ADWE : Mainguy réélue !
1 novembre 2019
D1 Arkema : 8ème journée
4 novembre 2019

« Il s’agit d’une étape importante dans la croissance de la ligue dont bénéficieront toutes les joueuses de la NWSL, actuelles et futures, et ces changements renforceront encore le leadership mondial de la ligue dans le football féminin. » Une introduction signée Amanda Duffy, présidente de la National Women’s Soccer League.

Augmentation des salaires :

Le plafond salarial par équipe s’élèvera désormais à 650 000 $, soit une augmentation globale de 19,33% par rapport à l’an dernier. Les joueuses pourront toucher un salaire annuel entre 20 000 $ et 50 000 $ (soit entre 1 492 € et 3 731 € mensuels). En 2019, le salaire minimum annuel était de 16 538 $ contre un maximum de 46 200 $ .

Allocation de fonds :

Les franchises pourront réclamer jusqu’à 300 000 $ d’allocations de fonds à la ligue. Cette mesure devrait attirer beaucoup d’étrangères dans le championnat et nous promet une période de transferts très mouvementée.

Effectivement, les fonds ne seront utilisables que pour signer des joueuses au-dessus du salaire maximum ou bien d’augmenter une joueuse au-delà du salaire maximum de la ligue. Ce qui veut potentiellement dire qu’une équipe peut signer une joueuse et lui offrir jusqu’à 300 000 $ par an.

Une joueuse devra répondre à un ou plusieurs des critères ci-dessous pour être éligible :

  • Être Américaine ou Canadienne
  • Avoir été élue dans l’équipe-type ou la 2ème équipe-type NWSL pour au moins l’une des deux dernières saisons (2018, 2019)
  • Être internationale et avoir reçu plus de 3 sélections lors des 2 dernières années.
  • Avoir été élue meilleure joueuse ou meilleure buteuse du championnat ou rookie de l’année ou défenseure de l’année sur au moins l’une des 2 dernières saisons (2018, 2019)
  • Être Américaine et avoir joué au moins 5 saisons en NWSL
  • Avoir déjà été « Allocated Player » (joueuse internationale dont le salaire payé par la fédération Américaine ou Canadienne – statut attribué par la NWSL)
  • Avoir déjà signé un contrat qui incluait des fonds d’allocation

Contrats garantis illimités :

Désormais, les équipes pourront signer autant de contrats garantis qu’elles le souhaitent – contrairement à un seul jusqu’alors. Une joueuse ne pourra être waivée (libérée) par sa franchise tant que son contrat est en cours. Seront concernées, toutes les joueuses internationales (hors Etats-Unis, Canada et Mexique) et les joueuses dont le contrat sera payé par des fonds d’allocation.

Il sera possible pour les clubs de proposer des contrats allant jusqu’à 3 ans – sous différentes formes : 1 an, 1 an et une année d’option, 2 ans, 2 ans et une année d’option, 3 ans, 3 ans et une année d’option.

Aide au logement :

Le plafond supplémentaire pour aider les joueuses à acheter une voiture ou à se loger est supprimé. A la place, la NWSL fournira un logement à chaque joueuse du championnat sous contrat (garanti ou non). Les équipes ne seront pas obligées de fournir une voiture à chaque joueuse mais si elles le font, celle-ci devra être disponible toute la saison.

Ce point constitue une grande révolution dans un championnat où grand nombre de joueuses ont dû prendre leur retraite car faute de moyens.

Transferts payants :

Une grande nouveauté de la NWSL, il sera désormais possible pour une franchise d’acheter une joueuse. Ces frais de transferts devront être payés avec l’argent de l’allocation et ne seront pas comptabilisés dans le plafond salarial d’une équipe. Il n’y aura pas de nombre limite de transferts payants tant que la somme totale ne dépasse pas les fonds d’allocation.

Cela marche également dans l’autre sens. Les équipes de NWSL pourront vendre les joueuses : soit en conservant ses droits (la joueuse fera toujours partie de l’équipe qu’elle rejoindra à la fin de sa saison à l’étranger, une sorte de prêt) ou bien, nouveauté, sous forme de véritable transfert, en recevant une somme d’argent contre la vente définitive d’une joueuse et de ses droits.

Les « Allocated Players » américaines (presque toutes les internationales) ne pourront pas être vendues.

Période de découverte pendant toute la saison :

Une joueuse sur la liste de découverte est une joueuse qui n’est actuellement pas sous contrat avec la NWSL. Cette liste permet à l’équipe de revendiquer ses droits. Le club devra faire une demande à la ligue pour intégrer la joueuse dans sa Discovery List. Si elle est acceptée par la ligue, la joueuse en sera informée.

La période de découverte sera ouverte toute l’année puisque jusqu’à 3 joueuses pourront être sur la Discovery List entre la finale de NWSL et la veille du premier match de saison régulière (autrement dit pendant toute la période hors-saison) et 7 joueuses au maximum pendant la saison.

Les joueuses seront automatiquement retirées de la liste de découverte d’une équipe après 365 jours. Les équipes devront attendre 90 jours avant de remettre la joueuse sur leur liste.

La NWSL Players’ Association syndicat des joueuses de NWSL (dont voici un article détaillé ici) s’est exprimé concernant ces mesures :

Les joueuses de NWSL sont très satisfaites des nouvelles directives de compensation pour 2020. Les progrès dépendent de la capacité des joueurs à acquérir une plus grande stabilité dans leur vie, et les nouvelles directives constituent un pas en avant dans cette direction, notamment avec le fait que toutes les joueuses ont maintenant la possibilité de négocier un contrat garanti. Nous sommes impatients de continuer à forger notre partenariat avec les dirigeants de la NWSL et à avoir un apport continu aux décisions futures qui affectent grandement la vie et l’expérience de jeu de nos membres.

NWSLPA

1 Comment

  1. […] (5) – http://piedscarres.fr/feminin/2019/11/01/nwsl-les-6-grandes-nouveautes-de-la-saison-2020/?fbclid=IwA…  (6) – cf. article “Un été agité pour les Américaines” du 3 août 2019 dans notre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :