Ce week-end c’était la reprise en D1 Féminine. Ce championnat de plus en plus serré, offre une saison passionnante. La 15ème journée nous a réservé du spectacle et un changement majeure dans le bas du classement. Récap’ de la journée match par match.

FC METZ 2-1 EA GUINGAMP

Dans ce match de reprise comptant pour la 15ème journée de D1F, Metz, premier relégable recevait Guingamp 8ème. Si Metz lutte pour sa survie depuis la première journée, sa série de 3 victoires et une défaite, à domicile, lui permettait de débuter le match avec un avantage face à des Guingampaises en nette baisse de régime avant la trêve. Tenues en échec dans leurs 5 derniers matchs de D1 (3 défaites et 2 nuls), le gros mental et les certitudes du début de saison semblent fuir les rouges et noires.
Et c’est bel et bien Metz qui montre un meilleur visage dès le coup d’envoi. Fougueuses, les filles de Manuel Peixoto ont donné du fil à retordre aux Bretonnes, surprises. Si à la suite d’un centre détourné par Fanny Hoarau, Christy Gavory, à l’affût au point de penalty, aurait pu donner l’avantage aux siennes, sa reprise à bout portant est hors cadre. Metz pousse, Guingamp a du mal à mettre son jeu en place. Mais au foot, le vent peut tourner très vite et les Grenats vont en payer les frais. À la 23ème, Claudine Meffometou Tcheno prend de vitesse Ipek Kaya, côté droit. Son centre mal jugé par Julie Pasquereau force Justine Lerond à sortir pieds en avant devant Louise Fleury, qui s’écroule. Penalty indiscutable pour l’EAG. Léa Le Garrec tout en puissance ne se prive pas d’inscrire son deuxième but de la saison, contre le cours du jeu. Un coup sur la tête des Messines qui ne va pas les empêcher de dérouler leur jeu et continuer à presser. À la mi-temps, les bretonnes mènent mais sans convaincre.
Dès l’entame de la reprise (47′), un corner orchestré par Léa Khelifi, permet à Marie-Laure Délie de briller tout en finesse. Placée au premier poteau, dos au but, son contrôle orienté pied gauche, lui permet de conclure du même pied dans le petit filet opposé de Solène Durand. Une égalisation méritée. Metz se libère et croit à l’exploit. Lancée en profondeur par Délie, Khelifi manque son face à face avec Durand qui détourne sa frappe croisée du bout du pied. Cependant, le manque d’expérience, fait encore défaut à cette équipe du FC Metz. Lerond vient une nouvelle fois percuter Fleury, en dehors de sa surface. Carton rouge direct, Metz est réduit à 10 à l’heure de jeu. Alors qu’il reste 30 minutes au chrono et qu’on ne donne pas chère de la peau du premier relégable, une action collective d’école et de toute beauté va éteindre les ardeurs bretonnes. À 2 minutes du terme et alors que les Messines ont déjà réussi l’exploit de ne pas concéder de but, Khelifi vient crucifier Durand, à la suite d’un enchaînement dans l’axe qui a déstabilisé tout le bloc guingampais. Avec 4 buts et 4 passes décisives au total, Léa Khelifi devient alors la joueuse la plus influente de D1 pour son équipe.
Une victoire cruciale dans la lutte au maintien et une victoire collective arrachée à 10 qui, pour un promu tel que Metz, devrait leur donner de la confiance voir des ailes pour rester dans l’élite.

🏟 Stade Dezavelle

⚽ ⚽ Marie-Laure Delie 47′, Léa Khelifi 88′ (FCM)

⚽ Léa Le Garrec [s.p.] 26′ (EAG)

FCM XI : Lerond – Bigot, Pasquereau, Gomes Jatoba ©️, Kaya – Fercocq, Khelifi, Rougemont (puis Dechilly 78′), Gavory, Delabre (puis Viollaz 60′) – Delie (puis Sanderson 82′).
EAG XI : Durand – Meffometou Tcheno, Debever ©️ , Lorgeré, Hoarau – Daoudi, Tyryshkina (puis Palis 75′) – Fourré (puis Béché 65′), Le Garrec, Fleury – Oparanozie.

 

MONTPELLIER HSC 2-0 ASJ SOYAUX

Les Pailladines, avec les jeunes Nérilia Mondésir en attaque ou encore Lisa Martinez en défense devaient remporter ce match pour accrocher le podium.

C’est majoritairement par Janice Cayman et son aile droite ainsi que sur coups de pieds arrêtés que Montpellier se crée ses occasions. Après un centre à ras du sol de l’internationale belge, Clarisse Le Bihan laisse passer le ballon pour Marion Torrent qui, seule, ne parvient pas à marquer. Le Bihan s’illustre encore une fois sur une intervention aux 25 mètres du but adverse ; elle fonce au but, crochète à gauche mais croise trop sa frappe qui fuit le cadre. Les Sojaldiciennes n’ont que peu d’opportunités et les Occitanes continuent à pousser. Sur un coup-franc de Torrent, la capitaine Linda Sembrant place sa tête juste au-dessus de la barre. C’est dans le temps additionnel du premier acte que la rencontre va se décanter : sur une remise en touche de Sakina Karchaoui pour Le Bihan, Anaïs M’Bassidje touche le ballon de la main, dans sa surface. Cayman se charge de tirer le penalty et le transforme. Le MHSC rentre au vestiaire avec un but d’avance sur l’ASJ Soyaux.

Seulement 2 minutes après la reprise, Le Bihan reprend un centre de Karchaoui et alourdit la marque (2-0, 47’). L’attaquante devance Munich qui est sorti un chouïa trop tard. En guise de réponse, Angeline Da Costa tente sa chance de loin mais sans inquiéter Casey Murphy. Les Montpelliéraines gèrent leur avance face à des adversaires peu inspirées. À la 66ème minute, Munich remporte un duel décisif face à Mondésir et évite le but du 3-0. La physionomie du match n’évolue plus et Montpellier l’emporte 2-0.

Cette victoire permet à Montpellier de continuer à prétendre à troisième place avant de rencontrer le PSG le 2 février prochain. L’ASJ Soyaux actuellement 8ème va rencontrer Metz (10ème) avec l’interdiction absolue de perdre…


🏟 Stade Bernard Gasset

⚽ ⚽ Janice Cayman [s.p.] 45+2′, Clarisse Le Bihan 47′ (MHSC)

MHSC XI : Murphy – Martinez, Sembrant ©️, Lakrar – Romanelli, Dekker, Torrent, Karchaoui – Cayman (puis Gauvin 84′), Le Bihan (puis Blackstenius 90+1′), Mondésir (puis Jakobsson 70′).
ASJ XI : Munich – Cissoko, Rougé, M’Bassidje, Boudaud – Tandia ©️, Couturier (puis Babinga 54′), Clérac, Bourgouin (puis Pingeon 75′) – Da Costa (puis Dumont 62′) – Cambot.

 

GIRONDINS DE BORDEAUX 1-0 DIJON FCO

La rencontre entre Bordeaux et Dijon voyait le grand retour d’Élise Bussaglia en France après ses passages en Allemagne et en Espagne. Et cette dernière menace la défense bordelaise dès le début de match. L’opposition est équilibrée et les occasions se créent de part et d’autre. À la 14ème minute, Claire Lavogez frappe un coup-franc direct mais Mylène Chavas est attentive. 2 minutes plus tard, Kenza Dali répond mais Erin Nayler capte le ballon. Dans la foulée, c’est Maëlle Garbino qui cette fois-ci se charge de tirer le coup-franc, sans parvenir non plus à tromper Chavas. Un match où les coups de pieds arrêtés semblent avoir une importance capitale… À la 32ème, Lindsey Thomas prend le chemin du but bordelais mais Vanessa Gilles tacle parfaitement. Les marines et blanches poussent fort avant la mi-temps et Lavogez est à deux doigts d’inscrire l’ouverture du score sur un corner direct. La minute suivante, Lavogez et Garbino combinent pour Rose Lavaud qui frappe sur la barre transversale. Dans le temps additionnel, Julie Thibaud délivre les Girondines d’une tête décroisée et imparable après un coup franc obtenu somptueusement par Garbino et botté par Lavogez. Thibaud inscrit là son 2ème but en D1 Féminine et son premier avec Bordeaux. Son premier ayant été inscrit avec l’ASJ Soyaux son ancien club, le 21 Mai 2016 contre Nîmes (2-2). L’arbitre de la rencontre renvoie les deux équipes aux vestiaires juste après le but.

À la reprise, les rouges et noires se montrent plus agressives dans une rencontre où rien n’est perdu ; Lavogez doit sortir pour recevoir des soins avant de retourner sur la pelouse. L’équipe Dijonnaise très compacte, contraint le FCGB à s’en remettre aux séquences arrêtées pour créer du danger. Cependant Viviane Asseyi parvient dans le jeu éliminer Chavas, mais se voit privée d’un 8ème but cette saison par le retour sur la ligne d’Alexia Trévisan (68′). Dijon a une chance de revenir au score en fin de match, mais Andréa Lardez dégage le ballon et préserve le clean sheet une première fois (88′) avant que quelques minutes plus tard, un autre corner pour Dijon ne soit dégagé par Vanessa Gilles. Les Girondines ont su conserver leur avantage et empochent les 3 points de la victoire. 1-0 score final.


🏟 Stade Robert Monseau

⚽  Julie Thibaud 45+4′ (FCGB)

FCGB XI : Nayler – Lardez, Thibaud, Gilles, Chatelin – Karchouni (puis Surdez 89′), Istillart ©️ , Lavaud – Lavogez, Garbino (puis Gathrat 78′) – Asseyi.
DFCO XI : Chavas – Gouineau (puis Awona 75′), Trevisan ©️, Cuynet, Carage – Dali-Storti (puis Bouillot 63′), Nakkach, Bussaglia – Thomas (puis Blais 85′), Declercq – Dali.

 

PARIS FC 2-1 FC FLEURY 91

Dans ce derby d’Essonne, le Paris FC est très rapidement rentré dans son match additionnant des occasions dans les premières minutes de jeu ; Gaëtane Thiney (3’), Marina Makanza (8’) et Clara Matéo (13’) échouent de la tête face à Maryne Gignoux-Soulier. Cette dernière jusqu’alors irréprochable prend trop de temps pour se dégager d’une passe en retrait : Matéo qui pressait la défenseure (Marine Haupais) fond sur la portière et contre son dégagement dans le but de Fleury. Le PFC prend l’avantage sur cette erreur, 1-0.

Les visiteuses peinent à construire leur jeu face à des adversaires très agressives au pressing, ne leur laissant que peu d’espace pour faire circuler le ballon. Le Paris FC n’hésite pas à tenter sa chance de loin comme Thiney à la 30ème ou Charlotte Bilbault à la 37ème. Quelques minutes avant la mi-temps, Matéo n’est pas loin d’inscrire un doublé. À l’issue d’une première période de très loin en leur défaveur, le FC Fleury 91 n’est mené que d’un but à la pause.

Le FCF91 doit se montrer plus offensif et se créer la première occasion de la seconde période. Pourtant, 4 minutes après le retour sur la pelouse, Marina Makanza double la mise de la tête pour le PFC. Esseulée au second poteau, elle reçoit parfaitement le centre de Clara Matéo. Encore une fois, l’action du but passe par le côté droit. Côté largement exploité par les Parisiennes qui multiplient les centres dans les 10 minutes suivantes. Karima Benameur commet une faute sur la canadienne Alex Lamontagne (72′). Daphne Corboz prend Benameur à contre-pied et transforme le penalty. 2-1, 73′. Le score reste intacte, les 3 points du derby vont aux joueuses de Sandrine Soubeyrand.


🏟 Stade Robert Bobin

⚽⚽ Clara Matéo 16′, Marina Makanza 51′ (PFC)

⚽  Daphne Corboz [s.p.] 73′ (FCF)

PFC XI : Benameur – Soyer, Butel, De Almeida, Cascarino – Bilbault, Jaurena (puis Benoit 90+4′) – Aigbogun, Thiney ©️, Makanza (puis Abam 90+’) – Matéo.
FCF XI : Gignoux-Soulier – Fernandes, Sissoko ©️, Haupais, Roy – Corboz R., Corboz D., Amani (puis Jouan 89′) – Machart-Rabanne (puis Ali Nadjim 64′), Léger – Lamontagne.

 

OLYMPIQUE LYONNAIS 4-0 RODEZ AF

Pour ce denier match du Samedi, le calendrier nous offrait un duel des extrêmes. Lyon leader et ses 60 buts marqués affrontait Rodez, dernier du championnat et deuxième pire défense de D1 avec 30 buts encaissés. De quoi envisager un naufrage Ruthénois avant le coup d’envoi. Cependant, Rodez va mieux. Avec sa série de 2 victoires acquises juste avant la trêve, les Rafettes foulaient la pelouse dans l’optique de ne pas prendre un brouillon et travailler les prochaines échéances plus à leur portée. Après un quart d’heure et deux parades de Laëtitia Philippe repoussant les têtes d’Amandine Henry, la machine lyonnaise s’est mise en marche. Selma Bacha au centre, trouvait la tête d’Eugénie le Sommer au second poteau qui cette fois a fait mouche (16′). Six minutes plus tard, capitaine Wendie, comme à son habitude, reprenait de la tête le corner de Dzsenifer Marozsán, 2-0. Lyon déroule et c’est logiquement que Le Sommer porte le score à 3-0 (33′) en allant inscrire son 250ème but sous les couleurs rouges et bleues. Restée en renarde des surfaces au point de penalty, la Bretonne propulse le cuir dans les cages de Philippe qui avait pourtant effectué une double parade de grande classe face à Shanice Van de Sanden.
Les fenottes insatiables, c’est Marozsán qui une minute plus tard et de retour en grande forme, nous gratifiait du but du week-end. À la réception d’un dégagement dans l’axe de Sofia Guellati, un double contact assassin suivi d’une frappe lourde aggravait la marque. 4-0 pour Lyon.
Si Philippe, des grands soirs, essaie tant bien que mal de tenir la baraque, Rodez a retenu la leçon. En deuxième, le bus est mis en place, pour fermer boutique afin de ne pas sombrer. Une victoire Lyonnaise logique même si la deuxième période aura été plus brouillonne. On retient cependant, la bonne prestation de Kimberley Cazeau de par son intelligence de jeu et ses déplacements qui aurait même pu réduire le score lors du premier acte après avoir pris de vitesse une Selma Bacha peu attentive. Malheureusement pour elle, elle buttait sur une Sarah Bouhaddi pleinement concentrée malgré le peu de travail à effectuer.


🏟 Groupama Training Center

⚽⚽⚽⚽ Eugénie Le Sommer 16′ 32′, Wendie Renard 22′, Dzsenifer Marozsan 32′ (OL)

OL XI : Bouhaddi – Bronze, Buchanan, Renard ©️, Bacha – Kumagai (puis Christiansen 66′), Henry – van de Sanden (puis Cascarino 66′), Marozsan, Majri (puis Laurent 66′) – Le Sommer.
RAF XI : Philippe – Guitard ©️, Cauderlier, Guellati, Ginestet, Chareyron – Banuta (puis Saltel 73′), Saunier (puis Chalabi 65′), Cazeau, Cance – Lemaitre (puis Bonet 36′).

 

LILLE OSC 1-3 PARIS SG

Les Lilloises recevaient le Paris Saint-Germain au Stadium. Plus conquérantes, les visiteuses manquent une première opportunité d’ouvrir le score lorsque Marie-Antoinette Katoto manque son penalty, dévié par le poteau d’Elisa Launay (15′). Les Parisiennes conservent le ballon et les Dogues ne se créent que peu d’occasions. À la 38ème minute Katoto se rachète et marque de la tête suite à un centre d’Eve Périsset. Un but important pour la jeune parisienne qui ne laisse pas le doute s’installer dans son esprit en ce début d’année 2019. 1-0 à la mi-temps.

La seconde période à peine entamée, l’arbitre montre une fois de plus le point de penalty en faveur du PSG (49′). Changement de tireuse, cette fois-ci, c’est la Chinoise Shuang Wang qui s’en charge, et le transforme. Le LOSC, par une belle action collective partie de derrière et passée par le côté droit et la vitesse de Sarr réduit la marque. Le centre en retrait d’Ouleye est conclu par Justine Bauduin, 2-1 (64′). À 5 minutes de la fin du temps réglementaire MAK triple la mise pour Paris. Un doublé personnel qui lui permet de prendre seule la tête du classement des meilleures buteuses de D1 Féminine, avec 17 buts inscrits. Les Parisiennes s’imposent donc 1-3 et recollent à 2 points de l’Olympique Lyonnais en attendant la 16ème journée de D1F, synonyme pour les Parisiennes de réception du MHSC. Côté Lillois, cette défaite coûte chère puisqu’elle plonge le LOSC dans la zone rouge après la victoire Messine contre Guingamp. Le LOSC va obligatoirement prendre des points à Dijon la semaine prochaine pour se sortir de cette position inconfortable.

🏟 Stadium Lille Métropole

⚽ Justine Bauduin 64′ (LOSC)

⚽⚽⚽ Marie-Antoinette Katoto 38′ 85′, Shuang Wang [s.p.] 49′ (PSG)

LOSC XI : Launay – Nicoli, Coutereels ©️, Chapeh Yimga – Mansuy (puis Lernon 74′), Polito, Demeyere, Dafeur – Boussaha (puis Bauduin 60′) – Tolmais (puis Dufour 60′), Sarr.
PSG XI : Kiedrzynek – Périsset (puis Glas 90′), Paredes, Dudek, Lawrence – Geyoro, Formiga ©️, Diani, Wang (puis Diallo 77′), Baltimore (Nadim 66′) – Katoto.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :