Les équipes à domicile ayant réalisé un sans faute sur la première journée ont-elles confirmé ce week-end à l’extérieur ?

MARSEILLE 2-1 EA GUINGAMP

L’Olympique de Marseille a connu une première journée compliquée avec un déplacement à Lyon qui s’est soldé par une défaite 6 buts à 0. La question avant ce match contre Guingamp était de savoir si cette lourde défaite avait laissé ou non, des traces dans les têtes olympiennes. En face, l’En Avant Guingamp arrivait avec un niveau de pression moindre du fait de leur victoire il y a deux semaines contre le FC Metz, un autre concurrent au maintien.

Dans les 5 premières minutes de jeu, les olympiennes ont cherché à s’installer dans le camp guingampais, mais les contres des rouges et noires ont forcé le promu à rester méfiant. Malgré tout, la première situation dangereuse a bien été en faveur des Marseillaises, Maéva Salomon partie dans l’axe, a faussé compagnie à la charnière centrale avant de perdre son duel contre Solène Durand (13′). Les situations de buts faisant suite à de bons mouvements se sont ensuite faites plus nombreuses pour les dames de Christophe Parra (17′, 20′). C’est sans surprise que les Marseillaises ont ouvert le score tant leur entame de match a été réussie. Sur un coup franc joué rapidement, Laplacette a centré à ras de terre pour Zahot qui a frappé fort et ainsi donné l’avantage aux siennes (28′). Après un corner mal dégagé par la défense olympienne, Tyryshkina en rupture a trouvé le poteau de Joly (37′). Bien meilleur en fin de période, l’EAG a égalisé à la 42ème minute après un coup-franc de Faustine Robert, relâché par Blandine Joly et bien suivi par Ella Palis. Score à la mi-temps : 1-1. Au retour des vestiaires, Louise Fleury pourtant en confiance après son but lors du premier match, a manqué une occasion toute faite en ne cadrant pas aux 6 mètres (47′). 3 minutes plus tard, sanction immédiate, Sarah Zahot en puissance, a redonné l’avantage à l’OM. À la 57ème, l’En Avant aurait pu revenir au score sur un énorme cafouillage mais l’OM, chanceux, est parvenu à se dégager. Malgré du mieux en seconde période pour les Bretonnes, le tableau d’affichage est resté ainsi : Marseille 2, Guingamp 1.

L’OM a obtenu une première victoire précieuse alors que Guingamp sans sa capitaine Desire Oparanozie, n’a pas fait le plein avant de recevoir Soyaux le week-end prochain.

🏟 Stade Paul Le Cesne (213 spectateurs)

⚽⚽ Sarah Zahot 27′ 50′ (OM)

⚽ Ella Palis 42′ (EAG)

OM XI : Joly – Laplacette (puis Hamidou 69′), Lamarque, Pizzala©, Coudon – Coton-Pélagie (puis Gherbi 77′), Zahot, Sumo – Ali Nadjim, Salomon (puis Palacin 60′), Caputo.

EAG XI : Durand© – Hoarau, Mansuy, Gevitz, Jezequel – Palis (puis Peniguel 84′), Daoudi (puisNgock Yango 68′), Tyryshkina (puis Le Mouël 46′) – Robert, Fourré, Fleury.


FC FLEURY 1-3 MONTPELLIER HSC

Après la victoire 2-0 acquise à domicile, les Montpelliéraines se déplaçaient à Fleury défait 4-1 contre Bordeaux. Une lourde défaite pour les joueuses d’Habib Boumezoued qui alignait dans son XI de départ Melvine Malard arrivée en prêt de l’OL quelques jours auparavant. Si au coup d’envoi les deux équipes se projetaient vite vers l’avant, les défenses bien resserrées empêchaient toutes les tentatives d’aboutir. Après 20 minutes sans occasions franches, la frappe lourde aux 20 mètres de Toletti heurtait la main de Sissoko. Le penalty accordé par madame Beyer était converti sans trembler par Petterman. 1-0 pour la Paillade face à une équipe de Fleury en cruel manque de créativité dans l’animation du jeu. Il fallait attendre la 32ème et une relance plein axe de Karchaoui pour apercevoir le premier tir de Fleury. Gadéa envoyait une reprise sèche aux 30 mètres bien captée par Schmitz. Trois minutes plus tard, une perte de balle de Karchaoui permettait le centre de Diaz mal repoussé par Dekker sur Makanza qui, esseulée, égalisait d’un plat du pied au second poteau (35′). Second but en deux matchs pour l’ex-joueuse du Paris FC. Alors que les Floriacumoises pensaient avoir fait le plus dur, Puntigam redonnait l’avantage à Montpellier quatre minutes plus tard (39′). Un but que Malard aurait pu éviter si elle n’avait pas complètement dévissé son enroulé à la suite d’une merveille de passe dans l’intervalle de Gadéa. Au retour des vestiaires, Montpellier faisait le break. Sur un coup-franc de Toletti, la tête anodine de Pettermann venait lober Gignoux-Soulier et se loger sous la barre (49′). Une erreur de jugement de la portière qui permettait à la nouvelle recrue Allemande de s’offrir un doublé pour son premier match en tant que titulaire en D1. Avec deux buts d’avance, les Montpelliéraines libérées, intensifiaient le rythme. Landeka intenable au milieu du terrain, Karchaoui inarrêtable en percussion et la vivacité de Le Bihan et Pettermann acculaient la défense de Fleury. Toletti, seule à deux mètres des buts, manquait d’aggraver le score sur un centre de Le Bihan (60′). Alors que Fleury montait d’un cran tentant d’approcher des buts adverses par l’intermédiaire du métronome Daphne Corboz, les Montpelliéraines récupéraient vite la balle. Le Bihan décalait Karchaoui lancée plein axe mais son tir en première intention était superbement claqué en corner par Gignoux-Soulier (74′). Tout en maîtrise, Montpellier qui n’avait encore jamais gagné sur la pelouse de Fleury repart avec une deuxième victoire sur deux possibles. Côté Floriacumois, le début de championnat se complique avec un déplacement à Lyon pour le compte de la troisième journée et pour le moment toujours aucun point au compteur.

🏟 Stade Auguste Gentelet (441 spectateurs)

⚽ Marina Makanza 36′ (FCF91)

⚽⚽⚽ Lena Peterman 21′ 49′, Sarah Puntigam 39′ (MHSC)

FCF91 XI : Gignoux-Soulier – Fernandes, Sissoko, Sevecke©, Meffometou Tcheno (puis Pinot 90+2′) – Gadéa (puis Sandvej 77′), Haupais – Diaz (puis Chatelain 88′), Corboz, Makanza – Malard.

MHSC XI : Schmitz – Torrent©, Dekker (puis Nicoli 74′), De Almeida, Karchaoui – Toletti – Mondésir (puis Léger 67′), Puntigam, Landeka (puis Uffren 83′), Le Bihan – Petermann.


ASJ SOYAUX 0-0 PARIS FC

Après s’être fait corrigé 7-0 par le Paris Saint-Germain, l’ASJ Soyaux recevait le Paris Football Club avec l’obligation pour certaines joueuses de se racheter de leur non-match d’il y a deux semaines. Le PFC a lui, fait taire les critiques concernant son mercato jugé trop léger avec cette première victoire validée contre le Dijon Football Côte d’Or sur le score de 3 buts à 1.

La première joueuse à s’être mise en action n’est autre que Romane Munich avec un arrêt sur une tête parisienne (13′). À la 30ème minute de jeu, la décision d’exclure Gaëtane Thiney prise par Elodie Coppola a changé la donne. En effet, la capitaine parisienne a été sanctionnée pour avoir déséquilibré au niveau du haut du corps Laura Bourgoin qui partait au but après un bon service de Kimberley Cazeau qui fêtait sa première titularisation avec sa nouvelle équipe. Bourgoin s’est elle-même chargée du coup-franc mais ce dernier a frôlé la lucarne droite de Pecharman sans faire mouche (32′). En seconde période c’est Julie Soyer qui oblige Munich à s’interposer après un coup-franc tiré en force (58′). Six minutes plus tard, la portière charentaise capte une nouvelle tentative de Soyer sur coup-franc (64′). Le Paris FC aurait bien pu prendre l’avantage à la 66ème sur un contre, malheureusement pour les dames de Sandrine Soubeyrand, Aurélie Rougé veillait et est intervenue d’un super tacle. Malgré la supériorité numérique, les Sojaldiciennes ont souffert. Sans le sauvetage de Clérac sur sa ligne de but (73′) et la barre transversale sur la tête de Sällström (83′) les joueuses de Sébastien Joseph auraient concédé une nouvelle défaite. Suite à ce score final nul et vierge, Soyaux et Paris ont donc partagé les points.

🏟 Stade Lebon (479 spectateurs)

ASJ XI : Munich© – Cissoko, Rougé, M’Bassidjé, Boudaud – Couturier, Bourgouin, Pingeon (puis Clérac 59′) – Cazeau, Cambot (puis Da Costa 84′), Dumont (puis Lahmari 69′).

PFC XI : Pecharman – Soyer, Muller-Priessen, Butel, Savin – Vaysse, Jean-François (puis Sow 62′), Thiney© – Catala (puis Aigbogun 74′), Bourdieu (puis Sallstrom 46′), Matéo.


FC METZ 1-6 PARIS SG

Leader, le Paris Saint-Germain se devait de bien négocier son premier déplacement de la saison. Déplacement au stade Saint Symphorien, l’antre de l’équipe masculine du FC Metz.

Le FC Metz a longtemps fait douté le PSG dans cette rencontre, réussissant à atteindre la pause sur le score vierge de 0-0, malgré une barre transversale à la 40ème minute qui aurait pu donner l’avantage au club de la capitale. Si la prestation Messine en première période a été réussie, la sortie sur blessure de la buteuse Amélie Delabre après un choc avec Perle Morroni est venu noircir un peu le tableau. Paris est tout de même parvenu à débloquer la situation à la 53ème par Diani, cependant Metz est aussitôt revenu dans le match par l’intermédiaire de la néo-messine Gordon profitant d’une perte de balle de Katoto et d’un bon service de l’ex-parisienne Melike Pekel (59′). Dans la minute qui a suivi, Katoto a exploité à merveille la sortie aérienne manquée de Lerond, et s’est rachetée de son erreur en permettant à Paris de repasser devant (1-2, 60′). La suite du match a été marquée par le festival de Kadidiatou Diani qui a ajouté 3 nouveaux buts à sa fiche de statistiques. Trois buts aux 66ème, 74ème et 92ème minutes dont un enroulé sublime de son mauvais pied qui est venu se loger dans la lucarne opposée (66′). Le point d’exclamation de cette rencontre a été l’oeuvre de Sara Däbritz parfaitement décalée par la très altruiste Jordyn Huitema dans le temps additionnel (94′).

Cette large victoire parisienne permet au Paris SG de conserver sa place de leader devant l’Olympique Lyonnais à la différence de buts.

🏟 Stade Saint Symphorien (1 913 spectateurs)

⚽ Sh’nia Gordon 59′ (FCM)

⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Kadidiatou Diani 53′ 66′ 74′ 92′, Marie-Antoinette Katoto 60′, Sara Däbritz (PSG)

FCM XI : Lerond – Bigot (puis Belkhiter 48′), Pasquereau, Rigaud, Kaya© – Gordon, Gavory, Rougemont, Pekel – Wenger (puis Grimshaw 66′) – Delabre (puis Vasconcelos 15′).

PSG XI : Kiedrzynek – Glas, Paredes©, Dudek, Morroni – Diallo (puis Sævik 84′), Geyoro, Khelifi (puis Baltimore 77′) – Däbritz, Diani, Katoto (puis Huitema 65′).


STADE DE REIMS 3-8 OLYMPIQUE LYONNAIS

Le calendrier n’a pas été clément avec le Stade de Reims en mettant sur sa route le Montpellier Hérault Sport Club et l’Olympique Lyonnais pour le compte des deux premières journées du championnat. Difficile d’envisager des points, mais pour les Rémoises il était important avant tout, de bien figurer d’autant plus que ce match contre les championnes d’Europe a été programmé à Auguste Delaune, habituellement réservé à l’équipe masculine.

50 secondes, voilà ce dont l’OL a eu besoin pour ouvrir le score dans cette rencontre grâce à un super numéro de Cascarino côté droit. Deux minutes plus tard à peine, Hegerberg a, en deux-temps, marqué son 200ème but avec l’Olympique Lyonnais en 168 matchs toutes compétitions confondues. L’OL qui marque tôt, une habitude me direz-vous. Mais l’OL qui encaisse c’est moins fréquent. Et pourtant, Naomie Feller récemment championne d’Europe avec l’équipe de France U19, est parvenue sur une action individuelle à prendre à défaut la défense avant de finir en rupture face à Bouhaddi (1-2, 7′). Néanmoins, leurs espoirs de revenir ont été réduit à néant par Wendie Renard de la tête sur un coup franc déposé par Marozsán à la 20ème. L’addition n’a pas tardé à s’alourdir avec le quatrième but pour les fenottes signé Amandine Henry sur un nouveau service de Dzsenifer Marozsán (29′). Cependant Reims n’a pas abdiqué, et Feller a encore marqué. En allant presser Renard, la jeune Feller a récupéré un ballon à l’entrée de la surface et a fusillé Bouhaddi (40′). La bleuette a inscrit là son premier doublé en D1. L’OL n’avait plus encaissé 2 buts d’une même joueuse depuis le 15 Novembre 2009 et le doublé de Pauline Crammer (FC Hénin-Beaumont). Orgueilleux, le champion d’Europe a de nouveau réagi, 4 minutes plus tard, Hegerberg a servi Majri en retrait pour le but du 5-2.

Sur un corner après la pause, Reims a à nouveau fait trembler les filets. Tess David a profité d’une Ada Hegerberg un peu courte et d’une sortie aérienne hasardeuse de Bouhaddi pour marquer (3-5, 50′). Sur un centre de Cayman, Kravets a manqué son intervention et Hegerberg en a profité pour inscrire son deuxième doublé en deux matchs (3-6, 77′). Entrée en jeu à la 72ème, Parris qui a des choses à prouver dans ce nouvel effectif n’a pas traîné pour se mettre en valeur. L’internationale anglaise a obtenu un penalty qu’Amel Majri a transformé (3-7, 80′). Manon Revelli a profité du score large pour connaître sa première en D1 en remplaçant la joueuse UEFA de l’année Lucy Bronze (84′). Après un doublé et 7 buts marqués pour son équipe, la première ballon d’or de l’histoire n’était toujours pas rassasiée. Servie par Majri, la Norgévienne a inscrit de la tête son troisième but personnel de la rencontre (88′, 3-8).

Malgré la défaite par 5 buts d’écart, les Rémoises ont surpris par leur état d’esprit et leur volonté d’aller de l’avant. Un état d’esprit inculqué par leur coach Amandine Miquel.

« L’objectif était de marquer des buts, de se faire plaisir et de ne pas rester cantonnée dans notre moitié de terrain. On savait qu’on allait en encaisser alors le but était vraiment de marquer des buts aujourd’hui. »

~ Amandine Miquel, entraîneure de Reims.

Nul doute que cette mentalité permettra au Stade De Reims d’obtenir des résultats dans les matchs à venir.

🏟 Stade Auguste Delaune (3 147 spectateurs)

⚽⚽⚽ Naomie Feller 8′ 40′, Tess David 51′ (SDR)

⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Delphine Cascarino 1′, Ada Hegerberg 2′ 77′ 88′, Wendie Renard 20′, Amandine Henry 29′, Amel Majri 44′ 81′ (OL)

SDR XI : Tullis Joyce – Simon (puis Gomes 84′), Spinelli©, Kravets, Doucouré – Philippe, David, Corboz (puis Joly 74′) – Roux (puis Romanenko 66′), Feller, Herrera.

OL XI : Bouhaddi – Cayman, Mbock, Renard©, Bronze (puis Revelli 84′) – Henry, Marozsán (puis Kumagai 81′), Le Sommer – Majri, Cascarino (puis Parris 72′), Hegerberg.


DIJON FCO 0-4 GIRONDINS DE BORDEAUX

Après sa défaite 3-1 contre le Paris FC, Dijon recevait Bordeaux victorieux 4-1 contre Fleury. Un match particulier pour Rodrigues, Barbance et Lavaud transférées cet été du FCGB au DCFO. Durant tout le premier quart d’heure, Bordeaux imposait son rythme sans parvenir à inquiéter Emmeline Mainguy. À la 18ème, le centre fuyant de Garbino pour la tête plongeante d’Asseyi offrait la première grosse occasion du match. Quatre minutes plus tard, Declercq répondait sur une frappe croisée bien captée par Nayler. Armée d’une défense à trois, la densité mise au milieu du terrain Dijonnais empêchait les transitions marines et blanches de se développer. À dix minutes du terme de la première mi-temps, Garbino déposait un coup-franc sur la tête de Shaw bien négociée par Mainguy. Alors que la domination Bordelaise s’intensifiait, Sousa distillait une passe forte plein axe dans les pieds de Shaw qui, se jouant de la charnière Cuynet/Daniel venait tromper Mainguy et ouvrir le score (43′). Le troisième but en deux matchs de D1 pour la recrue jamaïcaine qui aura été un véritable poison dans ce premier acte. Un dernier une-deux entre Shaw et Asseyi, juste avant la pause, obligeait Mainguy à sortir une parade salvatrice (45′). Au retour des vestiaires, les Dijonnaises revenaient avec de meilleures intentions, se projetant en contre mais sans parvenir à franchir le dernier rideau. Après quinze minutes Bordelaises sur le reculoir, le long ballon de Bilbault lançait Shaw dans un face à face remporté avec brio par Mainguy (59′). Alors que le rythme diminuait et que les erreurs techniques s’accumulaient des deux côtés, la passe en retrait de Daniel mal appuyée pour Mainguy allait être sévèrement punie. Sur un pressing, Shaw récupérait le ballon dans les pieds de Mainguy venue tacler et allait conclure tranquillement dans les buts vides (68′). 2-0 pour Bordeaux et deux doublés en deux matchs pour Khadija Shaw en D1. Huit minutes plus tard, Sarr qui venait d’entrer en jeu, convertissait en deux temps, la bonne passe dans l’intervalle de Shaw (76′). Le premier but de l’ancienne Lilloise sous ses nouvelles couleurs.

Malgré quelques offensives intéressantes, les Dijonnaises limitées physiquement et techniquement ne sont que trop rarement parvenues à inquiéter la défense adverse. Contrat rempli pour Bordeaux qui signe deux victoires en deux matchs mais qui devra affûter son efficacité devant le but et ses transitions souvent mal ajustées pour rivaliser face aux cadors du championnat.

🏟 Stade des Poussots (942 spectateurs)

⚽⚽⚽ Khadija Shaw 43′ 68′, Ouleymata Sarr 76′ (FCGB)

DFCO XI : Mainguy – Daniel, Cuynet©, Carage – Lavaud, Bussaglia, Bonet (puis Nakkach 62′), Declercq (puis Solanet 83′) – Barbance, Carol Rodrigues, Stephen (puis Bouillot 68′).

FCGB XI : Nayler – Sousa (puis Lardez 74′), Thibaud, Gilles, Chatelin© – Jaurena, Bilbault, Karchouni (puis Sarr 68′) – Asseyi, Shaw, Garbino (puis Istillart 68′).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :