D1F acte III : Qui de Bordeaux et Montpellier a pris l’avantage dans la course à la troisième place ? Et quand a-t-il été du choc des promus entre Marseille et Reims ?

GIRONDINS DE BORDEAUX 1-0 MONTPELLIER HSC

On n’a pas eu besoin de chercher longtemps pour trouver l’affiche de cette 3ème journée de D1. Bordeaux et Montpellier étaient avant cette journée les seuls clubs avec l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain à comptabiliser 6 points sur 6 possibles. Étant tous deux prédestinés à la troisième place par les observateurs, les deux clubs avaient du marquer en rouge la date de cette rencontre dans leur calendrier.

L’enjeu a pris quelque peu le pas sur le jeu dans le premier acte. On a eu droit néanmoins à quelques beaux gestes qu’ils soient défensifs ou offensifs. Inès Jaurena s’est montrée à son avantage au cours de cette rencontre notamment à la 4ème minute de jeu sur son contrôle qui a mystifié deux adversaires et sur son retour à la 8ème qui a empêché la tentative de contre des Montpelliéraines. Le premier tir du FCGB est intervenu à la 15ème minute lorsque Khadija Shaw, lancée dans la course a résisté au retour d’Élisa de Almeida avant de tirer depuis une position excentrée. Les débats ont été équilibrés sur l’ensemble de la première période donnant sur un score vierge à la pause. Plus à l’aise en seconde période, le MHSC a tenu le ballon et s’est créé quelques situations à l’image du tir de Marie-Charlotte Leger fraîchement entrée en jeu, qui a forcé Erin Nayler à s’envoler (61′). Face aux bonnes intentions montpelliéraines : l’activité de notre joueuse du match ; Inès Jaurena. La néo-Bordelaise s’est démultipliée au milieu de terrain récupérant de précieux ballons (69′). Une activité récompensée puisque Bordeaux a pu traverser la petite zone de turbulence sans encaisser de but et se remettre ensuite à aller de l’avant. Un centre d’Asseyi et une volée de Karchouni ont poussé Schmitz à une belle parade (75′). Cinq minutes plus tard c’est à la réception du centre de Shaw que se trouvait Asseyi. D’une tête au second poteau, l’internationale française (36 sélections) a bien cru ouvrir le score mais Schmitz est intervenu semble-t-il avant que le ballon ne franchisse entièrement la ligne de but. Heureusement pour les Girondines, Claire Lavogez, qui faisait retour à la compétition, a suivi. L’ancienne Montpelliéraine est venu clarifier la situation en mettant le ballon au fond. Un but importantissime à 10 minutes du terme synonyme de victoire pour les joueuses de Pedro Martinez Losa.

Le joie des Bordelaises au coup de sifflet final ne trompait pas, c’est bien un match à 6 points que le FCGB vient de remporter. Parfait pour la confiance avant d’aller défier l’habituel dauphin : le Paris Saint-Germain.

🏟 Stade Sainte-Germaine (847 spectateurs)

⚽ Claire Lavogez 80′ (FCGB)

FCGB XI : Nayler – Chatelin© (puis Cascarino 65′), Gilles, Thibaud, Sousa – Bilbault, Karchouni (puis Lavogez 78′), Jaurena – Sarr (puis Garbino 65′), Asseyi, Shaw.

MHSC XI : Schmitz – Nicoli (puis Mondesir 46′), de Almeida, Lakrar – Karchaoui, Puntigam, Landeka (puis Leger 58′), Toletti, Torrent© – Petermann (puis Gauvin 70′), Le Bihan.


OLYMPIQUE DE MARSEILLE 0-3 STADE DE REIMS

Cette 3ème journée de D1 Arkema nous offrait un duel de promus. Marseille et Reims, les deux champions de D2 2018/2019 s’affrontaient avec un objectif clair : engranger les 3 points face à un concurrent direct au maintien.

Dès le coup d’envoi les deux équipes se craignaient. Si les Rémoises posaient rapidement le pied sur le ballon, le pressing Marseillais empêchaient toutes tentatives. Il fallait attendre la 8ème minute pour voir la première occasion franche de la rencontre. À la réception d’une touche, Roux se jouaient de Lamarque avant de servir Herrera qui, sur une frappe du bout du pied obligeait Joly à la dévier en corner. Après le premier quart d’heure de jeu, la domination Rémoise se faisait sentir. Soucieux de réagir, Salomon, partie à la limite du hors-jeu manquait son face à face avec Tullis-Joyce en ouvrant trop son pied (20′). Sur un corner, la tête de Sumo seule au second poteau était bien captée par Joyce vigilante (40′). Première occasion cadrée côté Marseillais. Sur un corner de Rachel Corboz, le ballon trouvait la tête de Spinelli qui allait heurter le poteau gauche de Joly (44′). Dans une première mi-temps cadenassée, les deux promus se quittaient sur un score nul et vierge. À la reprise, les Marseillaises totalement désorganisées allaient subir et encaisser 3 buts en 28 minutes. Romanenko ouvrait les hostilités à la 65ème à la suite d’un coup-franc tiré par Corboz. 20 minutes plus tard Jessy Roux bien servie par Herrera, se retrouvait totalement seule face à Joly et ne se manquait pas l’occasion de breaker (84’). Alors que les Rémoises avaient l’ascendant sur tous les compartiments du jeu, Gomes allait nous offrir une pépite aux 30 mètres à une minute du terme de la rencontre. Un tir plein axe sous la barre qui venait tromper Joly trop avancée (90+3). Trois buts inscrits par trois joueuses qui n’avaient encore jamais fait trembler les filets en D1. Reims sur sa bonne lancée, obtient la première victoire de son histoire en D1 tandis que Marseille, galvanisé après sa victoire face à Guingamp, va devoir redoubler d’efforts pour rester hors de la zone de relégation.

🏟 Stade Paul Le Cesne (256 spectateurs)

⚽⚽⚽ Tetyana Romanenko 65′, Jessy Danielle Roux 84′, Mélissa Gomes 93′ (SDR)

OM XI : Joly – Hamidou, Lamarque, Pizzala©, Coudon – Sumo (puis Gherbi 66′), Coton-Pélagie, Zahot – Ali Nadjim, Salomon, Caputo (puis Palacin 58′).

SDR XI : Tullis-Joyce – Doucouré, Deslandes, Spinelli©, Simon – David (puis Rapp 85′), Philippe – Herrera, Corboz (puis Gomes 75′), Romanenko – Roux (puis Soyeux 90+2′).


EN AVANT GUINGAMP 1-3 ASJ SOYAUX

Avec trois points pris en deux matchs Guingamp avait pour objectif de faire le plein à domicile face à l’ASJ Soyaux qui n’avait qu’un petit point au compteur et aucun but inscrit après les deux premières journées. La seule équipe du championnat à ne pas avoir encore fait trembler les filets se devait de montrer un meilleur visage offensivement. Et les choses n’ont pas traîné. De retour à la compétition, Siga Tandia en bonne capitaine, a mis son équipe sur la bonne voie avec une ouverture du score à la 7ème minute de jeu. L’EAG a voulu réagir rapidement et y est parvenu grâce à la maladresse d’Aurélie Rougé qui a complètement dévissé son dégagement provoquant ainsi un but contre son camp (29′). Cette égalisation était survenue après deux échecs guingampais dus au retour de Cissoko (15′) et au sauvetage sur la ligne de Clérac (17′). En seconde période c’est l’ASJ qui a fait la différence par l’intermédiaire de Laura Bourgoin qui du gauche, est venue titiller la la lucarne (2-0, 70′). Huit minutes plus tard c’est Anaïs Dumont qui a profité d’un bon service de Kim Cazeau pour faire le break (3-0, 78′). Week-end réussi pour Soyaux qui a ouvert son compteur buts avec la manière et qui a obtenu sa première victoire de la saison.

🏟 Stade de l’Akademi (366 spectateurs)

⚽ Aurélie Rougé [csc] 29′ (EAG)

⚽⚽⚽ Siga Tandia 7′, Laura Bourgoin 70′, Anaïs Dumont 78′ (ASJ)

EAG XI : Durand – Hoarau, Gevitz, Mansuy, Jezequel – Palis, Yango, Le Mouel – Robert, Fleury, Oparanozie©.

ASJ XI : Munich – Boudaud, M’Bassidje, Rougé (puis Dumont 74′), Cissoko – Tandia©, Clérac (puis Couturier 67′) – Bourgoin, Pingeon (puis Lahmari 62′), Cazeau – Cambot.


PARIS FC 2-2 FC METZ

Metz avec zéro point au compteur, affrontait le Paris FC et ses quatre points. Alors que Dijon et Fleury, eux aussi sans victoire, allaient affronter respectivement le PSG et l’OL, les Messines pouvaient frapper un gros coup en cas de victoire sur la pelouse du PFC. De son côté, les Parisiennes partaient au combat sans leur capitaine Gaëtane Thiney, absente pour la troisième et la quatrième journée à cause de son carton rouge direct reçu contre Soyaux.

Dès l’entame du match, les Messines se projetaient rapidement vers l’avant sans réelle conviction. Alors que les Parisiennes tenaient le ballon, Metz ouvrait le score contre le cours du jeu. Sur une touche de Belkhiter, Rougemont percutait dans la surface, sa frappe contrée par Muller-Priessen venait tromper Pecharmann (5’).
Les Parisiennes tentaient de réagir mais en manque de solution sur le front de l’attaque, le tir de Bourdieu aux 25 mètres était sans danger (11’). Si un faux rythme s’installait au fur à mesure que le temps s’écoulait, Bourdieu et Matéo repoussées par Rigaud puis Kaya donnaient quelques sueurs froides à la défense Grenat. Deux occasions non converties que le PFC allait payer cash. Sur une contre-attaque Messine, Pekel éliminait Soyer d’un passement de jambes et servait un caviar à l’intention de Gordon qui, lancée, devançait Sällström et propulsait le ballon de la tête pour le 2-0. Deuxième but consécutif pour la recrue Américaine. Face au pressing Messin et à un bloc bien organisé, les Parisiennes lentes à la récupération et dans les transitions abusaient du jeu long. Metz a su exploiter ses deux uniques occasions pour breaker avant la pause.
Au retour des vestiaires la tendance allait s’inverser. Sällström bottait un coup-franc sur la tête de Catala qui boxait le cuire dans les filets et réduisait le score (48’). Le PFC revenu avec de meilleures intentions, était plus rapide et plus tranchant. À la suite d’une incursion de Mateo dans la surface, Soyer ne cadrait pas (53’). Les Messines dépassées dans les duels multipliaient alors les fautes. Bourdieu esseulée à l’entrée de la surface manquait son tir (58’). Sur un corner de Catala, la tête de Mateo frôlait le poteau droit de Lerond (60’). Sur son premier ballon, Jean-Francois, entrée en jeu une minute auparavant, manquait l’égalisation avec un tir petit filet extérieur (63’). Dix minutes plus tard Muller-Prissen butait sur la barre transversale (73’). Trois minutes plus tard, Soyer qui avait fait la différence face à Pekel, se faisait sécher dans la surface. Le penalty indiscutable était transformé par Butel (76’). Une égalisation logique face à des Messines physiquement dans le dur. Bourdieu s’offrait même une dernière chance de victoire mais c’était sans compter la sortie autoritaire de Lerond (87’). Avec ce nul, Metz ouvre son compteur point aux forceps. Le Paris FC orphelin de Thiney aura mis 45 minutes avant de prendre la mesure du match et se contente d’un deuxième point frustrant en deux matchs.

«Nous sommes très frustrées de notre première période. Je suis fière de notre seconde période mais nous aurions dû remporter ce match.»

~ Camille Catala

🏟 Stade Robert Bobin (911 spectateurs)

⚽⚽ Justine Rougemont 6′, Sh’nia Gordon 30′ (FCM)

⚽⚽ Camille Catala 48′, Anaïg Butel [sp] 76′ (PFC)

PFC XI : Pecharman – Soyer, Butel©, Müller-Priessen, Greboval – Benoit (puis Jean-François 62′), Vaysse – Matéo, Sällström (puis Aigbogun 73′), Catala – Bourdieu (puis Ferreira 90′).

FCM XI : Lerond – Belkhiter, Rigaud, Pasquereau, Kaya© – Gavory (puis Vasconcelos 90′), Wenger (puis Grimshaw 63′), Rougemont – Gordon, Delabre, Pekel (puis Sarpong 82′).


PARIS SG 4-0 DIJON FCO

Interdiction formelle de perdre des points sur ce match pour le Paris Saint-Germain face à une équipe de Dijon mal embarquée qui n’est toujours pas parvenue à prendre le moindre point lors de ses deux premiers matchs.

L’entame de match dijonnaise fut prometteuse, le dames de Yannick Chandioux ont bien cadré les parisiennes sur leurs phases de possessions et ont su faire bonne utilisation du ballon une fois ce dernier récupéré. Paris a dû attendre la 21ème pour se créer une première situation dangereuse grâce à Nadia Nadim, et la 36ème pour ouvrir le score. Dans les bons coups, Nadim a bénéficié d’un super centre d’Hanna Glas pour propulser le cuire dans le but de la tête. Dijon n’a pas souhaité abdiquer et s’est procuré une opportunité avec le tir lointain de Solène Barbance passé au-dessus (40′). Paris a fait le break au retour des vestiaires grâce au centre à ras de terre de Katoto repris au second poteau par Baltimore (48′). Un penalty a été accordé au joueuses d’Olivier Echouafni après une main d’Ophélie Cuynet dans la surface (63′). Marie-Antoinette Katoto s’en est chargée mais a vu sa tentative de panenka s’échouer sur la barre transversale (64′). Le match aurait bien pu être relancé à la 79ème si Katarzyna Kiedrzynek n’avait pas effectuer l’arrêt du match sur la tête de Cuynet. Deux minutes plus tard, son homologue dans le but du DFCO Mylène Chavas a enterré les espoirs de retour de son équipe. La jeune gardienne a commis une énorme erreur en perdant le ballon face à Jordyn Huitema entrée en jeu à la 66ème (3-0, 81′). Une nouvelle main de Cuynet est venue offrir un nouveau penalty au PSG (83′). Katoto sortie au profit de Diani (76′), c’est l’entrante qui s’est chargée de le transformer en plaçant son tir au ras du poteau (84′).

Victoire parisienne méritée sur l’ensemble de la rencontre. Paris poursuit son sans faute avant de recevoir dans deux semaines un autre club auteur d’un sans faute : Le FC Girondins de Bordeaux. Toujours bloqué à zéro point, Dijon va devoir se faire violence et aller chercher un résultat à Montpellier lors de la prochaine journée.

🏟 Stade Jean Bouin

⚽⚽⚽⚽ Nadia Nadim 36′, Sandy Baltimore 48′, Jordyn Huitema 81′, Kadidiatou Diani 83′ (PSG)

PSG XI : Kiedrzynek – Lawrence, Dudek, Paredes©, Glas – Diallo, Geyoro, Sævik (puis Huitema 66′) – Baltimore (puis Khelifi 69′), Nadim, Katoto (puis Diani 76′).

DFCO XI : Chavas – Goetsch, Cuynet©, Carage – Bussaglia, Barbance (puis Rodrigues 76′), Declercq, Nakkach, Solanet (puis Stephen 90′) – Bouillot, Lavaud.


OLYMPIQUE LYONNAIS 6-0 FC FLEURY 91

La deuxième place ? Très peu pour Lyon. Le club rhodanien avait la volonté de remporter un nouveau match mais également d’y mettre la manière pour prendre la tête du championnat encore occupée par le PSG depuis le début de la saison grâce à une différence de but supérieure pour les parisiennes. Vaincu par Bordeaux (Journée 1) et Montpellier (Journée 2), Fleury connait un début de saison compliqué avec un calendrier pas facile.

Dzsenifer Marozsán (10′, 39′) et Eugénie Le Sommer (31′, 51′) ont régalé lors de cette rencontre avec un doublé chacune. Des buts qui en moins d’une heure ont plié l’affaire. Griedge Mbock y est allée de son but avec un pointu (5-0, 59′). La belle histoire du jour concerne Isobel Christiansen. L’Anglaise a effectué son retour à la compétition dimanche après avoir été opérée d’une fracture de la malléole externe le 8 Mars 2019. Entrée en jeu à la 69ème, il ne lui a fallu que 6 minutes pour inscrire son nom dans la liste des buteuses de la rencontre. Izzy a profité d’un centre en retrait d’Hegerberg pour marquer ce but si important pour sa confiance personnelle.

Lyon a fait le boulot et reprend le trône de la D1 Arkema. Fleury passe à côté et se retrouve avec Dijon tout en bas du classement avec aucun point obtenus en trois matchs.

🏟 Groupama Training Center

⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Dzsenifer Marozsán 10′ 39′, Eugénie Le Sommer 31′ 51′, Griedge Mbock 56′, Isobel Christiansen 75′ (OL)

OL XI : Bouhaddi – Cayman, Mbock, Renard©, Bronze – Kumagai, Henry (puis Christiansen 69′), Marozsán (puis Parris 65′) – Le Sommer, Majri (puis Cascarino 59′), Hegerberg.

FCF91 XI : Philippe – Fernandes, Sissoko, Sevecke©, Sandvej (puis Pinot 86′) – Meffometou Tcheno, Haupais, Gadea (puis Chatelain 69′), Makanza – Corboz – Diaz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :