Le FC Barcelone et Málaga misent sur des joueuses africaines
1 février 2019
Jean-Louis Saez ne sera plus le coach de Montpellier à la fin de saison
3 février 2019

Après un week-end de coupe de France, place au championnat avec la 16ème journée de D1F marquée par l’annulation de 2 matchs et un changement de leader.

PARIS FC – OLYMPIQUE LYONNAIS (REPORTÉ)

FC FLEURY 91 – GIRONDINS DE BORDEAUX (REPORTÉ)

 

EA GUINGAMP 3-0 RODEZ AF

Victoire O-BLI-GA-TOIRE. Tels était les mots d’ordres du côté Breton avant le début de ce match pour mettre fin à la série noire qui dure depuis 6 matchs accentuée par une élimination en ⅛ de finale de Coupe de France le week-end dernier. Pour Rodez, lanterne rouge du championnat, il s’agissait surtout de rester sur la dynamique de la seconde période produite face aux lyonnaises lors de la dernière journée et ainsi continuer à croire dur comme fer au maintien.

Bien servie par Tcheno, Robert reprend le centre de la camerounaise et ouvre le score rapidement pour les rouges et noires après 5 minutes. Malgré une frayeur juste avant la mi-temps, les joueuses de l’EAG rentrent aux vestiaires avec l’avantage (MT : 1-0). Vingt-cinq minutes après le retour des 22 actrices sur la pelouse, les guingampaises font le break toujours par Faustine Robert sur corner après un duel aérien gagné par Charlotte Lorgeré qui fait office de passe décisive. Dans cette victoire qui se dessine pour Guingamp, le dernier coup d’éclat de la rencontre provient d’Emelyne Laurent. La jeune internationale de 20 ans, prêtée par l’Olympique Lyonnais réalise un chef d’oeuvre en éliminant deux adversaires avant d’ajuster une frappe du pied gauche. Son premier but sous ses nouvelles couleurs lors de son premier match de championnat. La parfaite cerise sur le gâteau qui a dû ravir l’entraîneur Frédéric Biancalani.

🏟 Akadémi (335 spectateurs)

⚽⚽⚽ Faustine Robert 5′ 69′, Emelyne Laurent 80′ (EAG)

EAG XI : Durand – Jézéquel, Debever©️ (puis Hoarau 88′), Lorgeré, Meffometou Tcheno – Palis (puis Daoudi 46′), Tyryshkina, Robert, Le Garrec, Fleury (puis Fourré 70′) – Laurent.

RAF XI : Philippe – Banuta, Guitard©️ (puis Noiran 67′), Guellati, Ginestet, Austry – Bonet (puis Saltel 84′), Saunier, Cance – Lemaitre (puis Farrugia 84′), Cazeau.

 

ASJ SOYAUX 2-3 FC METZ

Ce samedi, Soyaux a pris une leçon d’abnégation par les messines. Un match d’une qualité technique limitée mais qui nous a livré un scénario comme on les aime. L’ASJ Soyaux 8ème avec 16pts, au coup d’envoi, projetait de garder à distance le FC Metz, 10ème avec 13pts et premier non relégable. Une ambition qui va aller dans ce sens dès l’entame du match. Possession de balle et projection rapide vers l’avant, la tactique messine mise en place est malmenée. Quoi de mieux qu’un but contre le cours du jeu pour inverser l’ascendant psychologique ? Sur une ouverture de Julie Pasquereau, Léa Khelifi, lancée à la limite du hors jeu, s’en va crocheter Romane Munich et conclure en finesse. 1-0 pour Metz (23’). Sonnées, les Sojadiciennes vacillent mais ne se désolidarisent pas. Dix minutes plus tard, une faute de Morgane Belkhiter sur Anaïs Dumont offre l’opportunité à Laura Bourgouin de remettre Soyaux à hauteur. Sa tentative sur penalty vient s’écraser sur le poteau. 1-0 pour Metz à la pause. À la reprise les duels sont plus agressifs, les intentions plus franches, mais mêlées à des lacunes techniques, la nouvelle recrue Morgane Belkhiter commet un deuxième impair, cette fois à l’entrée de la surface. Laura Bourgouin, de nouveau à la baguette, centre des 30 mètres, Simone Gomes Jatoba prolonge de la tête et offre l’opportunité à capitaine Siga Tandia restée à l’affût de pousser le cuire dans le but vide. Égalisation de l’ASJ (54’). La fébrilité change de camp. Sur une erreur de relance au pied, Joanna Viollaz, portière messine du jour en l’absence de Justine Lerond suspendue, délivre littéralement une passe décisive à Vivianne Boudaud. Excentrée côté gauche, la défenseure se remet dans le sens du but pour punir Viollaz petit filet opposé. Premier but de la saison pour Boudaud et Soyaux prend les devants en deux minutes (56’). Soyaux continue de pousser, Manuel Peixoto, prend alors ses responsabilités. Il sort Hélène Fercocq placée en sentinelle pour faire entrer Marie-Laure Delie aux côtés des deux autres attaquantes Khelifi et Delabre (66’). Alors que sur un enchaînement haché, Siga Tandia se procure une occasion de doublé impérialement repoussée par Viollaz, et les messines répondent sur une contre-attaque fulgurante. Partie côté gauche en deux touches de balles, Khelifi trouvée seule dans l’axe sert en une touche Delie qui au duel à l’entrée de la surface arme et fusille la lucarne droite de Munich. MLD fait ainsi parler l’expérience et le talent 4 minutes seulement après son entrée en jeu (69’). 2-2 Coaching payant ! À 20 minutes du terme, les offensives se multiplient d’un camp à l’autre. Impossible de perdre ce match, les lignes se distendent, les espaces se libèrent. Sur une tentative mal ajustée de Bourgouin pour lancer Sarah Cambot dans la surface, Belkhiter intercepte relance sur Délie qui rend la monnaie à Khelifi d’une sublime passe dans l’intervalle. Partie cette fois à l’extrême limite du hors jeu, l’attaquante, de 19 ans, en confiance, effectue une course de 30 mètres avant de conclure d’un plat du pied sécurité. Metz reprend l’avantage, Khelifi en héroïne. Les esprits s’échauffent en cette fin de match. Soyaux assommé tente de recoller mais se heurte à un mur. Les supporters poussent, les messines jouent le temps, et les contacts sont appuyés. Et c’est au bout de 7 longues minutes de temps additionnel et un coup franc d’Anissa Lahmari, qui aura frôlé de justesse la lucarne, que Clémence Goncalves, arbitre du jour, met un terme à ce duel. Metz remporte son deuxième match de la saison hors de ses bases. Trois points qui valent double après les défaites de Rodez et Lille. À désormais 5 points de la zone rouge, les Grenats pourront-elles pour la première fois réussir à assurer 3 succès consécutifs ? Réponse contre Bordeaux le week-end prochain. Dans l’autre temps, Soyaux enchaîne sa 3ème défaite d’affilée. La Charente qui vient d’officialiser son ambition de professionnalisation se devra de réagir et éviter le piège contre Rodez, dernier à 8 longueurs mais pas totalement enterré.

🏟 Stade Léo Lagrange (308 spectateurs)

⚽⚽ Siga Tandia 54′, Viviane Boudaud 56′ (ASJ)

⚽⚽⚽ Léa Khelifi 23′ 73′, Marie-Laure Delie 69′ (FCM)

ASJ XI : Munich – Cissoko, Rougé, M’Bassidje, Boudaud – Clérac (puis Lahmari 45+1′), Tandia©️, Babinga (puis Da Costa 77′), Bourgouin, Dumont (puis Canon 67′) – Cambot.

FCM XI : Viollaz – Belkhiter, Pasquereau, Gomes Jatoba©️, Kaya – Rougemont, Gavory, Fercocq (puis Delie 64′), Bigot – Khelifi (puis Dechilly 86′), Delabre (puis Janela 90+4′).

DIJON FCO 1-0 LILLE OSC

Ce samedi, Lille se déplaçait à Dijon en espérant empocher 3 points très importants pour sortir de la zone rouge. Quant aux Dijonnaises, l’objectif était le même afin de s’installer durablement en milieu de tableau. Les joueuses du DFCO ont fait preuve d’une grande efficacité en ouvrant la marque des la 7ème minute : Léa Declercq centre pour Laura Bouillot qui a vu sa tentative repoussée par Elisa Launay ; Kenza Dali reprend le ballon en ne laissant aucune chance à la gardienne. Les Dogues n’ont eu d’autre choix que de réagir mais Dijon continuait de pousser. Respectivement aux 12ème et 19ème minute, Lindsey Thomas et Declercq manquaient le cadre. Lille s’est procuré sa véritable première occasion à la 26ème par Justine Bauduin qui a vu son tir fuir le cadre. Dijon n’abdiquait pas et le tandem Declercq/Bouillot répondaient au LOSC sans succès. Juste avant la pause, sur corner, Hannah Diaz trouvait Laëtitia Chapeh mais sa tête rasait le montant droit. 1-0 à la mi-temps. Dès la reprise, Ouleymata Sarr frappait mais Mylène Chavas a capté le ballon sans grande difficulté. Sarr récidivait quelques minutes plus tard sur un centre d’Héloïse Mansuy mais la portière dijonnaise s’est encore imposée. Dijon répondait aux Lilloises encore une fois par Declercq aux 52ème et 55ème minutes de jeu. Dijon commençait à se livrer un peu plus défensivement mais les Lilloises n’ont pas su revenir à la marque. Sarr et Morgane Nicoli ont vu leurs tentatives échouer. Dijon, promu rappelons-le, se stabilise à la 8ème place, avec 9 points d’avance sur le premier relégable, à savoir le LOSC qui a enregistré sa 4ème défaite consécutive.

🏟 Stade des Poussots (863 spectateurs)

⚽ Kenza Dali 7′ (DFCO)

DFCO XI : Chavas – Awona, Trevisan©️, Cuynet, Carage – Nakkach, Bussaglia, Dali (puis Storti 62′) – Thomas (puis Baldé 86′), Declercq, Bouillot.

LOSC XI : Launay – Chapeh Yimga, Nicoli, Coutereels©️ – Mansuy, Polito, Teegarden (puis Boussaha 73′), Dafeur – Bauduin (puis Demeyere 63′) – Sarr, Diaz (puis Dufour 63′).

 

PARIS SG 4-0 MONTPELLIER HSC

Fidèle à lui-même, Olivier Echouafni a reconduit son équipe type pour la réception de Montpellier. En face, Jean-Louis Saez a composé avec beaucoup de jeunesse. Laissant de côté au coup d’envoi Toletti, Torrecilla et Cayman. Était-ce voulu ou par la force des choses, quoi qu’il en soit les choses n’ont pas tourné comme l’avait espéré le coach Montpelliérain.

18. C’est le nombre non pas de minutes mais de secondes qu’il a fallut au Paris Saint-Germain pour ouvrir le score. Un but éclair survenu sur un coup de génie de Wang à 25 mètres qui trouve la lucarne après avoir été bien décalée par Katoto. Complètement à la ramasse, Montpellier encaisse à nouveau 5 minutes plus tard. Katoto encore, réalise un super dribble sur Mayi Kith avant de servir intelligemment Geyoro en retrait qui ne se fait pas prier pour doubler la mise. Au fond du trou, les pailladines boivent le calice jusqu’à la lie ; Lawrence parvient à se sortir du situation compliquée le long de la ligne entourée par trois joueuses (Romanelli, Mondésir et Sembrant) et envoie un centre tendu en direction de Marie-Antoinette Katoto qui reprend sans contrôle. Une finition parfaite de l’actuelle meilleure buteuse de D1 Féminine. Trois-zéro-Vingt-Minutes-De-Jeu. Début de match extrêmement difficile pour le MHSC qui avant ce troisième but, aurait pu réduire le score si Jakobsson n’avait pas vu sa frapper heurter la barre (18′). Lawrence sur une énième course vient offrir à Nadim son premier but avec le PSG (88′), face à des Montpelliéraines pourtant plus combatives en seconde période. La lourde défaite sur le score de 4-0 dans ce match va laisser énormément de traces dans l’Hérault pendant que les Parisiennes savourent le fait d’être leader de D1F en attendant le report du match entre le Paris FC et l’Olympique Lyonnais qui pourrait permettre aux lyonnaises de reprendre la tête en cas de succès.

🏟 Stade Jean Bouin (1709 spectateurs)

⚽⚽⚽⚽ Shuang Wang 1′, Grace Geyoro 6′, Marie-Antoinette Katoto 20′, Nadia Nadim 88′ (PSG)

PSG XI : Kiedrzynek – Perisset (puis Glas 80′), Paredes, Dudek, Morroni – Formiga©️, Geyoro, Diani (puis Nadim 68′), Wang, Lawrence – Katoto (puis Baltimore 85′).

Montpellier : Murphy – Romanelli (puis Banusic 82′), Mayi Kith, Sembrant©️, Karchaoui – Torrent, Lakrar, Mondésir (puis Toletti 46′), Le Bihan – Jakobsson, Gauvin (puis Cayman 72′).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :