FRA-CAM : Tops/Flops
10 octobre 2018
D1F : 6ème journée
14 octobre 2018

L’Angleterre, l’Ecosse, la Norvège, la Suède, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la France (pays hôte) sont d’ores et déjà qualifiées pour la Coupe du Monde. 4 autres nations dont les championnes d’Europe en titre néerlandaises, les vice-championnes d’Europe danoises, la Belgique et la Suisse pouvaient espérer le mondial.

 

1er tour des play-offs :

Pays-Bas vs. Danemark (4-1 score cumulé) :

Dans le remake de la finale de l’Euro 2017, on s’attendait à un gros match. Une rencontre qui a tenu ses promesses voyant les championnes d’Europe prendre l’avantage grâce à des buts de la Bavaroise Lineth Beerensteyn (21’) et la Lyonnaise Shanice van de Sanden (42’). La seconde période a été plus disputée mais les Néerlandaises ont résisté face à la riposte danoise. Un match équilibré où Danoises et Hollandaises frappent respectivement 10 et 7 fois au but, cadrant 3 et 4 frappes. 2-0 score final.

Le match retour a eu une saveur particulière pour le Danemark. Contre toute attente, les joueuses ont connu un parcours très difficile après leur exploit à l’Euro. Les coéquipières de Pernille Harder se sont battues contre leur fédération pour avoir de meilleures conditions salariales, requête durement refusée par le DBU. Les joueuses ont alors menacé la DBU de boycotter leur phase qualificative au mondial en déclarant forfait face aux Suédoises. Une pression trop forte pour la fédération qui a du satisfaire ses joueuses, désormais « personnalités importantes » du pays.

Le Danemark entame parfaitement sa rencontre par un penalty transformé par Nadia Nadim dès la 5ème minute. La course au mondial est alors relancée. Cependant, les néerlandaises réagissent parfaitement et Lineth Beerensteyn (encore) marque et égalise 2 minutes plus tard. Les Danoises ont été plus offensives, plus percutantes, plus agressives, mais moins réalistes que les Pays-Bas qui, dans le temps additionnel enfonce le clou et clame la victoire 1-2. Beerensteyn signe un doublé, à la 5ème et 92ème minute. L’attaquante très impressionnante puisque qu’elle a été impliquée dans 5 buts, en 5 titularisation en sélection (4 buts, dont trois têtes et une passe décisive).

Les Danoises, vice-championnes d’Europe et Pernille Harder, joueuse européenne de l’année ne participeront pas au mondial, regrettable pour tous les amoureux du football féminin.

 

Belgique vs. Suisse (3-3 score cumulé, la Suisse se qualifie sur les buts extérieurs) :

Les Red Flames accueillaient la Nati dans un match annoncé plus que serré. Deux formations se ressemblant par leurs points forts : leur secteur offensif. On pouvait s’attendre à voir des actions de but et nous n’avons pas été déçus : 12 frappes pour la Suisse et 11 pour la Belgique. Un match aussi très tendu qui s’anime dès la 5ème minute lorsque Janice Cayman ouvre le score pour les Belges. La Suisse par son coaching signé Martina Voss-Tecklenburg qui fait entrer Alisha Lehmann, 19 ans, joueuse de West Ham. Elle égalise 10 minutes après son entrée en jeu (55’). La Belgique ne lâche rien et reprend l’avantage par Laura Deneve à l’heure de jeu mais Lehmann encore égalise à la 87ème et signe un doublé pour ses 2 premiers buts en sélection.

Les 2 équipes alors aux coudes à coudes, c’est la Suisse à domicile qui prend les devants grâce à la jeune Géraldine Reuteler, 19 ans, qui a participé au championnat d’Europe U19 avec Lehmann. Un match plus fermé où les 2 formations n’arrivent pas à se libérer. Les équipes ont frappé 2 fois moins au but que lors du match aller alors que le score était toujours ouvert à l’issue de la dernière rencontre. La Belgique parvient difficilement à égaliser mais Tine De Caigny ravive les espoirs Belges. Mais les visiteuses ne parviendront pas à passer la gardienne suissesse Gaëlle Thalmann. 1-1 score final, en faveur de la Suisse sur buts extérieurs.

 

Pays-Bas vs. Suisse (5 et 13 novembre) :

Les Pays-Bas semblent les favorites puisque les 2 nations se sont d’ores et déjà affrontées en 2016 : les néerlandaises l’avaient emporté 4 à 3. Facteur supplémentaire, les Oranje étaient aussi passées par les barrages pour se qualifier à la Coupe du Monde en 2015 – leur tout premier mondial. En face, la Suisse a quant à elle échoué aux barrages qualificatifs au mondial de 2011 mais s’était qualifiée en 2015 sans passer par les play-offs.

Les deux adversaires se connaissent relativement bien puisque beaucoup de joueuses évoluent en Angleterre et en Allemagne. Par exemple, Ana-Maria Crnogorcevic affrontera Jackie Groenen, sa coéquipière à Francfort ou Lia Wälti fera face à sa coéquipière d’Arsenal Vivianne Miedema.

Bien que les équipes se vaillent offensivement (Miedema, Martens, van de Sanden face à Bachmann, Dickenmann, Crnogorcevic) les Néerlandaises semblent plus armées avec des joueuses de renom, même sur le banc : Jill Roord, Sari van Veenendaal (habituellemen titulaire mais revenant de blessure), Vivianne Miedema, Renate Jansen… face à un triste banc suisse : Rachel Rinast, Julia Stierli – noms que probablement peu d’entre vous connaissent…

A contrario, les 11 de départ nous promettent un grand spectacle et un jeu basé sur la vitesse. Voici la composition probable des équipes :

Pays-Bas (4-3-3) : Geurts – van Lunteren, Dekker, Bloodworth, van Es – van de Donk, Spitse, Groenen, Martens, Beerensteyn, Martens.

Suisse (4-4-2 en losange) : Thalmann – Maritz, Wälti, Kiwic, Crnogorcevic – Gut (6), Dickenmann, Aigbogun, Bachmann (10), Calligaris, Reuteler.

 

Quels sont vos pronostics ? On vous attend en commentaires 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :