Équipe de France : Les doutes d’Aulas, le semi-mea culpa de Diacre, et la réponse de Le Sommer
23 août 2019
Classements Buteuses/Passeuses : 1ère journée
26 août 2019

C’était la fête à la maison lors de cette première journée de D1 Arkema avec 100% de victoires à domicile.

OLYMPIQUE LYONNAIS 6-0 OLYMPIQUE DE MARSEILLE

Vainqueur de l’International Champions Cup, l’Olympique Lyonnais était fin prêt à démarrer sa saison de D1. De son côté, l’Olympique de Marseille est arrivé à Lyon en portant l’étiquette de la victime parfaite. Fraîchement promues, les marseillaises n’ont réussi à tenir que 2 minutes sans encaisser de but avant de voir Nikita Parris ouvrir le score et son compteur avec l’OL par la même occasion. Sur deux buts quasiment coups sur coups, l’OL a vite fait le break par Eugénie Le Sommer (11′) et tué le suspense par Dzsenifer Marozsán (17′). Malgré la domination lyonnaise et l’expulsion d’Amandine Blanc à la 65ème, les filles de Christophe Parra ont tenu pendant une heure sans encaisser avant de se faire perforer par Cascarino qui a enchaîné une série de dribbles avant de frapper du gauche à 11 mètres (4-0, 77′). Pas encore buteuse dans cette rencontre, Ada Hegerberg a mis un point d’honneur à trouver le chemin des filets avant la fin du match. La superstar norvégienne y est parvenue à deux reprises aux 83ème et 84ème minutes de jeu. Malgré les absences de Wendie Renard (malade) et d’Amel Majri (blessure) l’Olympique Lyonnais s’est imposé largement dans cet Olympico. Un succès 6 buts à 0 qui propulse l’OL en tête du classement dès la première journée du championnat.

🏟 Groupama OL Training Center (1 976 spectateurs)

⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Nikita Parris 3′, Eugénie Le Sommer 11′, Dzsenifer Marozsán 17′, Delphine Cascarino 77′, Ada Hegerberg 83′ 84′ (OL)

OL XI : Bouhaddi – Greenwood, Mbock, Buchanan, Bronze – Henry, Le Sommer© (puis Laurent 71′), Marozsán – Cascarino, Parris (puis Van de Sanden 61′), Hegerberg.

OM XI : Joly – Maetz (puis Hamidou 59′), Blanc, Pizzala©, Coudon – Conesa, Gherbi (puis Lamarque 69′), Sumo, Zahot, Palacin (puis Ali Nadjim 24′) ; Salomon.


GIRONDINS DE BORDEAUX 4-1 FC FLEURY

Le FC Girondins de Bordeaux se présentait avec un tout nouvel effectif pour sa 4ème saison dans l’élite. Pas moins de 13 mouvements sont à noter par rapport au groupe de la saison 2018/2019. De ce fait, les attentes autour du projet sportif bordelais sont grandes, et les girondines ont apporté des éléments de réponse satisfaisants. C’est un cadeau de la défense floriacumoise qui a permis aux bordelaises d’ouvrir le score. La mésentente entre Sevecke et Gignoux-Soulier sur la passe en retrait de la capitaine a donné lieu au premier but de cette saison de D1 (5′). Par des tentatives, le FC Fleury a essayé de revenir dans la rencontre mais c’était sans compter sur une Charlotte Bilbault des grands jours. Le tacle décisif de l’internationale française aux 18 sélections sur Larsen à la 29ème minute de jeu, a permis aux joueuses de Pedro Martinez Losa de rentrer au vestiaire avec l’avantage au score. Les choses se sont accélérées en seconde période lorsque qu’à la 75ème la néo-bordelaise Khadija Shaw, a plongé au premier poteau sur le corner botté par une autre recrue ; Inès Jaurena. De la tête, l’attaquante Jamaïcaine a offert le break au FCGB. Un break synonyme de victoire ? Pas tout à fait puisque la mauvaise passe en retrait de Thibaud 4 minutes plus tard a donné l’opportunité à Makanza de réduire le score après un passement de jambes destructeur sur Gilles (2-1, 79′). L’espoir n’aura été que de courte durée, 2 minutes après Kelly Gadea est sanctionnée pour une main flagrante dans la surface. Viviane Asseyi a redonné un break d’avance à son club en transformant le penalty qui suivit (82′). Un contre floriacumois aurait pu ramener Fleury dans le match mais c’était sans compter sur Charlotte Bilbault qui d’une faute pleine de d’expérience, a coupé court à l’offensive des visiteuses (85′). C’est finalement Khadija Shaw qui a eu le dernier mot dans ce match. Sur un service parfait de Châtelain, Shaw est allé tromper MGS en un contre un (4-1, 89′).

Bordeaux a tenu son rang, sa meilleure buteuse de la saison passé a marqué, Bilbault s’est illustrée, Jaurena a été décisive, et Shaw a tout de suite trouvé ses marques avec un doublé. Un match quasi-parfait pour le FCGB.

🏟 Stade Sainte-Germaine (668 spectateurs)

⚽⚽⚽⚽ Rikke Sevecke [csc] 2′, Khadija Shaw 75′ 89′, Viviane Aseyi [sp] 82′ (FCGB)

⚽ Marina Makanza 79′ (FCF91)

FCGB XI : Nayler – Kathellen Sousa (puis Lardez 66′), Thibaud (puis Istillart 85′), Gilles, Chatelin© – Jaurena, Bilbault, Karchouni – Asseyi, Shaw, Sarr (puis Garbino 71′).

FCF91 XI : Gignoux-Soulier – Fernandes, Sissoko, Sevecke©, Meffometou (puis Sandvej 85′) – Gadea (puis Chatelain 87′), Haupais, Diaz, Corboz, Makanza – Larsen.


PARIS FC 3-1 DIJON FCO

Le Dijon Football Côte d’Opale avait des airs de Girondins de Bordeaux au coup d’envoi de la rencontre avec les trois recrues en provenance du FCGB directement alignées dans le onze de départ. Après 13 minutes de jeu, un premier frisson a parcouru Bondoufle. L’ancienne Bordelaise Solène Barbance a trouvé la barre transversale sur un lob de 30 mètres. La pause fraîcheur (28′) a fait du bien aux Parisiennes qui ont débloqué le score dix minutes plus tard. Et qui d’autre que Gaëtane Thiney pour être la première buteuse de la saison du PFC ? C’est d’une volée du droit aux 8 mètres que Tatane a donné l’avantage aux siennes en profitant d’un bon travail de Claire Savin sur le côté gauche. La recrue venu du SC Sand a à c emoment-là, distillé sa première passe décisive sous ses nouvelles couleurs en compétition officielle. Et la deuxième n’a pas traîné à arriver. Quatre minutes plus tard, toujours depuis son côté gauche, Savin a réalisé un centre pour Soyer qui a repris en force, 2-0 (44′). Le DFCO a complètement lâché en fin de première période allant même jusqu’à encaisser un troisième but dans le temps additionnel par Camille Catala (45+1′). À 3-0 la messe fut dite et le but de Noémie Carage en fin de partie est apparu comme une consolation bien maigre pour le groupe de Yannick Chandioux.

🏟 Stade Robert Bobin (253 spectateurs)

⚽⚽⚽ Gaëtane Thiney 38′, Julie Soyer 44′, Camille Catala 45+1′ (PFC)

⚽ Noémie Carage 85′ (DFCO)

PFC : Pecharman – Soyer, Muller-Priessen, Butel, Savin (puis Greboval 72′) – Vaysse, Sow (puis Benoit 62′) – Matéo, Thiney©, Catala (puis Bourdieu 62′) ; Sällström.

DFCO : Mainguy – Goetsch, Trevisan©, Cuynet, Carage – Nakkach (puis Solanet 70′), Bussaglia, Barbance (puis Stephen 90′) – Declercq, Lavaud, Carol Rodrigues (puis Bouillot 80′).


EA GUINGAMP 2-0 FC METZ

L’enjeu de cette rencontre était grand et les deux équipes le savaient très bien avant de débuter le match. Cette rencontre s’annonçait serrée entre deux clubs qui auront cette saison pour objectif principal de se maintenir dans l’élite. Ce match à 6 points dès la première journée a tourné en faveur des Guingampaises bien aidées par l’exclusion de la capitaine messine Mélissa Godart à la 11ème minute de jeu. C’est sur un coup-franc de Faustine Robert (30′) et sur une frappe croisée du gauche de Louise Fleury (94′) que l’EAG a fait la différence et a ainsi pu repartir avec 3 points qui compteront certainement en fin de saison.

🏟 Akademi Stadium (332 spectateurs)

⚽⚽ Faustine Robert 30′, Louise Fleury 94′ (EAG)

EAG XI : Durand – Mansuy, Gevitz, Jézéquel, Hoarau – Tyryshkina, Robert, Daoudi (puis Le Mouël 85′), Palis (puis Ngock Yango 59′), Fourré (puis Fleury 63′) ; Oparanozie©.

FCM XI : Lerond – Bigot, Pasquereau, Godart©, Kaya – Gavory (puis Delabre 70′), Rougemont – Gordon, Grimshaw (puis Fercocq 59′), Pekel – Vasconcelos (puis Belkhiter 35′)


MONTPELLIER HSC 2-0 STADE DE REIMS

Dans cette première journée, la D1 Arkema nous offrait un duel entre deux clubs qui ont opté sur des effectifs jeunes pour se lancer à l’assaut du championnat. Montpellier qui a perdu 5 joueuses cadres au mercato recevait Reims promu mais fort d’une série de 18 victoires, 3 nuls, 1 défaite, 75 buts inscrits pour 13 encaissés en D2. Un écart de niveau qui n’a cependant pas bridé les intentions Rémoises. Face aux offensives timides Montpelliéraines et au manque de justesse dans la dernière passe, les filles d’Amandine Miquel bien en place défensivement procédaient en contre. Alors que Jessy Roux prêtée par l’OL donnait du fil à retordre à Marion Torrent sur le côté gauche; Naomie Feller, fraîchement sacrée championne d’Europe U19 croyait ouvrir la marque à la demi-heure de jeu. Sa frappe obligeait la nouvelle portière Heraultaise Lisa Schmitz à sortir la première parade du match. Treize minutes plus tard, Chloé Philippe profitait d’une énième récupération de balle pour lancer un nouveau contre. Alors que Feller qui venait de traverser le terrain retrouvait Philippe dans la surface, celle-ci bousculée par le retour express de Sakina Karchaoui réclamait un penalty que l’arbitre Maïka Vanderstichel n’a jamais accordé. Dans la foulée de l’action, Clarisse Le Bihan inscrivait le premier bijou de D1 Arkema. Un enroulé lobé pied gauche de 30 mètres pleine lucarne et imparable pour la recrue Phallon Tullis-Joyce. Un soulagement juste avant la pause pour la Paillade qui a semblé crisper des Rémoises inexpérimentées. Une minute après le retour des vestiaires, Reims craquait une seconde fois. Bénédicte Simon, en retard, fauchait Nérilia Mondesir dans sa surface. Le Bihan en confiance ne tremblait pas au moment d’ajuster Tullis-Joyce pourtant partie du bon côté (47e). Un but du break qui a libéré les joueuses de Frédéric Mendy forçant les Rémoises à reculer. Alors que les assauts rapides orange et bleu se faisaient de plus en plus ressentir, la solidarité et l’abnégation défensive notamment de Magou Doucouré devant Marie Charlotte Léger aura permis au promu de cadenasser le résultat. Montpellier, troisième du dernier exercice qui, selon Valérie Gauvin, a pour ambition de retrouver l’Europe lance sa saison avec une victoire poussive sans encaisser de buts tandis que Reims qui découvre l’élite n’a pas à rougir de sa première apparition en D1.

🏟 Stade Bernard Gasset (299 spectateurs)

⚽⚽ Clarisse Le Bihan 44′ 47′ (MHSC)

MHSC XI : Schmitz – Torrent©, De Almeida, Nicoli (puis Dekker 71′), Karchaoui – Toletti, Le Bihan (puis Petermann 82′), Puntigam – Léger (puis Landeka 67), Mondésir, Gauvin.

Reims XI : Tullis-Joyce – Doucouré, Deslandes, Spinelli©, Simon – David (puis Joly 73′), Philippe – Herrera, Corboz (puis Gomes 63′), Roux – Feller (puis Fragoli 73′).


PARIS SG 7-0 ASJ SOYAUX

Après le carton réalisé par l’OL la veille, il était primordial pour Paris de répondre. Et la réponse ne s’est pas faite attendre puisqu’il a fallu que 48 secondes à Marie-Antoinette Katoto pour ouvrir le score après un bon service de Sarah Däbritz, seule recrue sur le terrain au coup d’envoi. Pas suffisamment compact, le bloc sojaldicien a laissé trop d’espace aux parisiennes frôlant le break sur la double occasion de Diani et Nadim (10′). Heureusement pour l’ASJ Soyaux, sa gardienne Romane Munich a réalisé la parade et l’arrêt qu’il fallait pour maintenir son équipe dans le match. Un quart d’heure plus tard c’est un gros retour d’Hawa Cissoko sur Grace Geyoro qui a frustré le PSG. Le but du break est arrivé à la 34ème minute de jeu par l’intermédiaire de M-A. Katoto, après un bon crochet sur Cissoko et une finition pied gauche. Absentes à ce moment du match les joueuses de Sébastien Joseph ont encaissé un nouveau but la minute suivante. Le positionnement approximatif de la défense à permis à Geyoro de trouver Glas sur une passe néanmoins lumineuse. La latérale suédoise s’est chargée du reste en calant une frappe sous la barre (3-0, 35′)

Katoto se plaignant de douleurs à la cheville a été contrainte de laisser sa place à sa nouvelle co-équipière et concurrente au poste : Jordyn Huitema (50′). Un coup de billard dans la surface sur un corner a donné l’occasion au PSG d’alourdir le score (Diani, 5-0). Dix minutes plus tard, Geyoro a profité d’une erreur de Couturier pour fixer et tromper Munich (6-0). Nadia Nadim y est également allée de son but, l’internationale danoise a trouvé le chemin des filets en deux-temps après avoir initialement vu son coup-franc être repoussé par le mur (67′). Après avoir été passeuse en début de rencontre, Däbritz a enfilé son costume de buteuse et a porté le score à 7-0 en marquant dans un angle fermé (72′).

Paris s’est imposé sur un énorme score et a pris les commandes de la D1 Arkema. Malgré les absences d’Anissa Lahmari et Siga Tandia, ont était en droit d’attendre de meilleures prestations de la part des Charentaises. Et Sébastien Joseph l’entraîneur de l’ASJ a exprimé son mécontentement vis-à-vis de la prestation de ses joueuses :

« Il y a eu beaucoup trop d’erreurs, d’errements et de passivité pour espérer quelque chose de ce match. […] Perdre un duel ça peut arriver, mais quand on commence à en perdre 5-6 d’affilé à un moment c’est aussi une question d’orgueil, et quand on est une compétitrice, on ne doit pas accepter cela. Il y a des joueuses qui vont devoir penser à leur performance d’aujourd’hui et se remettre en cause pour pouvoir être sur la feuille de match. »

Sébastien Joseph, entraîneur de l’ASJ Soyaux.

🏟 Stade Jean Bouin (1 610 spectateurs)

⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Marie-Antoinette Katoto 1′ 33′, Hannah Glas 35′, Kadidiatou Diani 51′, Grace Geyoro 61′, Nadia Nadim 67′, Sarah Däbritz 72′ (PSG)

PSG XI : Kiedrzynek – Glas, Dudek, Paredes©, Morroni – Geyoro, Formiga (puis Diallo 46′), Däbritz – Diani, Katoto (puis Huitema 51′), Nadim (puis Saevik 73′).

ASJ XI : Munich© – Cissoko, Rougé, Couturier, Boudaud – Clérac (puis M’Bassidje 67′), Da Costa ; Bourgouin, Pingeon (puis Cazeau 70′), Dumont ; Cambot (puis Magnier 81′)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :