C’est le début du sprint final en D1 Féminine, course au titre, et au maintien sont au menu. Voici les résultats et les buts de la 18ème journée.

GIRONDINS DE BORDEAUX 1-7 OLYMPIQUE LYONNAIS

En apparence, il s’agissait là d’un déplacement périlleux pour les lyonnaises. Bien que leader, l’OL restait sur une performance pas rassurante en Coupe de France, une victoire 1 à 0 contre la valeureuse équipe de Grenoble (D2). Alors que le FCGB lui était invaincu depuis le 24 Novembre (défaite contre Soyaux).

C’est plus de 1600 personnes qui sont venues voir la confrontation entre le 3ème et le 1er  de D1F. Des spectateurs qui pourront se réjouir d’avoir vu des buts, le hic c’est qu’ils ont presque tous été en faveur de l’équipe visiteuse.
Avec sa formation en 3-5-2, Jérôme Dauba a cherché à mettre la pression sur les joueuses de son homologue Reynald Pedros. Une stratégie qui n’a pas payé puisqu’au bout de 13 minutes, Lyon en a profité. Sur une attaque rapide, Henry a servi Van de Sanden qui après avoir résisté au retour de Châtelain a trompé Nayler. L’OL a mis à mal le pressing Bordelais en se projetant vite de l’avant. Sur une récupération haute d’Hegerberg, puis une fixation, Marozsán a fait trembler les filets d’une frappe du gauche à l’entrée de la surface, 0-2, après 20 minutes de jeu. Si un centre-tir de Bronze sur le poteau a offert le troisième but de la rencontre à Hegerberg (27′), il aussi créé une petite révolte dans le camp Bordelais. Deux minutes plus tard, Melike Pekel a faussé compagnie à Selma Bacha avant de centrer fort pour Asseyi qui en a profiter pour inscrire son 11ème but de la saison en championnat. Son meilleur total sur une saison depuis le début de sa carrière professionnelle. La fin de la première période a été marquée par la sortie sur blessure de la capitaine Bordelaise Sophie Istillart, après avoir été violemment percutée par sa gardienne Erin Nayler lors d’une sortie aérienne.
Rien ne s’est arrangé pour Bordeaux après la pause, au contraire, le navire marine et blanc a coulé. Lyon a alourdi le score par Le Sommer sur service d’Hegerberg (48′), par Buchanan après un coup franc déposé de Marozsán (62′), par Van de Sanden (sur service d’Ada) qui s’est offerte un doublé (72′) et en fin de rencontre (82′) par Hegerberg qui a porté le score à 7 buts à 1. Après avoir libéré l’OL en fin de match le week-end dernier contre Grenoble, la ballon d’or Norvégienne a réalisé une nouvelle fois une prestation de très haut niveau avec 2 buts et 2 passes décisives.

Avec cette victoire et cette prestation, Lyon a parfaitement préparé son rendez-vous contre Wolfsburg en UEFA Women’s Champions League de Mercredi. En soit, la seule inquiétude du jour aura été la douleur à la cuisse ressentie par Amel Majri à l’échauffement. Douleur face à laquelle Pedros et son staff n’ont pas voulu prendre de risque décidant de ne pas faire jouer l’internationale française en prévision du choc européen à venir en milieu de semaine prochaine.

🏟 Stade Sainte Germaine (1660 spectateurs)

⚽ Viviane Asseyi 29′ (FCGB)
⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Shanice Van de Sanden 13′ 72′, Dzsenifer Marozsán 20′, Ada Hegerberg 27′ 82′, Eugénie Le Sommer 48′, Kadeisha Buchanan 62′ (OL)

FCGB XI : Nayler – Gilles, Thibaud, Sousa – Châtelin, Lavogez (puis Garbino 85′), Istillart© (puis Karchouni 39′), Barbance (puis Tarrieu 46′), Lardez – Asseyi, Pekel.
OL XI : Bouhaddi – Bacha, Renard©, Buchanan, Bronze (puis Mbock 62′) – Henry (puis Fishlock 57′), Kumagai, Le Sommer (puis Cascarino 67′), Marozsán, Van de Sanden – Hegerberg.


FC FLEURY 0-0 RODEZ AF

Le 6ème recevait le dernier avec la possibilité de valider son maintien en cas de succès Samedi dernier, et en cas de défaite du LOSC contre Guingamp dans le même temps.

L’opposition entre les deux formations aura été principalement une bataille du milieu de terrain sans fin. Peu d’occasions notables que ce soit d’un côté ou de l’autre. Le résultat vierge n’a en fin de compte surpris personne. Le RAF continue de ne pas perdre après son match nul du week-end dernier contre Soyaux (match en retard), mais ne fait pas le bond en avant tant espéré. Tandis que Fleury devra attendre au minimum la prochaine journée de championnat pour valider son maintien dans l’élite, mais la tâche s’annonce difficile car les floriacumoises recevront l’Olympique Lyonnais pour le compte de la 19ème journée de D1F.

🏟 Stade Auguste Gentelet (144 spectateurs)

FCF91 XI : Gignoux-Soulier – Fernandes, Haupais, Bauer, Roy – Clemaron©, Gadea, Lamontagne, D.Corboz, Léger (puis Amani 87′) – Chatelain (puis Machart-Rabanne 66′).
RAF XI : Garcia – Banuta, Guitard©, Guellati, Austry (puis Chareyron 63′) – Saunier, Chalabi, Bonet – Cazeau (puis Fleury 82′), Cance, Noiran (puis Lemaitre 75′).


FC METZ 0-7 MONTPELLIER HSC

D’un côté, le FC Metz à la recherche du moindre point pouvant l’éloigner de la zone rouge, de l’autre le MHSC pleinement embarqué dans la course à la troisième place qui constituait soit-dit en passant, l’objectif du club en début de saison.

Les messines aurait aimé laver l’affront du match aller (défaite 11-0) mais visiblement le MHSC ne leur réussi absolument pas. Le cauchemar a débuté à la 20ème avec l’ouverture du score de Janice Cayman profitant d’une sortie douteuse de Justine Lerond et d’un contre favorable. La suite a été une succession de buts en faveur des Montpelliéraines ; Jakobsson à deux reprises (29′ & 34′), l’enroulé de Le Bihan au retour des vestiaires (47′), Torrent (63′), Gauvin deux minutes seulement après son entrée en jeu (68′) et enfin Dekker pour conclure, elle aussi après être entrée en jeu (81′).

Un match sans pour les grenats qui ont encaissé un total de 18 buts contre Montpellier sur l’ensemble des deux rencontres aller-retour. Les joueuses de Manuel Peixoto vont devoir très rapidement se remettre la tête à l’endroit car le prochain match contre Lille (premier relégable) sera déterminant dans cette course au maintien. Les Montpelliéraines prennent elles, trois points qui leur permettent de revenir à hauteur des Girondines (3èmes) avec 30 points.

🏟 Stade Dezavelle (235 spectateurs)

⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ Janice Cayman 20′, Sofia Jakobsson 29′ 34′, Clarisse Le Bihan 47′, Marion Torrent 63′, Valérie Gauvin 68′, Anouk Dekker 81′ (MHSC)

FCM XI : Lerond – Godart (puis Delabre 65′), Pasquereau, Gomes Jatoba©, Gavory – Rougemont (puis Belkhiter 83′), Fercocq (puis Wenger 46′), Bigot, Fedorova – Khelifi, Delie.
MHSC XI : Murphy – Karchaoui, Lakrar, Sembrant©, Torrent – Torrecilla (puis Dekker 74′), Toletti, Puntigam – Cayman (puis Banusic 77′), Jakobsson (puis Gauvin 67′), Le Bihan.


PARIS FC 0-0 ASJ SOYAUX

Le Paris FC avait comme le MHSC, l’opportunité de se rapprocher de la troisième place en cas de victoire. En face, l’ASJ Soyaux en panne de victoire depuis le 15 Décembre (14ème journée), espérait prendre des points pour s’éloigner des dernières places.

Lors du premier acte, le Paris FC a plus tiré mais sans jamais vraiment inquiéter Romane Munich (5′, 11′, 19′). La réponse Soljadicienne a elle beaucoup plus retenti dans le stade ; la belle action individuelle de Cambot partie côté gauche s’est soldée par un tir qui est venu s’écraser sur le poteau d’une Karima Benameur battue. À l’image du match qui a opposé Fleury à Rodez, une grosse bataille au milieu de terrain a lieu sur le reste de la mi-temps laissant peu de place aux occasions de buts. 0-0 dans une mi-temps qui a malheureusement vu Mathilde Bourdieu devoir quitter ses partenaires sur blessure seulement peu de jours après avoir retrouvée le chemin de la compétition. Elle a été remplacée par Marina Makanza à la 29ème. La seconde période présente les mêmes caractéristiques que la première. Paris a été premier à se mettre en action cependant toujours sans inquiéter Munich (Thiney, 46′). Soyaux a ensuite à nouveau touché un montant par l’intermédiaire d’Anissa Lahmari sur coup-franc (51′) et une nouvelle blessure vient stopper prématurément le match d’une joueuse du PFC en la personne d’Alice Benoît remplacée par Oriane Jean-François qui en a du coup profité pour effectuer ses grands débuts en D1 Féminine. Tout aurait pu basculer en faveur de l’ASJ à dix minutes de la fin mais Benameur réalise la parade qu’il faut face à Cambot. Un match nul heureux pour le Paris FC qui déplorera tout de même deux nouvelles blessures, alors que le club venait tout juste de récupérer Bourdieu et Butel. #LeCalvaireContinue. De l’autre côté Soyaux est passé près de prendre 3 points qui auraient été très précieux dans la course au maintien.

🏟 Stade Robert Bobin (138 spectateurs)

PFC XI : Benameur – Jaurena, Butel, Cascarino, Soyer (puis Ribeiro De Carvalho 73′) – Benoit (puis Jean-François 68′), Vaysse, Matéo, Thiney©, Bourdieu (puis Makanza 29′) – Sällström.
ASJ XI : Munich – Boudaud, M’Bassidje, Couturier, Cissoko – Lahmari (puis Pingeon 71′), Tandia©, Da Costa, Bourgouin, Dumont (puis Babinga 76′) – Cambot (puis Canon 87′).


LILLE OSC 3-3 EA GUINGAMP

Le LOSC sur une série de cinq défaites, premier relégable avec 11 points recevait l’En Avant de Guingamp qui ne s’est plus imposé à l’extérieur depuis six matchs. Annoncé par Rachel Saidi, ex-joueuse lilloise récemment promu coach, la défaite était interdite et la victoire vitale. Le club breton, décimé par les blessures dans le secteur défensif se devait à travers un bon résultat s’assurer le maintien face à une équipe à sa portée. Dès l’entame du match, l’EAG contre le vent, subit le pressing haut lillois. Un pressing que les Nordistes vont payer cash. Après une récupération dans l’axe, Louise Fleury bien servi par Ella Palis va refroidir tout le stade à la suite d’une contre-attaque en une touche fulgurante. Guingamp mène la danse dès la 4ème minute sur sa première occasion. Un but prématuré qui va sonner comme un coup sur la tête pour la formation de Rachel Saidi. Cinq minutes plus tard, sur une erreur de relance d’Elisa Launay, Emelyne Laurent récupère, écarte sur Sana Daoudi qui sert Léa Le Garrec esseulée à l’entrée de la surface. En un contrôle-tir, l’internationale Française (4 sélections) double la mise. Un scénario catastrophe pour des dogues qui n’ont marqué que deux buts dans leurs cinq derniers matchs. Lina Boussaha, la Lilloise la plus remuante jusqu’à présent, lance alors Ouleyemata Sarr qui voit sa frappe être repoussée par Solène Durand (15′). Lille plie mais ne rompt pas. Sur un coup franc de Morgane Nicoli, alors que l’on croit à la réduction du score, l’arbitre refuse le but pour hors-jeu (20′). Le LOSC maintient son pressing haut, en passant par les côtés ou les coups de pieds arrêtés, et profite des failles défensives adverses pour multiplier les offensives, sans succès. À l’approche de la mi-temps et alors que le jeu s’équilibre, Lille se fait contrer au milieu du terrain, et comme sur l’ouverture du score la contre-attaque lui sera fatale. Le Garrec a tout le temps d’ajuster sa passe dans l’intervalle pour Louise Fleury qui se joue d’Elisa Launey (45′). Trois tirs cadrés et trois buts pour l’EAG à la pause. Alors que la mission semble impossible pour le club Nordiste, le deuxième acte va nous offrir ce qui a de plus beau dans le football. Lille doute techniquement, les passes n’arrivent pas et les appels ne sont pas francs. L’EAG en confiance, temporise, sans forcer les attaques. Ouleye Sarr lance la première charge côté droit. Son centre trouve Silke Demeyere qui décale pour Maïté Boucly qui dévisse hors cadre (50′). Le tournant du match survient six minutes plus tard. Sur un centre anodin de Julie Dufour venu de la droite, Julie Debever diminuée physiquement manque son contrôle du gauche face à son but et prolonge le cuire pour Hannah Diaz qui réduit la marque (56′). Le visage Lillois change, avec un peu plus de trente minutes à jouer au compteur, les supporters poussent, le bloc monte d’un cran, les duels sont plus francs. Solène Durand, symbole de la fébrilité Guingampaise, se fait contrer par Diaz sur un dégagement au pied, Debever en couverture, sauve sur sa ligne (60′). Lille pousse de plus en plus mais n’ajuste pas la mire, Guingamp se défend comme il peut. Sur un centre au deuxième poteau de Justine Bauduin, Dufour repique en première intention dans l’axe pour Diaz qui de la tête vient inscrire ses deux premiers buts sous ses nouvelles couleurs après être arrivée dans le nord cet hiver (66′). La tension monte. Lille métamorphosé va alors étouffer la défense guingampaise en proie au doute. Marine Dafeur voit son coup franc excentré de 40 mètres, s’écraser sur la barre (74′). Lille passe en 3-5-2 pour un salut qui arrive à la 87ème. Incompréhension totale dans la défense Bretonne qui concède un corner évitable. Diaz centre sur la tête de Sarr qui trouve Boussaha dont la reprise de volée finit en pleine lucarne. Après avoir été l’héroïne des ¼ et de la ½ de Coupe de France, la joueuse prêtée par le PSG délivre tout le stade de Luchin. Quel mental, quelle remontée, quelle prestation collective. Un match nul inespéré à la mi-temps qui annonce en guise de prochain match un choc de folie contre le FC Metz, concurrent direct au maintien. Guingamp qui sortait de deux défaites à 11 contre 10, récidive dans son manque de discipline. Un aspect de jeu qui était pourtant inexistant en première partie de saison.

🏟 Complexe sportif de Luchin (622 spectateurs)

⚽⚽⚽ Hannah Diaz 56′ 67′, Lina Boussaha 87′ (LOSC)
⚽⚽⚽ Louise Fleury 4′ 45′, Léa Le Garrec 9′ (EAG)

LOSC XI : Launay – Lernon (puis Dufour 53′), Nicoli, Coutereels©, Dafeur, Polito – Sarr, Demeyere, Boussaha, Boucly (puis Bauduin 62′) – Diaz.
EAG XI : Durand – Jezequel, Debever©, (puis Dinglor 77′), Meffometou Tcheno, Hoarau – Laurent (puis Robert 66′), Tyryshkina, Daoudi, Palis, Le Garrec (puis Le Moing 90+1′) – Fleury.


DIJON FCO 0-2 PARIS SAINT-GERMAIN

À seulement 5 minutes près, Dijon obtenait le match nul… Une performance dont les Dijonnaises n’ont pas à rougir face au PSG en pleine préparation pour la Ligue des Champions face à Chelsea. Les Parisiennes lançaient le match avec une première grosse occasion à la 9ème minute par Kadidiatou Diani qui éliminait la gardienne Emmeline Mainguy. Heureusement pour Dijon, sa frappe a terminé dans le petit filet. Dijon répliquait par Laura Bouillot mais sa tête passait au-dessus. Le Paris Saint-Germain a pris le contrôle du match et à la 22ème minute, Diani centrait pour la tête de Marie-Antoinette Katoto qui frôlait le poteau gauche. Cependant, le PSG ne se créait que peu d’occasions car la défense dijonnaise restait très compacte. 0-0 à la mi-temps. Les visiteuses revenaient avec la ferme intention de marquer, notamment avec Signe Bruun qui s’est montré dangereuse. À la
57ème minute, sur un bon centre de MAK, Brunn se jetait sans parvenir à tromper Mainguy qui sauvait le ballon in-extremis sur sa ligne. L’attaquante récidivait 4 minutes plus tard, d’une tête non-cadrée. La portière dijonnaise a été remarquable faisant arrêts sur arrêts. Mainguy a remporté 2 duels contre Katoto (67′, 71′), puis un autre sur Sandy Baltimore (76′). Le Dijon Football Côte d’Or, s’est procuré une occasion par Allison Blais servie par Lindsey Thomas, mais sa tentative a fui le cadre. Toujours 0-0 après 80 minutes. Malheureusement pour le DFCO et heureusement pour le PSG, Aminata Diallo débloquait le score d’une demi-volée croisée aux 20 mètres, sur un ballon mal dégagé par la défense. Une fin de rencontre crève-cœur pour Dijon scellée par Baltimore qui marquait de la tête à la 92ème minute.

⚽⚽ Aminata Diallo 88′, Sandy Baltimore 92′ (PSG)

DFCO XI : Mainguy – Awona, Trevisan©, Cuynet, Carage – Nakkach, Solanet (puis Dali-Storti 90′), Bussaglia – Thomas (puis Gouineau 85′), Bouillot (puis Blais 73′), Declercq.
PSG XI : Kiedrzynek – Périsset©, Berglund, Cook, Lawrence – Diallo, Geyoro, Diani (puis Zamanian 90+3′), Wang (puis Baltimore 67′), Katoto – Bruun (puis Nadim 78′).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :