Dans cette rencontre comptant pour les qualifications à l’Euro 2021, les Bleues n’ont pas été immense malgré la victoire (0-3) et se sont faites voler la vedette par une joueuse Kazakh.

TOPS

⭐️⭐️⭐️ Oxana Zheleznyak : Sans elle, le score final aurait été plus lourd. Par ses arrêts (pas toujours académiques), la portière du BIIK Kazygurt a longuement retardé l’échéance. Ses deux arrêts coups sur coups sur les tentatives de Gauvin en première mi-temps ont permis à son pays de rentrer à la pause fièrement, avec un score vierge au tableau d’affichage. En seconde période, c’est Eugénie Le Sommer qui est venue se casser les dents sur la portière Kazakhstanaise à deux reprises (55′). O. Zheleznyak a frustré l’attaquante lyonnaise d’abord en se couchant bien sur sa frappe, et ensuite en remportant son duel en face à face avec elle. Oxana a conservé sa concentration jusqu’au bout, réalisant un arrêt en deux-temps sur un centre dangereux de Cascarino en fin de match.

Ce qu’on retient : L’efficacité vaut plus que l’esthétique.

⭐️⭐️ Marie-Antoinette Katoto : Entrée en jeu à la 68ème, MAK a cette fois eu bien plus que les 5 minutes de temps de jeu obtenues contre l’Islande pour se montrer. Et l’attaquante parisienne a fait très bon usage des minutes accordées par Corinne Diacre. Avec une passe décisive délivrée à Eugénie Le Sommer après un dribble réussi sur son tout premier ballon et un but, en fin de match de la tête : Katoto a signé son retour en Bleue de la meilleure des façons. Elle devra dans le futur, s’appuyer sur cette prestation référence. En somme, c’est une excellente nouvelle puisqu’elle représente une option sérieuse au poste de #9 pour l’équipe de France et les années à venir. Mais la nouvelle est peut-être un peu moins bonne pour ses concurrentes au poste qui devront montrer plus de choses.

Ce qu’on retient : Il faudra désormais compter sur elle à plein temps en équipe de France… Enfin !

⭐️ Delphine Cascarino : Son activité et sa virevolte nous surprennent encore. Et lorsque Delphine allie aux dribbles et percussions l’efficacité : sa place en tops en quasiment assurée. Pour la troisième fois consécutive, Cascarino fait partie de notre Top sur un match international, ce qu’aucune joueuse avant elle n’avait réussi. La native de Saint-Priest cumule 3 passes décisives et 2 buts sur ses trois dernières apparitions avec l’équipe de France. N’ayant pas été titulaire qu’une seule fois sur les trois dernières rencontres, Casca a disputé un total de 151 minutes soit un peu plus d’un match et demi. Elle est décisive en bleu environ toutes les 30 minutes sur le dernier mois et l’a été encore hier soir avec ce centre décisif pour Marie-Antoinette Katoto. Chapeau.

Ce qu’on retient : C’est en ce moment le maillon fort de l’équipe de France. Dommage qu’on soit venu lui ajouter de la concurrence à son poste en club car elle mérite ses 90 minutes à tous les matchs sans exception.

FLOPS

😡😡😡 Les fautes du Kazakhstan : Parfois intelligentes car tactique, et par moments agressives, et maladroites ; les fautes Kazakhstanaises ont agacé. Avec un total de 10 fautes commises par les Kazakhs contre aucune par les Françaises, les cartons auraient pu pleuvoir. Cependant, l’arbitre suédoise de la rencontre madame Rapp, en a décidé autrement ne sanctionnant qu’à une seule reprise l’ailière Vlasova. Un arbitrage peu soucieux de l’intégrité physique des joueuses qui mérite bel et bien sa mention dans nos flops.

Ce qu’on retient : Malgré quelques bobos, aucune joueuse blessée n’est à déplorer et c’est le principal.

😡😡 Le manque d’efficacité des Bleues : 31 tirs, 20 cadrés, 3 buts. La statistique parle d’elle-même. À tour de rôle, Majri, Le Sommer, Gauvin ont soit arrosé la grande piste d’athlétisme située derrière le but, soit buté sur la femme du match : Oxana Zheleznyak. Avec 17 corners et des tas de coups francs mal négociés, les joueuses de Corinne Diacre auraient également pu faire la différence plus tôt dans le match via le secteur des coups de pieds arrêtés. En fin de compte, un seul d’entre eux a fait mouche : l’ouverture du score de Valérie Gauvin à la 57ème. Trop tendres et pas assez tueuses devant le but adverse, les Bleues vont devoir faire mieux. L’efficacité devant le but est un point de progression déterminant pour atteindre l’objectif de remporter un jour une compétition internationale. C’est un secteur qui fait clairement défaut à l’équipe de France à chaque grand rendez-vous. Rappelez-vous, aucun but n’avait été inscrit dans le jeu par les Bleues lors de l’Euro 2017 sous Olivier Echouafni. Et lors du récent Mondial 2019, la meilleure buteuse de l’équipe de France était Wendie Renard, défenseure centrale. Bien que l’Euro 2021 soit encore loin, il y a urgence.

Ce qu’on retient : Bah rien visiblement vu qu’on se répète assez souvent sur ce point sans en voir les progrès.

😡 L’état de la pelouse : Difficile de faire du jeu dans ses conditions. La pelouse n’a clairement pas avantagé l’équipe venue pour faire du jeu. Mais bon. Vu le peu de monde présent en tribune pour la rencontre, on a très vite compris que le football féminin au Kazakhstan n’était pas une priorité. Dans ces conditions, difficile d’avoir une pelouse digne de ce nom.

Ce qu’on retient : Vivement le prochain match des Bleues le 9 Novembre à Bordeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :