Le MHSC s’offre la pépite du Paris FC
13 juin 2019
Coupe Du Monde, Groupe C : Une Remontada et un passage à tabac
14 juin 2019

Objectif qualif’ sur une rencontre, objectif survie sur l’autre.

ALLEMAGNE 1-0 ESPAGNE

Galvanisées par leur première victoire historique en Coupe Du Monde, les Espagnoles venaient défier les double championnes du monde allemandes privées de leur meilleure joueuse Dzsenifer Marozsán.

Sous la pluie battante de Valenciennes au moment du coup d’envoi, l’Espagne sans complexe, a fait le jeu en début de rencontre là où l’Allemagne, imprécise, a rendu beaucoup de ballons (13′). La superbe passe d’Hermoso pour Nahikari Garcia qui s’est échappée entre Doorsoun et Hegering à la 14ème minute n’a été que l’illustration de cette entame de match en faveur des espagnoles. Malheureusement pour la Roja, Garcia a manqué de lucidité dans son un contre un avec Schult : son extérieur du pied droit est passé assez largement à côté du cadre. Le danger a continué de planer sur le but allemand avec le tir de Meseguer passé à côté (16′). Incapable de jouer vers l’avant, la Mannschaft n’a cessé de reculer à l’image d’Hendrich à la 21ème, qui, en manque de solution a reculé sur 10 mètres avant de servir Doorsoun en retrait qui a botté en touche. À la 42ème minute, l’Allemagne a fait la différence. Un centre de Svenja Huth a fait suite à l’ouverture de Göeßling, ce dernier est smashé par Popp de la tête, mais Paños a réalisé la parade qu’il fallait. Abandonnée par sa défense, la portière du FC Barcelone s’est vu contrainte d’encaisser son deuxième but en deux matchs après que Däbritz se soit arrachée pour reprendre le ballon avant que Torrejón, peu réactive, ne mette le pied dessus. 1-0 pour l’Allemagne à la pause contre le cours du jeu. Martina Voss-Tecklenburg a profité de l’entracte pour réaliser un premier changement avec l’entrée de Klara Bühl à la place Kathrin Hendrich. La polyvalente Giulia Gwinn est ainsi redescendue au poste de latérale droit et a laissé sa position d’ailière à l’entrante. Avec son avance au tableau d’affichage l’Allemagne a géré la deuxième mi-temps malgré des premières minutes rythmées. La Nationalmannschaft a bénéficié de la bonne entrée en jeu de Bühl qui à 17 ans seulement a fait mal à la défense adverse avec notamment un joli petit pont sur Corredera avant une frappe qui a fini dans les travées du Hainaut (64′). Les entrées de Lucia Garcia (59′), Patri Guijarro (66′) et Aitana Bonmati (77′) ont donné l’occasion à l’Espagne de pousser dans les dernières minutes sans jamais parvenir à faire sauter le verrou allemand. Après deux matchs, l’Allemagne est qua-li-fiée !

🏟️ Stade du Hainaut (Valenciennes) : 20 761 spectateurs

⚽️ Sara Däbritz 42′ (Allemagne)

Allemagne XI : Schult – Schweers, Doorsoun, Hegering, Hendrich (puis Bühl 45′) – Oberdorf (puis Magull 64′), Däbritz, Göeßling (puis Leupolz 80′) – Gwinn, Popp©, Huth.
Espagne XI : Paños – Corredera, León, Paredes, Torrejón© – Torrecilla, Hermoso, Meseguer (puis Guijarro 66′) – Putellas (puis Bonmati 77′), N. Garcia, Caldentey (puis L. Garcia 59′).


AFRIQUE DU SUD 0-1 CHINE

À l’affiche, deux équipes lésées après leur premier match. L’Afrique du Sud vaillante contre l’Espagne, a dû s’incliner en fin de rencontre. La Chine elle, a aussi concédé une défaite contre une autre nation européenne : l’Allemagne.

Le début de match des Chinoises était réussi, Elles mettaient dès les premières minutes la pression sur leurs adversaires. Heureusement pour les Sud-africaines, Swart devançait Wang Shan Shan du poing sur un centre venu de la gauche (5′). Le style de jeu trop stéréotypé de la Chine n’emmenait pas suffisamment de danger sur le but sud-africain. Les passes étaient appliquées, sécurisées mais les prises de risques quasiment inexistantes. Prudentes, les Roses d’acier qui se présentaient dans un 5-3-2, obtenaient tout de même une une occasion grâce au crochet de Gu (et à la glissade de van Wyk), malheureusement pour elles le tir de l’ailière était dévissé (33′). À cinq minutes de la pause, Zhang jouait long sur Li qui se jetait et marquait de l’extérieur de pied sur le premier tir cadré des Chinoises (40′). Malgré les difficultés des dames de XiuQuan à amener le danger sur le but de Swart, ce but ne pouvait pas être considéré comme contre le cours du jeu. Quelques minutes après, la Chine semblait avoir doublé la mise, mais la montre de l’arbitre du soir ne sonnait pas, en effet la goal-line technology est venue confirmer que le ballon n’avait pas entièrement franchi la ligne de but sur la tête qui faisait suite à un corner. En seconde période, la Chine perdait sa maîtrise du ballon et procédait en contres alors que les Banyana-Banyana passaient d’un jeu direct à des attaques un peu plus construites. Un inversement des rôles surprenant, qui valait à la Chine d’attendre la 70ème minute pour effectuer leur premier tir après la pause. Suite à une dernière occasion chinoise qui a forcée Swart à une horizontale sur la tête de Han, Katalin Kulcsar, l’arbitre hongroise renvoyait les deux équipes aux vestiaires.

La Chine s’est imposée après avoir tiré 17 fois au but, pour seulement 3 tirs cadrés et un but inscrit. Une inefficacité offensive déjà problématique lors du match n°1 contre l’Allemagne qu’il faudra régler au plus vite pour espérer aller loin.

🏟️ Parc des Princes (Paris) : 20 011 spectateurs

⚽️ Ying Li 40′ (Chine)

Afrique du Sud XI : Swart – Holweni (puis Smeda 72′), Matlou, van Wyk©, Ramalepe – Mbane, Biyana, Makhabane – Jane (puis Motlhalo 81′), Kgatlana, Fulutudilu (puis Seoposenwe 60′).
Chine XI : Peng – Liu, Wu©, Han, Li, Wang Y (puis Yang 81′) – Gu (puis Lou 65′), Zhang, Wang S – Li (puis Yao 78′), Wang S. S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :