UWCL : Un énorme choc dès le premier tour à élimination directe
16 août 2019
International Champions Cup : L’Olympique Lyonnais couronné pour la 1ère fois aux États-Unis
19 août 2019

Un ancien entraîneur du centre de formation des féminines de l’Olympique Lyonnais a été mis en examen pour « atteinte sexuelle sur mineure de plus de 15 ans sans contrainte, ni menace, ni surprise, par personne ayant autorité. »

Selon le journal L’Équipe, l’ex-formateur a été placé en garde à vue ce mardi 13 août à la suite d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Lyon en septembre 2018. L’homme âgé de 33 ans est accusé de « propositions sexuelles à mineures de 15 ans » survenues entre septembre 2017 et mai 2018.

Passible de dix ans de prison et 150.000 euros d’amende, l’ex-formateur s’est défendu. Il aurait reconnu « une relation sentimentale » avec une joueuse de 15 ans, évoquant des « échanges de baisers à plusieurs reprises » et des « caresses à caractère sexuel à une reprise » au mois de février 2018. Des actes que le mis en cause assure avoir été conssenties par la joueuse qui n’a pas porté plainte et qui a depuis quitté l’Olympique Lyonnais.

Médiapart, le premier média à avoir dévoilé l’affaire en juillet dernier, révélait que l’éducateur avait été dénoncé par deux joueuses U16 après un tournoi joué en Alsace au printemps 2018. Dans un témoignage, une coéquipière de la victime indiquait, entre autres, des SMS, des conversations et notamment une visite de cet homme dans la chambre des jeunes filles, durant laquelle il se serait « glissé sous la couette » et aurait « fait circuler sa main ».

L’Olympique Lyonnais avait alors exclu immédiatement le formateur du club et signalé ces accusations au procureur de la République. Selon Médiapart, ce signalement a été effectué le 21 juin 2018 et l’enquête a été ouverte trois mois plus tard.

La joueuse qui a témoigné n’a pas été conservée au centre de formation. Si l’OL précise qu’il en va uniquement de raisons sportives, pour la joueuse ce serait une sanction pour avoir parlé.

Alors que ni le formateur ni les joueuses n’avaient été entendu jusqu’à la garde à vue de ce dernier ce mardi 13 août, pour les enquêteurs il s’agit maintenant de tirer cette histoire au clair et de s’assurer qu’il n’existe pas d’autres potentielles victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :