportunité à Melvine Malard, cependant la championne d’Europe U19 n’est pas parvenue à placer sa frappe et le ballon fut capté facilement par Romane Bruneau (41′). La seconde période a été lancé par un joli sombrero de Malard sur Vanessa Gilles (59′). Dans un moment de flottement, Ghoutia Karchouni a réalisé un bon centre en profondeur qui a été repris par Viviane Asseyi qui s’est jetée entre Sissoko et Tcheno (2-0, 82′). L’internationale française s’est offert son troisième doublé de la saison Ce second but des marines et blanches a scellé le sort du match. Bordeaux est reparti de Fleury avec trois points mérités sans avoir effectué la prestation de l’année.

🏟 Stade Auguste Gentelet (337 spectateurs)

⚽⚽ Viviane Asseyi 7′ 82′ (FCGB)

FCF91 XI : Philippe – Meffometou Tcheno, Sevecke©, Sissoko, Sandvej – Machart Rabanne (puis Makanza 65′), Gadea, Dear, Corboz – Malard (puis Azzaro 87′) – Larsen (puis Chatelain 87′).

FCGB XI : Bruneau – Lardez, Gilles, Cascarino, Chatelin – Jaurena Karchouni (puis Thibaud 85′), Asseyi©, Garbino (puis Istillart 65′) – Shaw (puis Laurent 70′), Sarr.


STADE DE REIMS 1-7 MONTPELLIER HSC

C’est sans sa meilleure buteuse Naomie Feller partie à Lyon, que Reims a reçu le Montpel. lier Hérault Sport Club 4ème de D1 Arkema. Les regards en direction de Reims étaient nombreux afin d’observer la réaction du groupe au départ de son prodige. Une réaction positive espérée contre l’un des gros de ce championnat qui sortait d’une énorme victoire contre le FC Metz (7-1) en Coupe de France.

Sakina Karchaoui, capitaine en l’absence de Marion Torrent tout juste de retour après une déchirure à la cuisse, a montré la voie à ses partenaires en ouvrant le score du droit après seulement 33 secondes de jeu (0-1). 6 minutes plus tard, Sandie Toletti double la mise d’une frappe croisée à l’entrée de la surface (0-2, 7′). Le MHSC a déroulé sur le reste de la première mi-temps enchaînant avec décontraction un 3ème, un 4ème puis un 5ème but grâce aux réalisations de Clarisse Le Bihan (0-3, 23′), d’Iva Landeka (0-4, 32′) et de Lena Petermann (0-5, 45+1′). Une véritable humiliation pour Reims qui s’est retrouvé mené 0-5 à la pause sur sa pelouse. Lors des 45 autres minutes, les joueuses de Frédéric Mendy ont géré, ce qui ne leur a pas empêché d’inscrire un 6ème but par l’intermédiaire de Valérie Gauvin sur un service en retrait de Petermann (0-6, 63′). Un relâchement des visiteuses a permis aux locales de « sauver l’honneur ». Ainsi, Melissa Gomes a pu marquer son deuxième but de la saison (1-6, 79′). Habituée des entrées en jeu réussies, Marie-Charlotte Léger a ponctué la prestation collective par un but à la
90ème minute de jeu pour une victoire large. Score final Reims 1-7 Montpellier.

Remobilisation obligatoire pour Reims après cette claque inadmissible reçue devant son public qu’on ne peut finalement pas lier au départ de sa buteuse. En revanche, Montpellier prend les points pour continuer à espérer rejoindre Bordeaux solidement accroché à la troisième place.

🏟 Stade Louis Blériot (201 spectateurs)

⚽ Melissa Gomes 79′ (SDR)

⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Sakina Karchaoui 1′, Sandie Toletti 7′, Clarisse Le Bihan 23′, Iva Landeka 32′, Lena Petermann 45+1′, Valérie Gauvin 63′, Marie-Charlotte Léger 90′ (MHSC)

SDR XI : Tullis-Joyce – Doucouré (puis van der Linden 57′), Kravets, Spinelli©, Deslandes – Corboz (puis David 77′), Philippe, Rapp, Soyeux (puis Ouchene 77′), Romanenko – Gomes.

MHSC XI : Perrault – Romanelli, Nicoli, Lakrar, Belloumou – Landeka, Le Bihan (puis Mondésir 63′), Toletti (puis Puntigam 77′), Karchaoui© (puis Léger 46′) – Petermann, Gauvin.


DIJON FCO 0-4 PARIS FC

Dijon c’est aucun point pris sur six possibles en Janvier 2020. Heureusement pour le DFCO, les relégables enchaînent les défaites et ne reviennent pas au classement. En revanche, les 6 points pris sur 6 du Paris FC ont lancé de la plus belle manière leur nouvelle année. Deux trajectoires opposées mais une seule réalité attendait les deux clubs ; celle du terrain.

Dès les premières minutes, le Paris FC a pris les devants. Sur un corner botté par Gaëtane Thiney, Coumba Sow a repris de la tête et a ouvert le score (0-1, 5′). Après 13 journées de mutisme, G. Thiney a délivré sa deuxième passe décisive en deux rencontres de D1. Deux minutes plus tard, le PFC n’est pas passé loin de breaker mais Clara Matéo a buté sur Emmeline Mainguy. Le dames de Sandrine Soubeyrand ont multiplié les récupérations hautes empêchant Dijon de se créer la moindre occasion. En conséquence, le premier tir du DFCO a été effectué légèrement avant la demi-heure de jeu par l’intermédiaire de Rose Lavaud. À la pause, les Dijonnaises ont pu s’estimer heureuses d’être qu’à un but des Parisiennes et donc ; toujours dans le coup. Mais pas pour longtemps. À peine revenus des vestiaires, les joueuses de la capitale ont doublé la mise grâce à Matéo bien décalée par Sow qui, après avoir été buteuse, s’est muée en passeuse pour sa partenaire (0-2, 50′). Sur un centre-tir à la 64ème minute, Clara Matéo, buteuse quelques instants plus tôt, s’est octroyée un doublé avec beaucoup de réussite. Mainguy a été prise par la trajectoire du centre et contrainte de s’incliner une troisième fois (0-3, 64′). L’entrée en jeu de Solène Barbance à la place de Tatiana Solanet n’a pas changé la donne : le Paris FC sans pitié a bouclé l’affaire avec un quatrième but. Bien lancée, Mathilde Bourdieu s’en est allée seule vers le but, et a remisé en retrait pour Claire Savin qui n’a plus eu qu’à pousser le ballon au fond des filets.

le DFCO n’a pas existé, le PFC l’a étouffé et les trois points sont mérités. Paris continue sur sa lancée et enchaîne une troisième victoire en 3 matchs et va pouvoir profiter sereinement de la coupure Coupe de France avant de recevoir le Stade de Reims. Pour Dijon il va falloir remettre rapidement le bleu de chauffe pour ne pas sombrer complètement contre l’Olympique Lyonnais lors du quart de finale de coupe.

🏟 Stade des Poussots (770 spectateurs)

⚽⚽⚽⚽ Coumba Sow 5′, Clara Matéo 50′ 64′, Claire Savin 71′ (PFC)

DFCO XI : Mainguy – Goetsch, Trevisan, Cuynet, Daughetee – Solanet (puis Barbance 66′), Nakkach (puis Bouillot 73′), Bussaglia© – Lavaud, Barrier, Declercq (puis Stephen 82′).

PFC XI : Honegger – Soyer, Butel, Müller-Prießen, Savin – Vaysse – Matéo (puis Ferreira 79′), Sow (puis Benoit 70′), Thiney©, Aigbogun (puis Catala 74′) – Bourdieu.


FC METZ 0-0 EA GUINGAMP

D’un côté ; le néant. De l’autre ; de belle promesses. Metz recevait Guingamp avec l’intention de se battre jusqu’au bout sans se laisser miner par leur situation au classement. En face, l’En Avant Guingamp était en pleine bourre cumulant 4 victoires en 4 rencontres toutes compétitions confondues en 2020. Sur le papier avant la rencontre : avantage EAG.

La victoire Guingampaise lors de la 14ème journée de D1 Arkema contre Soyaux a assuré l’En Avant de son maintien dans l’élite. Élite que le FC Metz quittera en fin de saison sauf énorme retournement de situation. En attendant, l’opération sauvetage était toujours d’actualité en Moselle et les Messines, à défaut de l’emporter, ont obtenu leur second match nul de la saison. Un deuxième point qui ne change presque rien au classement mais qui fait du bien dans les têtes.

À noter également que les grenats, ont effectué leur premier clean-sheet (match sans encaisser de but), depuis le 24 Novembre 2018. Date à laquelle, Metz a battu le LOSC 2-0 à domicile. Elles ont mis fin à une série de 29 matchs consécutifs (toutes compétitions confondues) où elles encaissaient au minimum un but.

🏟 Stade Dezavelle (169 spectateurs)

FCM XI : Lerond – Pasquereau, Belkhiter, Godart, Mayi Kith – Rougemont©, Levasseur (puis Fercocq 16′) – Gordon, Gavory, Sarpong (puis Pierre-Louis 77′) – Bigot (puis Delabre 60′).

EAG XI : Durand© – Mansuy, Gevitz, Hudson, Hoarau – Palis, Ngock Yango – Traoré, Le Mouël (puis Daoudi 76′), Fleury (puis Lukas 84′) – Peniguel (puis Robert 64′).


OLYMPIQUE DE MARSEILLE 0-8 OLYMPIQUE LYONNAIS

Un duel des Olympiques déséquilibré sur le papier. L’Olympique de Marseille, 11ème de D1 Arkema recevait les Lyonnaises en tête du championnat sur la pelouse synthétique du stade Paul Le Cesne. Une première sans Ada Hegerberg et avec Naomie Feller pour l’OL qui n’aura pas perturbé l’offensive rhodanienne.

L’OM a choisi de presser très fort l’OL et n’a pas hésité à jouer haut. Les visiteuses ont bénéficié d’ouvertures sur les ailes à l’image de Lucy Bronze (4’) et Dzsenifer Marozsan (5’). Les Marseillaises se sont créées une première occasion dangereuse par Maëva Salomon à destination de Mickaëlla Cardia à la 7ème minute. Une entame agressive des Sudistes malheureusement stoppée par le but de Saki Kumagai, son 2ème de la saison, sur un ballon en retrait de Bronze. La Nippone a célébré ce but en brandissant le maillot de Hegerberg. L’Olympique Lyonnais qui a pris l’ascendant du match, les Marseillaises ont volontiers essayé de construire le jeu mais passer la ligne médiane s’est avéré difficile. Néanmoins Cardia a percé la défense lyonnaise sur un contre avant de se faire rattraper par Griedge Mbock (26’). La minute suivante, Nikita Parris alignée en numéro 9, s’est crée sa première occasion de but sur une tête à côté. Puis l’Anglaise s’est ensuite amusé de la défense marseillaise sans parvenir à marquer (38’). 5 minutes avant la pause, Wendie Renard a doublé la mise depuis le point de penalty d’une superbe lucarne pleine de maîtrise et d’assurance. Les Olympiques se sont séparés sur le score de 0-2 à la pause.
Mais la seconde période a été bien plus compliquée pour Marseille et bien plus fructueuse pour Lyon. Un festival de 6 buts en 45 minutes qui s’est ouvert sur une sublime action de Mbock : un coup du sombrero et reprise de volée inarrêtable pour fêter son retour de blessure (49’). La défense marseillaise aux abois, Parris est servie en profondeur par Cascarino et élimine la gardienne pour marquer à l’heure de jeu. Trois minutes plus tard, Renard a enfoncé le clou d’une tête sur le corner de Marozsán.
Naomie Feller n’aura mis que 6 minutes pour se mettre en marche, la machine est lancée ! La jeune espoir s’est parfaitement positionnée au second poteau, esseulée, pour reprendre le centre d’Amel Majri d’un plat du pied (67’). Enfin, Marozsán s’est offerte un doublé, d’abord buteuse à la
73ème minute sur un centre au sol de Bronze puis sur penalty à la 89ème minute, trompant Blandine Joly.
Ce week-end, l’Olympique était Lyonnais.

🏟 Stade Paul Le Cesne (266 spectateurs)

⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Saki Kumagai 15′, Wendie Renard 40′[sp] 64′, Griedge Mbock 49′, Nikita Parris 60′, Naomie Feller 67′, Dzsenifer Marozsán 73′ 89′[sp] (OL)

OM XI : Joly – Laplacette, Lamarque, Pizzala©, Coudon – Hamidou – Caputo (puis Conesa 64′), Perret (puis Gherbi 64′), Coton-Pélagie (puis Altunkulak 84′), Cardia – Salomon.

OL XI : Bouhaddi – Bronze, Mbock, Renard©, Greenwood – Marozsán, Kumagai, Henry – Cascarino (puis van de Sanden 61′), Parris (puis Feller 61′), Majri (puis Silva 80′).


ASJ SOYAUX 0-3 PARIS SG

Le Paris-Saint Germain, deuxième club de D1 affrontait Soyaux, 7ème du classement avant la rencontre. Les Parisiennes s’étant imposées au match aller 7-0, allaient devoir jouer à leur niveau face à des Sojaldiciennes désireuses de faire beaucoup mieux cette fois.

Le match se déroule dans des conditions compliquées, un fort vent perturbe le match et en première période ce sont les Sojaldiciennes qui en font les frais. Les Parisiennes ouvrent rapidement le score après 8 minutes de jeu sur un but de Nadia Nadim. Le PSG a plusieurs occasions en ce début de matchs (13’ 15’ 23’), notamment l’attaquante Marie-Antoinette Katoto qui perd son duel contre Romane Munich. La gardienne fait une très bonne première période et permet à son équipe de maintenir le score. Les occasions pour Soyaux sont peu nombreuses (1). À court de solutions, l’équipe mise essentiellement sur les contre-attaques pour être dangereuse face au 2ème club de D1. Ces contre-attaques sont favorisées par une équipe parisienne qui prend des risques qu’elle ne prendrait pas en Ligue des Champions ou contre Lyon. Malgré les efforts des Sojaldiciennes pour résister, la fin de première période est entachée par 2 buts à une minute d’intervalle. Grace Geyoro inscrit le 2ème but de la rencontre à la 41ème minute et marque ainsi son 5ème but cette saison. Une minute plus tard, Marie-Antoinette Katoto, meilleure buteuse du championnat, profite d’un cafouillage défensif pour inscrire le 3ème but. La première mi-temps se termine difficilement pour Soyaux et la gardienne exprime cette frustration au micro de Canal +, en précisant que les conditions climatiques ne les favorisent pas, que le score ne reflète pas le match et qu’elles vont axer leur deuxième mi-temps sur les contre-attaques.
Deuxième période compliquée pour Soyaux qui effectue dès la 46ème minute un changement avec la sortie d’Anissa Lahmari pour faire entrer Angéline Da Costa. Quelques minutes plus tard, Sébastien Joseph enchaîne avec la sortie de Laura Bourgouin, remplacée par Clémentine Canon (59’). Les Parisiennes ont un temps de possession supérieur mais manquent de finition. À la 64ème minute de jeu, Katoto a deux occasions successives, sans parvenir à conclure surement dû au manque de justesse dans ses deux tirs mais également d’un manque d’appui. Après une faute de l’ASJ Soyaux, Périsset tire un coup franc qui viendra toucher le poteau sans intervention de Munich (68’). Pour son 100ème match avec Soyaux, Anna Clérac subit un choc à la cheville droite et montre des signes d’une possible blessure. Dernier changement pour les locales qui voient entrer Lucie Pingeon à la place de Siga Tandia, dans le même temps, le PSG effectue son premier changement en faisant sortir Nadim après son très bon match au profit de Lea Khelifi. À la 83ème, c’est Karina Sævik qui rentre à la place de Sandy Baltimore et qui dès la première minute de jeu a une grosse occasion de marquer, qui cependant ne donnera rien.

Fin du match pour les parisiennes qui restent à 3 points des Lyonnaises à l’issue de cette 15ème journée. Les Charentaises conservent leur 7ème place au classement profitant du fait que tous leurs poursuivants directs au classement se soient également inclinés.

🏟 Stade Camille Lebon (642 spectateurs)

ASJ XI : Munich – Cissoko, M’Bassidje, Rougé, Boudaud – Tandia© (puis Pingeon 74′) – Canon (puis Bourgouin 60′), Da Costa (puis Lahmari 46′), Clérac, Dumont – Cambot.

PSG XI : Endler – Périsset, Paredes©, Dudek, Morroni – Geyoro, Formiga – Diani, Nadim (puis Khelifi 74′), Baltimore (puis Sævik 82′) – Katoto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :